Jean-Jacques Avenel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Jacques Avenel
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Jacques Avenel en 2011

Informations générales
Naissance
Saint-Nicolas-d'Aliermont
Drapeau de la France France
Décès (à 66 ans)
Genre musical free jazz
Instruments contrebasse
kora

Jean-Jacques Avenel, né le à Saint-Nicolas-d'Aliermont (Seine-Maritime) et mort le , est un contrebassiste français de jazz. Accompagnateur fidèle de Steve Lacy, il a participé depuis à bien d'autres aventures musicales. Il s'est intéressé notamment à la musique africaine, à la kora et à la tradition mandingue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Avenel est un contrebassiste d'abord autodidacte, même s'il bénéficiera ultérieurement des enseignements de Kent Carter (en). Il commence sa carrière en participant au mouvement musical de free jazz, jouant avec Steve Waring, Colette Magny, Don Cherry, puis avec Noah Howard (en), le quartette de Frank Wright et la formation Intercommunal Free Dance Music Orchestra de François Tusques. Il accompagne également le saxophoniste Daunik Lazro[1].

À partir de 1975, il commence à être associé à différentes formations dirigées par Steve Lacy. Trio, sextet, quartet... Mais aussi le quintet regroupant, outre Lacy et Avenel, le saxophoniste Steve Potts, le batteur Oliver Johnson et le pianiste Bobby Few, auxquels peut se joindre la chanteuse Irene Aebi [2]. Une longue collaboration commence. Il accompagne Steve Lacy pendant près de 30 ans, se produisant dans de nombreux festivals et autres lieux, en Europe et aux États-Unis[3], et participant à plus d'une vingtaine d'enregistrements d'albums. Il a l'opportunité d'accompagner également Butch Morris dans les années 1980, et David Murray dans les années 1990.

Il participe aux réalisations de Michel Edelin et particulièrement dans le quartet avec Simon Goubert et Jacques Di Donato depuis 1995[4]. Plus récemment, il travaille avec de jeunes pianistes européens comme Benoît Delbecq [5], ou Gaël Mevel[6]. Mais aussi l'Américain Mal Waldron[7], et l'Australien Chris Cody. Ou encore Richard Galliano[8], George Lewis, Pharoah Sanders, Archie Shepp, Dino Saluzzi, Paul Bley, et d'autres[9].

Il collabore aussi régulièrement avec François Raulin. En 2000, à l'occasion du festival 38e Rugissants, Avenel, Raulin et Adama Drame créent ensemble le trio ARD, une formation mélangeant le jazz européen et la tradition mandingue. Jean-Jacques Avenel se passionne pour la musique africaine et joue de la kora, en plus de la contrebasse. En 2004, Avenel et Sissokho s'entourent de Lansiné Kouyaté, Moriba Koïta et Michel Edelin pour le projet Waraba («le lion» en langue bamana)[9]. Puis en 2006, il forme le trio DAG avec Sophia Domancich et Simon Goubert[10].

Mais il n'oublie pas pour autant Benoît Delbecq. Il l'accompagne pour The Sixth Jump, un des meilleurs albums de jazz 2010 selon The New York Times[11]. Il s'associe à un autre projet de Benoît Delbecq en 2012 pour Crescendo in Duke, une réinterprétation de morceaux de Duke Ellington[12]. Et en 2013, à nouveau, il embarque dans une nouvelle aventure, Fun House, enregistrement de deux trios à l'issue d'une tournée commencée l'année précédente, l'un avec ses deux complices Benoît Delbecq au piano et Steve Argüelles à la batterie, et l'autre dirigé par le pianiste Fred Hersch, avec Mark Helias à la contrebasse et Gerry Hemingway à la batterie[13].

Il meurt des suites d'un cancer le 12 août 2014[4].

Discographie comme leader[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Eclaircie ; solo LP Digue nord.
  • 2004 : Waraba ; avec Michel Edelin, Yakouba Sissokho, Lansine Koyate, Moriba Ko[1] Songlines.

Discographie comme accompagnateur[modifier | modifier le code]

Au sein d'une formation de Steve Lacy
  • 1975 : Dreams Saravah.
  • 1977 : The Owl Saravah.
  • 1983 : Two, Five, Six, Blinks Hathut Records.
  • 1985 : Futurities Hathut Records.
  • 1986 : The Gleam Silkheart.
  • 1986 : One Fell Swoop Silkheart.
  • 1986 : Morning Joy: Live at Sunset Paris Hatology.
  • 1987 : The Window Soul Note.
  • 1987 : Momentum Novus.
  • 1991 : Live at Sweet Basil Novus.
  • 1992 : We see Hathut Records.
  • 1993 : Vespers Soul Note.
  • 1993 : Revenue Soul Note.
  • 1994 : Findings CMAP.
  • 1996 : Bye-Ya Freelance.
  • 1997 : Scratching the Seventies/Dreams.
  • 1999 : The Rent Saravah.
  • 1999 : Clichés Hatology/Hathut Records.
  • 2000 : Monk's Dream Universal Verve.
  • 2003 : The Holy la Freelance.
  • 2003 : The Beat Suite Universal Music Group.
  • 2005 : Lift the Bandstand - DVD Rhapsody Films.
  • 2011 : The Complete Remastered Recordings on Black Saint & Soul Note.
Avec Roswell Rudd et Steve Lacy Quartet
Avec Daunik Lazro
  • 1980 : The Entrance Gates of Tshee Park Hathut Records.
Avec Tiziana Ghiglioni
  • 1980 : Somebody Special Soul Note.
Avec Daniele Cavallanti
  • 1987 : The Leo Red Records.
Avec Tiziana Simona et Mal Waldron
  • 1988 : Flakes New Edition/Records Vertriebsges.mb.
Avec Zool Fleischer
  • 1989 : Zool Fleischer Trios Nocturne Records .
Avec Hans Kennel
  • 1995 : Habarigani Brass Hathut Records.
Avec David Murray
  • 1995 : Flowers Around Cleveland Bleuregard.
Avec Pierre Akendengué
Avec Gaël Mevel au piano et Thierry Waziniak à la batterie
  • 1997 : La lucarne incertaine, live au Petit Faucheux AA Records[6].
Avec Antonio Faraò et Daniel Humair
  • 1999 : Borderlines Sketch.
Avec Benoît Delbecq
  • 2000 : Pursuit Songlines.
  • 2010 : The Sixth Jump Songlines[5].
  • 2012 : Crescendo in Duke Nato[12].
Avec les trios de Benoît Delbecq et de Fred Hersch
Avec David Patrois
  • 2000 : Another Trio RDC.
Avec Sonny Simmons
Avec Mal Waldron et Steve Lacy
Avec Gaël Mevel Quintet
  • 2002 : La promesse du chant Leo.
Avec Gaël Mevel Trio
  • 2003 : Danses parallèles Leo.
Avec Chris Cody
  • 2003 : Midnight Tide Cristal.
Avec Achille Gajo Trio
  • 2004 : Blue Sand Piadrum Records .
Avec Jean-Luc Fillon
  • 2005 : Echoes of Ellington Cristal.
Avec Sophia Domancich et Simon Goubert
  • 2007 : DAG Cristal.
  • 2013 : DAG, Upcoming Summer Sans Bruit[14].
Avec Jean-Sébastien Simonoviez
  • 2008 : Crossing life and strings La Buissonne.
Avec Mah Damba
  • 2011 : Mali: In the Shade of the Great Baobab Buda Musique.
Avec Jean-Sébastien Simonoviez et Tony Moreno
  • 2013 : Transe Lucide Hâtive!.
Avec Michel Edelin
  • 1995 : Déblocage d'Emergence' AA Records.
  • 2009 : Kuntu RogueArt.
  • 2013 : Resurgence RogueArt.
Avec Simon Goubert et Ablaye Cissoko
  • 2012 : African Jazz Roots

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b «Jean-Jacques Avenel - Waraba» sur le site Songlives
  2. Serge Loupien, « Le free jazz perd le souffle Steve Lacy », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Ben Ratliff, « Jazz Review ; Scaling the Skies With the Sax », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Jean-Jacques Avenel, le « musicien aimé », ou le désir de contrebasse, Le Monde.
  5. a et b Renaud Machart, « Benoît Delbecq - Circles and Calligrams - The Sixth Jump », Le Monde,‎
  6. a et b Francis Marmande, « Gaël Mevel, Jean-Jacques Avenel, Thierry Waziniak », Le Monde,‎
  7. a et b Serge Loupien, « Mal Waldron », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. Véronique Mortaigne, « Galliano, Le swing à bretelles », Le Monde,‎
  9. a et b «Jean-Jacques Avenel - Contrebasse», sur le site de Jean-Sébastien Simonoviez
  10. Francis Marmande, « Sophia Domancich, Jean-Jacques Avenel, Simon Goubert DAG », Le Monde,‎
  11. (en) Nate Chinen, « Renewal, the Sensual and Fraught Candor », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  12. a et b « Benoît Delbecq, Crescendo in Duke », FIP Radio,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Ludovic Florin, « Double trio Delbecq/Hersch : une réussite ! », Jazz Magazine,‎ (lire en ligne)
  14. « Chocs 2013 », Jazz Magazine Jazzman,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]