LXe millénaire av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce millénaire av. J.-C. | XCe millénaire av. J.-C. | LXXXe millénaire av. J.-C. | LXXe millénaire av. J.-C. |
LXe millénaire av. J.-C.
| Le millénaire av. J.-C. | XLe millénaire av. J.‑C. | XXXVe millénaire av. J.‑C. | XXXe millénaire av. J.‑C.

Voir aussi : Liste des millénaires, Chiffres romains


Au sens strict, le LXe millénaire av. J.-C. commença en 60 000 av. J.-C.

Toutefois, les dates n’étant pas précises à cette échelle, cet article couvre une période de dix millénaires :
du LXe (60e) au LIe (51e) millénaire inclus, soit jusqu’en 50 001 av. J.-C. compris.

Évènements[modifier | modifier le code]

60 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Reconstitution de la sépulture de la Chapelle-aux-Saints.
  • Sépulture de l'homme de La Chapelle-aux-Saints 1, un néandertalien surnommé « le vieillard », mise au jour, en 1908, la plus ancienne tombe connue en France.
  • Néandertaliens classiques du site de la Quina, en Charente, associé à des industries lithiques du faciès dit « Moustérien de type Quina », datée de 60 000 à 45 000 ans. Des cavités cotiloïdes de grands mammifères (bison, cheval) ont été façonnées afin de servir de bol.
  • Moshe, (Kébara 2), squelette néandertalien parmi les plus complets à ce jour, découvert en 1983 dans la grotte de Kébara en Israël. L'étude de l'os hyoïde a permis de montrer que les néandertaliens avaient les mêmes possibilités physiques que les hommes modernes concernant la production d'un langage articulé.
  • Sépultures d'Amud 1, un néandertalien adulte découvert en 1961, et d'Amud 7, un enfant découvert en 1993-1994 dans une grotte près du Waddi Amud en Galilée (Israël), datées entre 60 000 et 55 000 ans environ[2]. Des restes de plantes grasses, d'arbres fruitiers et d'herbes médicinales ont été retrouvés dans la grotte d'Amud[3].
Reconstitution d'un néandertalien de Shanidar.
  • Shanidar I, surnommé « Nandy », squelette de néandertalien relativement complet découvert dans la grotte de Shanidar dans le Zagros en Irak. Âgé entre 40 et 50 ans, il avait subi des blessures longtemps avant de mourir. On trouve à Shanidar des sépultures organisées attribuées à l'Homme de Néandertal datées de 60 000 à 46 900 ans[4]. Une des sépultures renferme de très nombreux restes de pollen, interprétés comme le résultat de dépôt de fleurs autour du défunt[5] (hypothèse contestée aujourd'hui).
Coquilles d’œufs d’autruche gravées de Diepkloof.
  • Le site de Diepkloof, en Afrique du Sud livre des coquilles d’œufs d’autruche datées de 60 000 ans utilisées pour conserver l’eau qui portent des décors gravés abstraits.

58 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

  • La bactérie Helicobacter pylori, aujourd'hui responsable des ulcères à l'estomac et de leurs dégénérations en cancer (1 % des cas), est déjà présente dans l'estomac d'environ la moitié des Homo sapiens dans la souche africaine[6].

57 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

55 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

54 000 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

  • Occupation humaine des abris sous roche du Moustier en Dordogne (56 000 à 40 000 avant le présent)[9]. Ils livrent des restes de Néandertaliens et une industrie lithique qui donne son nom à la culture du Moustérien.
  • Premières traces d’occupation humaine en Amérique du Sud à Pedra Furada, dans la Serra da Capivara au Brésil. Des échantillons de charbon de bois sont datées en 2003 par le procédé ABOX-SC à 56 000 avant le présent[10]. Une industrie taillée en quartz et quartzite est associée à des aires de combustion datées d'entre 32 160 ± 1000 (niveau B, phase « Pedra Furada I ») et 17 000 ± 400 avant le présent (niveau C, phase « Pedra Furada IV ») ; du foyer ayant fourni cette dernière date provient en outre une pierre portant semble-t-il des vestiges de colorant rouge[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael H. Fisher, Migration: A World History, OUP USA, (ISBN 9780199764334, présentation en ligne)
  2. Anne-Marie Tillier, L’homme et la mort : L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire, CNRS Éditions, (ISBN 9782271091185, présentation en ligne)
  3. La Recherche, vol. 355, Paris, Société d'éditions scientifiques (ISBN 9782842991418, présentation en ligne)
  4. Marylène Patou-Mathis, Neanderthal, edi8, (ISBN 9782262044527, présentation en ligne)
  5. De l'usage des plantes, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782296246294, présentation en ligne)
  6. (en) Linz B, Balloux F, Moodley Y et Als. An African origin for the intimate association between humans and Helicobacter pylori, Nature, 2007;445:915-918 doi:10.1038/nature05562
  7. Jeffrey K. McKee, Frank E. Poirier, W Scott Mcgraw, Understanding Human Evolution, Routledge, (ISBN 9781317342793, présentation en ligne)
  8. Arnaud Noury, Jean-Christophe Galipaud, Les Lapita, nomades du Pacifique, IRD Editions, (ISBN 9782709917162, présentation en ligne)
  9. H.-G. Attendorn, R. Bowen, Isotopes in the Earth Sciences, Springer Science & Business Media, (ISBN 9780412537103, présentation en ligne)
  10. Guaciara Santos, Michael Bird, Fabio Parenti, L.K Fifield, Niède Guidon, P.A Hausladen, « A revised chronology of the lowest occupation layer of Pedra Furada Rock Shelter, Pia », Quaternary Science Reviews, nos 2303-2310,‎ (présentation en ligne)
  11. André Leroi-Gourhan, José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130738244, présentation en ligne)