Jean-Pierre Willem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Pierre Willem
Jean-Pierre Willem au salon Naturally vivez nature 7.JPG
Jean-Pierre Willem en 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (84 ans)
SedanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Jean-Pierre Willem, né le à Villers-Cernay (Ardennes), est un ancien médecin et chirurgien itinérant ayant accompli des missions dans diverses zones de conflit en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, des années 1960 aux années 1980.

Radié de l'Ordre des médecins en 1987, il s'est fait le promoteur de méthodes thérapeutiques alternatives[1]. Il a fondé l'ONG humanitaire internationale Médecins aux pieds nus (MAPN) en 1987[2] et la Faculté libre de médecines naturelles et d'ethnomédecine (FLMM) en 1986[3].

Il est l'auteur de quelque 45 ouvrages rapportant ses missions de médecin de guerre ou vantant l'ethnomédecine et les remèdes naturels[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu catholique, Jean-Pierre Willem fait toute sa scolarité secondaire au petit séminaire de Reims. Il entame ensuite des études de médecine à la Faculté de médecine de Lille[5]. Il est reçu major à l'internat de médecine[4].

Activités humanitaires[modifier | modifier le code]

Il déclare avoir mené de nombreuses missions humanitaires auprès des victimes de catastrophes et de conflits, en commençant, en 1959, par l'Algérie[5] en pleine guerre d'indépendance.

En 1964, il rejoint comme assistant le Dr Albert Schweitzer à Lambaréné (Gabon)[4].

Il est ensuite médecin coopérant au Rwanda (1966-1967), médecin des orphelins et des réfugiés au Viêt Nam et au Cambodge (1968-1975)[6], médecin chef sur le chantier du Transgabonais (1976-1977), auprès des réfugiés laotiens dans le Triangle d'or (Asie Sud-Est) (1977), auprès des victimes de la famine au Zaïre (1979) et à l'hôpital d'indigents de Kinshasa (1981), chirurgien au Liban (1976, 1978, 1983), sur le front Iran-Irak (1982), en Somalie (1984) et, plus récemment, en Syrie (2014)[7],[4].

Au hasard de ses missions, il croise des figures connues : outre Albert Schweitzer, aussi Che Guevara, l'abbé Pierre, Mère Teresa[4].

L'expérience acquise lors de ses séjours dans les pays en voie de développement le convainc que le manque de médecins professionnels peut être compensé en faisant appel aux guérisseurs indigènes utilisant les plantes locales pour soigner et que l'Occident lui-même peut bénéficier de leurs connaissances[8].

En 1987, Jean-Pierre Willem est radié de l'Ordre des médecins, ce qui lui interdit l'exercice de la médecine[9]. Il déclare en faire peu de cas, arguant qu'il n'a jamais demandé son inscription au registre de cet ordre[4]. Il poursuit dès lors des activités d'enseignement dans le cadre de la Faculté libre de médecines naturelles et d'ethnomédecine (FLMM) qu'il a créée à Paris en 1986[9].

Activités dans les médecines alternatives[modifier | modifier le code]

Au sein de cette faculté établie dans le XVe arrondissement de Paris, il forme le tout venant à la médecine naturelle et à l’ethnomédecine[9]. En matière de soins, il se réfère surtout à l’homéopathie, la phytothérapie, l’oligothérapie[10] et l'aromathérapie (pseudo-médecine basée sur l'utilisation d'huiles essentielles), pour traiter des maladies graves (sida, cancer)[9].

Après avoir déclaré sur Radio Courtoisie le , qu'il pouvait guérir le sida avec des huiles essentielles[note 1], il est soupçonné d'avoir appliqué ses théories via son ONG les Médecins aux pieds nus auprès d'enfants atteints du VIH notamment au Togo et au Burundi[9].

Il dénonce une médecine devenue de plus en plus intrusive[11].

En 2021, il se définit comme médecin, chirurgien et anthropologue[10].

Activités éditoriales et rédactionnelles[modifier | modifier le code]

De 2000 à 2007, il a assuré les fonctions d'éditorialiste du bimensuel Pratiques de santé et, à partir de , celle de rédacteur consultant de la revue Révélations Santé, qui a cessé de paraître.

Jusqu'en 2012, il collabore, sur des sujets de médecine alternative, à la revue Votre santé puis, passé cette date, à sa nouvelle formule, Le Nouveau VVS, Vous et Votre Santé[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Willem a écrit quelque 45 ouvrages rapportant ses missions de médecin de guerre dans différents pays ou faisant la promotion des pratiques de l'ethnomédecine et des remèdes naturels[4].

Livres[modifier | modifier le code]

  • (Docteur Jean-Pierre Willem) Médecin au Viêt-Nam en feu, Paris, Éditions France-Empire, 1978, 366 p.
  • (Docteur Jean-Pierre Willem) Les Naufragés de la liberté : le dernier exode des Méos, Paris, Éditions S.O.S., 1980, 285 p. (ISBN 2-7185-0879-5)
  • Et la paix, docteur ? Un médecin sur tous les fronts, Paris, Robert Laffont, coll. "VECU", 1985, 318 p. (ISBN 2-221-04616-1)
  • Le secret des peuples sans cancer, Éditions du Dauphin, 1994
  • Les secrets du régime crétois, Paris, Éditions du Dauphin, 1999 (ISBN 2-7163-1155-2)
  • Au diable la vieillesse, Éditions du Dauphin, 2000
  • Les huiles essentielles, médecine d’avenir, Éditions du Dauphin, 2002 (ISBN 2-7163-1206-0)
  • Les antibiotiques naturels, Vannes, Sully, 2003 (ISBN 2-911074-50-5)
  • Au diable arthrose et arthrite, Paris, R. Jauze, 2003 (ISBN 2-86214-045-7)
  • Prévenir et vaincre le cancer, Paris, Éditions Trédaniel, 2004 (ISBN 2-84445-559-X)
  • Aroma-minceur, Paris, Éditions Albin Michel, 2004 (ISBN 2-226-15339-X)
  • Aroma stress : 50 stress de la vie quotidienne traités par les huiles essentielles, Paris, Éditions Albin Michel, 2005 (ISBN 2-226-15733-6)
  • Aroma-famille, Paris, Éditions Albin Michel, 2005 (ISBN 2-226-16867-2)
  • Aroma allergies : 180 allergies traitées par les huiles essentielles, Paris, Éditions Albin Michel, 2006 (ISBN 2-226-16894-X)
  • Ensemble, sauvons notre planète (ouvrage collectif), Paris, Éditions Trédaniel, 2005 (ISBN 2-84445-610-3)
  • Le secret des peuples sans cancer. Prévention active du cancer, Éditions du Dauphin, 2006.
  • L’ethnomédecine, une alliance entre science et tradition, Jouvence & Biocontact, 2006 (ISBN 2-88353-472-1)
  • Apprenez à gérer votre stress, Anagramme, 2007 (ISBN 2-35035-131-9)
  • 100 maladies du XXIe siècle : solutions naturelles, Testez, 2008 (ISBN 2-87461-048-8)
  • Mémoires d'un médecin aux pieds nus, Paris, Éditions Albin Michel, 2009 (ISBN 978-2-226-18987-5)
  • Le secret des peuples sans cancer : approche et traitements complémentaires de 43 cancers, Paris, Éditions du Dauphin, nouvelle éd. revue et augmentée, 2009 (ISBN 978-2-7163-1386-5)
  • 100 ordonnances naturelles pour 100 maladies courantes, Paris, Éditions Trédaniel, 2010 (ISBN 978-2-81320-082-2)
  • Antibiotiques naturels : vaincre les infections par les médecines naturelles, Vannes, Sully, 2010 (ISBN 978-2-35432-045-4)
  • Les pathologies de la thyroïde : les comprendre, les traiter, Éditions du Dauphin, 2010, (ISBN 978-2-7163-1434-3)
  • Les intolérances alimentaires, Paris, Éditions Trédaniel, 2012 (ISBN 978-2-8132-0414-1)
  • (Dr Jean-Pierre Willem) Le jeûne, une méthode naturelle de santé et de longévité, Éditions Trédaniel, 2014, 192 p. (ISBN 978-2-8132-0728-9)
  • Les dégâts des métaux lourds : prévention et détoxication naturelle, Éditions Trédaniel, 2014 (ISBN 978-2-8132-1138-5)
  • Huiles essentielles antivirales: La solution naturelle pour lutter contre les infections, Éditions Trédaniel, 2015
  • Pollution et santé, éditions Dangles, 2017 (compte rendu sous le titre Docteur Jean-Pierre Willem : « Nous sommes tous empoisonnés », dans CNEWS, 22 juin 2017)
  • Alzheimer et odorat : Quand les arômes restaurent la mémoire, Éditions Trédaniel, 2020
  • Tout savoir sur les virus et y faire face, Dauphin Éditions, 2020, 228 p. (compte rendu, dans HEGEL, 2021/1 (No 1), p. 102)

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je soigne en France des malades du sida chez eux, dans leurs familles, avec mes petites huiles essentielles, qui tuent les virus ; mais c’est interdit. Pourtant, on sait que les huiles essentielles, pour le sida, ça marche. Les médecins qui ne me suivent pas, ils sont condamnables, ils sont en infraction au regard du serment d’Hippocrate. Mais j’ai beaucoup de patrons en médecine qui me demandent de soigner les gens, les familles avec mes huiles essentielles. Alors, à ces patrons, je leur donne des conseils, je leur donne des protocoles, alors ils font ça en catimini, quoi. Sinon, ils perdent leur place, hein, il faut le savoir. C’est le poids du fric qui est derrière cette hypocrisie. Nous envoyons certains des diplômés de notre faculté de médecine naturelle soigner des malades du sida dans des pays étrangers, mais nous ne disons plus où parce que nous nous sommes fait virer de deux de ces pays par l’organisme international Onu-sida, alors que nous avions des résultats sensationnels. »

    — Jean-Pierre Willem cité dans le Rapport annuel de 2010 de la Miviludes, p. 177.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Compte rendu de Tout savoir sur les virus et y faire face, Dauphin Éditions, 2020, 228 p., dans HEGEL, 2021/1 (No 1), p. 102.
  2. « Dr Jean Pierre Willem », sur agirsantenaturel.fr (consulté le ) : « En 1987 il fonde l’ONG internationale Médecins aux pieds nus. »
  3. Eric Ancelet, André Banes, Faut-il avoir peur des vaccinations ?, synthèse du colloque d'octobre 1999 (dir. Sylvie Simon), FeniXX, 220 p. ; « Défenseur des médecines naturelles, médecin, homéopathe, phytothérapeute et spécialistes des plantes africaines, le Dr Jean-Pierre Willem (...) a créé en 1986 la faculté libre de Médecines naturelles à la Sorbonne. »
  4. a b c d e f et g Jean-Claude Noyé, Jean-Pierre Willem : une médecine hors des sentiers battus, lavie.fr, 5 avril 2017.
  5. a et b Docteur Jean-Pierre Willem, « Proximité, prévention et humilité », Direct Soir, no 544,‎ , p. 7, « En deuxième année de médecine à Lille, j'ai lancé un appel dans le journal Le Monde pour organiser le départ en Algérie de 93 étudiants en médecine dans le but d’œuvrer dans les dispensaires. Et d'ajouter à propos des médecins humanitaires : “On a sans doute de plus grandes gueules que les autres”. »
  6. « Un entretien avec Jean-Pierre Willem », sur radio-courtoisie.over-blog.com (consulté le ).
  7. « Dr Jean Pierre Willem », sur agirsantenaturel.fr (consulté le ) : « Il soigne les victimes de la famine au Zaïre en 1979 puis à l’hôpital de Kinshasa en 1981. On le retrouve chirurgien sur le front Iran-Irak en 1982, au Liban en 1983, en Somalie en 1984. »
  8. (en) Kerry Walters et Robin Jarrell, « Jean-Pierre Willem », dans Blessed Peacemakers, Wipf and Stock Publishers, , 412 p. (ISBN 9781621895350, lire en ligne) :

    « Dr. Jean-Pierre Willem, a French-born and trained physician, had firsthand acquaintance with the need for local healers to make up for the lack of university-trained physicians. (...). Willem's experiences in these countries confirmed his sense that developing nations were woefully short of trained physicians. (...) His time abroad also convinced him that there was a wealth of medical knowledge that the West could learn from local healers. They were familiar with plants and insects in their areas that had medicinal value that conventional medecine knew nothing about (...). »

  9. a b c d et e Joël Ignasse, « Le rapport de la Miviludes sur les sectes : attention aux pseudo-thérapeutes », sur sciencesetavenir.fr/ (consulté le ).
  10. a et b Patrice Cohen et Emilie Legrand, « Alimentation et cancers. Personnes atteintes et autorités alternatives », Anthropologie & Santé, revue internationale francophone d'anthropologie de la santé, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Baudouin Jurdant, « « La médecine « scientifique » serait-elle ruine de l'art ? À travers quelques récits autobiographiques de médecins et chirurgiens » », Sociétés & Représentations, vol. 2, no 28,‎ , p. 119-134 (lire en ligne, consulté le ) :

    « Que penser de notre société moderne qui privilégie le rendement au détriment d’une vie saine ? Si la médecine est mentalement malade de l’illusion technique, les patients, eux, en subissent les conséquences désastreuses dans leur corps. En effet la médecine contemporaine occidentale opte pour une stratégie purement technologique. De prime abord, on pose un diagnostic précis et localisé sur un organe. En second lieu, on combine diverses approches technologiques extrêmement violentes contre un organisme déjà affaibli : batteries d’examens exploratoires invasifs et parfois dangereux, chimiothérapie, chirurgie, hospitalisation et internement psychiatrique. En supposant que le malade survive au traitement et que les symptômes de la maladie disparaissent, en revanche la maladie, dont la cause première n’a pas été supprimée, réapparaît sous une autre forme. »

  12. « La liste noire des remèdes chimiques », Votre santé, janvier 2012, no 147.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]