Kryvy Rih

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kryvyï Rih)
Aller à : navigation, rechercher
Kryvy Rih
Кривий Ріг
Blason de Kryvy Rih
Héraldique
Drapeau de Kryvy Rih
Drapeau
Image illustrative de l'article Kryvy Rih
Administration
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Subdivision Flag of Dnipropetrovsk Oblast.svg Oblast de Dnipropetrovsk
Maire Iourï Lioubonenko
Code postal 50000 — 50479
Indicatif tél. +380 564
Démographie
Population 642 333 hab. (2016)
Densité 1 577 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ nord, 33° 21′ est
Superficie 40 730 ha = 407,3 km2
Divers
Fondation 1775
Statut Ville depuis 1919
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Dnipropetrovsk

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Dnipropetrovsk
City locator 14.svg
Kryvy Rih

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte administrative d'Ukraine
City locator 14.svg
Kryvy Rih

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

Voir la carte topographique d'Ukraine
City locator 14.svg
Kryvy Rih
Liens
Site web www.kryvyirih.dp.ua/
Sources
Liste des villes d'Ukraine

Kryvy Rih (en ukrainien : Кривий Ріг) ou Krivoï Rog (en russe : Кривой Рог) est une ville industrielle de l'oblast de Dnipropetrovsk, en Ukraine. Sa population s'élevait à 642 333 habitants en 2016.

Géographie[modifier | modifier le code]

Kryvy Rih est située à 129 km au sud-ouest de Dnipropetrovsk, au point de confluence des rivières Inhoulets et Saksahan.

La ville est un centre industriel et sidérurgique, dans une région minière. La ville s'étend sur une cinquantaine de kilomètres, le long des dépôts de minerais de fer, ce qui en fait la ville la plus longue d'Europe. À l'est du centre ville se trouve un petit lac avec des roches glaciaires. Ainsi, cette région ne fut jamais cultivée et contient quelques steppes sauvages. Les environs de la ville sont cependant pollués, un problème qui s'aggrave en raison des mines abandonnées et des décharges de minerais.

La ville possède de larges avenues, des lignes de tram. Kryvy Rih est assez verte, des arbres étant plantés dans les rues et les cours intérieures des immeubles.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville fut fondée au XVIIe siècle par les Cosaques de Zaporijia. L'histoire industrielle de la ville commence en 1880, quand les premiers investisseurs européens fondèrent un réseau de mines. L'activité sidérurgique fut particulièrement développée à l'époque soviétique et demeure l'une des plus importante concentration sidérurgique du monde.

Pendant la guerre civile russe, la ville et son hinterland étaient le cœur de l'insurrection anarchiste menée par Nestor Makhno. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Kryvy Rih fut occupée par l'Allemagne nazie du au . Les juifs de la ville subissent plusieurs pogrom à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. En 1939, la communauté juive comptait 12 745 personnes, soit environ 6 % de la population totale[1]. À la fin d'août 1941, les Allemands assassinent plusieurs juifs. En octobre 1941, 7 000 sont massacrés lors d'exécutions de masse perpétrées par les Einsatzgruppen[2]. Kryvy Rih est libérée par le troisième front ukrainien de l'Armée rouge le .

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[3] :

Évolution démographique
1923* 1926* 1939* 1943 1959* 1970* 1979*
19 031 31 194 188 955 125 000 387 579 573 174 650 113
1989* 2001* 2012 2013 2014 2015 2016
713 059 668 980 660 203 656 478 652 137 647 727 642 333

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est indissociable de son complexe sidérurgique de Kryvorizhstal (en). L'aciérie de Kryvy Rih a été fondée en 1931 sur le riche gisement du bassin ukrainien de Kryvbas (en). En 1934, l'usine commença à produire de la fonte avec son premier haut fourneau. En 1939, trois hauts-fourneaux, une cokerie et une aciérie Bessemer étaient opérationnelles. Durant la Seconde Guerre mondiale, les usines furent sabotées par les Soviétiques et les restes rasés par les Allemands[4].

En 1949, le haut-fourneau no 1 de l'actuel complexe fut allumé. Dans les années 1960, quatre laminoirs, des convertisseurs de type Martin (dont un géant d'une capacité de 700 tonnes qui, en 2013, subsiste avec son voisin de 550 tonnes) furent construits. Le haut-fourneau no 7 fut édifié en 1962, suivi des nos 8 et 9 — à l'époque le plus gros du monde, avec un volume interne de 5 000 m3[5]) en respectivement 1970 et 1974[4].

En 1996, le combinat minier et métallurgique de Kryvy Rih (Krivorizhstal) réunit les activités minières et sidérurgiques du bassin de Kryvbas. En 2004, l'usine est privatisée et confiée à un syndicat ukrainien. L'expérience échoue et, un an après, une seconde privatisation attribue l'usine à Mittal Steel[4].

Depuis 2007 Krivorizhstal fait partie du géant de la sidérurgie ArcelorMittal issue de la fusion de Mittal Steel avec Arcelor. Celui-ci mène une stratégie de modernisation indispensable au site en construisant, notamment, en 2011, la première coulée continue et un four électrique de réchauffage des poches[6]. En novembre 2012, l'usine emploie 35 000 personnes et produit essentiellement des produits longs : billettes, barres et fil[4].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Kryvyï Rih.

Sport[modifier | modifier le code]

Kryvy Rih est célèbre auprès des supporteurs de l'équipe de football française des Girondins de Bordeaux pour un épisode insolite en Coupe d'Europe en mars 1985. Les Girondins étaient opposés à cette occasion à l'équipe (alors soviétique) de Dniepropetrovsk, mais durent disputer leur match retour en URSS à Kryvy Rih, car Dniepropetrovsk était une ville fermée, interdite aux étrangers. Les Bordelais furent logés de force à Kryvy Rih dans des conditions de séjour et d'entraînement déplorables, à tel point que le président Claude Bez menaça de ne pas faire jouer. L'incident fut finalement évité quelques heures avant le coup d'envoi et le match eut lieu sur une pelouse gorgée d'eau, grillée par le gel, indigne d'une rencontre de Coupe d'Europe. Au terme d'une éprouvante rencontre, les Girondins se qualifièrent aux tirs au but pour une demi-finale restée célèbre face à la Juventus.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :