Paul Hazard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hazard.
Paul Hazard
Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Hazard.

Alias
Paul de Saint-Maurice
Naissance
Noordpeene, Nord
Décès (à 65 ans)
Paris
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Paul Hazard, né à Noordpeene le 30 août 1878[1] et mort à Paris le 12 avril 1944, est un historien et essayiste français.

Il est élu membre de l'Académie française en 1940[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père et son grand-père sont instituteurs à Noordpeene, en Flandre française. Paul fréquente l'école du village et passe son certificat d'études à Arnèke. Il fait des études classiques au lycée d'Armentières qui porte aujourd'hui son nom. Normalien, agrégé de lettres, il devient en 1925 titulaire de la chaire d'histoire des littératures comparées de l'Europe méridionale et de l'Amérique latine au Collège de France. Partisan convaincu de l'enseignement du flamand, il aime sa Flandre natale.

Avant la guerre, il est Président du jury du Prix Jeunesse, fondé par Michel Bourrelier.

Son ouvrage majeur est La Crise de la conscience européenne, paru en 1935.

Le 11 janvier 1940, il est élu membre de l'Académie française, le dernier avant l'invasion allemande. Il n'y sera jamais reçu. L'Occupation et ses soucis ruinent sa santé. Il meurt à Paris le 12 avril 1944, peu de temps avant la Libération. Son épouse est décédée en 1963.

Oouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Révolution française et les lettres italiennes, 1789-1815. Thèse présentée à la Faculté des lettres de Lyon (1910)
  • Giacomo Leopardi (1913)
  • La Ville envahie (1916)
  • L'Italie vivante (1923)
  • La Vie de Stendhal (1928)
  • Avec Victor Hugo en exil (1930)
  • Don Quichotte de Cervantès : étude et analyse (1931)
  • Les Livres, les enfants et les hommes (1932)
  • La Crise de la conscience européenne : 1680-1715 (1935)
  • Le Visage de l'enfance (1938)
  • Quatre études. Baudelaire. Romantiques. Sur un cycle poétique. L'Homme de sentiment (1940)
  • La Pensée européenne au XVIIIe siècle, de Montesquieu à Lessing (1946). Texte en ligne

Hommage[modifier | modifier le code]

À Armentières (Nord), une rue lui doit son nom, de même que le collège de garçons qu'il fréquenta.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier », sur Base Léonore (consulté le 1er juillet 2016).
  2. « Notice biographique », sur l’Académie française (consulté le 15 juillet 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :