Lambaréné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Gabon image illustrant une localité du Gabon
Cet article est une ébauche concernant le Gabon et une localité du Gabon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lambaréné
Une rue de Lambaréné
Une rue de Lambaréné
Administration
Pays Drapeau du Gabon Gabon
Province Moyen-Ogooué
Département Ogooué et des lacs
Démographie
Population 25 257 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 0° 42′ 05″ S 10° 14′ 04″ E / -0.701389, 10.2344440° 42′ 05″ Sud 10° 14′ 04″ Est / -0.701389, 10.234444
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte administrative du Gabon
City locator 14.svg
Lambaréné

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte topographique du Gabon
City locator 14.svg
Lambaréné

Lambaréné est une ville du Gabon. Son nom provient du dialecte galoa et signifie « Nous voulons l’essayer, essayons »[1].

Lambaréné est la septième ville du Gabon avec 26 998 habitants en 2010, derrière Libreville (753 550 hab.), Port-Gentil (142 280 hab.), Franceville (56 002 hab.), Oyem (40 235 hab.), Moanda (39 298 hab.) et Mouila (29 286 hab.)[2],[3],[4].

Elle se situe à 250 km (par la route) au sud-est de Libreville, sur les rives de l'Ogooué. Située dans l'hémisphère sud, elle est le chef-lieu provincial et le centre administratif, économique et médical de la province du Moyen-Ogooué.

La ville se concentre autour d'une île qui comprend le marché local et une station service. Le marché donne sur les berges, d'où partent les pirogues pour descendre ou remonter le fleuve vers les lieux habités le long des berges.

Les lacs Zilé (7 kilomètres de long sur 2 de large), Déguiélé, Azingo, Onangué, Evaro et Gomé, à la frontière de la réserve de Wonga Wongué, sont des sites touristiques. La faune y est très variée et la flore y est restée à l'état sauvage.

L'explorateur Pierre Savorgnan de Brazza a séjourné à plusieurs reprises à Lambaréné pendant ses voyages dans le bassin de l'Ogooué.

Albert Schweitzer[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Albert Schweitzer et Hôpital Albert-Schweitzer.
Tombe du Dr Schweitzer à l'hôpital de Lambaréné

Lambaréné est surtout connue pour l'hôpital Albert-Schweitzer, créé en 1913 par le docteur Albert Schweitzer, lequel recevra le Prix Nobel de la paix en 1952. L'hôpital comporte aujourd'hui un musée retraçant l'histoire du docteur et de son action contre la lèpre. De nombreux témoignages de personnalités du XXe siècle y sont conservés (Albert Einstein, De Gaulle…), ainsi que les outils et autres mobiliers du docteur.

Le nouvel hôpital, inauguré en 1981, est aujourd'hui bien plus étendu qu'à l'origine, mais conserve ses premiers bâtiments qui reconstituent le dispensaire du début du siècle. De nos jours, il intègre des départements de médecine interne, chirurgie, pédiatrie, une maternité, une clinique dentaire et, depuis 1981, une unité de recherche médicale sur la malaria[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Anecdotes africaines », sur kinnay04.free.fr (consulté le 26 novembre 2015)
  2. (en) « Gabon », sur citypopulation.de
  3. (en) « Gabon », sur geohive.com
  4. Villes du Gabon
  5. « Site internet de l'unité de recherche médicale de l'hôpital Albert Scheitzer »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Indjieley, Lambaréné, Gabon, dans sa région : limites d'influence et perspectives de développement régional (thèse de 3e cycle de Géographie tropicale), Université Bordeaux 3,‎ , 264 p.
  • (en) Maria Petringa, Brazza, A Life for Africa, Bloomington (IN, USA), AuthorHouse,‎ , 256 p. (ISBN 9781425911980)
  • Mylène Rémy, « Lambaréné  », dans Le Gabon aujourd'hui, Paris, Éd. du Jaguar,‎ (ISBN 978-2-86950-395-3), p. 163-168
  • Laetitia Guylia Rogombe, La dynamique de la ville de Lambaréné : entre mobilité et développement économique local (thèse de Dynamiques comparées des sociétés en développement), Université Paris Diderot-Paris 7,‎ , 370 p.
  • Albert Schweitzer (trad. de l'allemand), À l'orée de la forêt vierge : Récits et réflexions d'un médecin en Afrique équatoriale [« Zwischen Wasser und Urwald. Erlebnisse und Beobachtungen eines Arztes im Urwalde Aequatorialafrikas »], Lausanne, La Concorde,‎ (1re éd. 1921), 192 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]