Jean-Didier Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincent.

Jean-Didier Vincent, né le à Libourne[1] en Gironde, est un neuropsychiatre et neurobiologiste français. Il a été professeur de physiologie à la faculté de médecine de l'université Bordeaux II puis à celle de l'université Paris XI, et a dirigé de 1991 à 2004 l'Institut de neurobiologie Alfred-Fessard du CNRS. Il est membre de l'Académie des sciences (depuis le ) et de l'Académie de médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Didier Vincent étudie à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), dans un collège protestant dont le maître le destine à des études de littérature à l'École normale supérieure, puis au lycée Michel-Montaigne à Bordeaux[2] Ses parents, courtiers en vins et protestants, ayant connu des revers de fortune, sa mère l'incite à entreprendre plutôt des études de médecine[2] à l'École du service de santé des armées de Bordeaux, pensant que la blouse blanche lui irait bien et lui éviterait les mêmes déboires financiers[3]. Il devient major de Physique, Chimie, Biologie (ancienne filière universitaire préparatoire à la première année de médecine). Interne dans des services de clinique, il rencontre le neuropsychiatre Jacques Faure, qui l'incite à faire des recherches dans ce domaine[3],[4].

Jean-Didier Vincent est biologiste des hôpitaux en physiologie et explorations fonctionnelles au CHRU de Bordeaux (1966-1977), professeur sans chaire (1973-1978) puis professeur de physiologie à la faculté de médecine de Bordeaux (1979-1992). Il dirige l'unité Inserm 176/CNRS "Neurobiologie des comportements" au CHRU de Bordeaux (1978-1990) avant de prendre la direction de l'Institut Alfred-Fessart à Gif-sur-Yvette, de 1992 à 2002[2]. Il est professeur de physiologie à la faculté de médecine de Paris Sud, praticien hospitalier à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (1992-2006) et professeur à l'Institut universitaire de France, chaire de neuro-endocrinologie de la faculté de médecine de Paris-Sud, université Paris XI (1994-2004)[5].

Ayant effectué des recherches en neurobiologie aux États-Unis (postdoctorat au Brain Institute de l’université de Californie, à Los Angeles) puis en France (CNRS, INSERM) et encadré plusieurs doctorants, il rencontre parmi eux, Lucy Vincent qui deviendra plusieurs années plus tard sa femme. Il vit le plus souvent sur les bords de Garonne où il compose année après année des livres sur les sujets les plus divers. Il pratique la marche nordique de façon assidue. Il a eu cinq enfants, de deux mariages. Jean-Didier Vincent est président du Conseil national des programmes au ministère de l'Éducation nationale depuis 2002, membre du comité d'éthique des sciences du CNRS (COMETS) et du comité d'éthique et de précaution pour les applications de la recherche agronomique de l'INRA (COMEPRA). Membre du directoire de la Fondation pour l'innovation politique jusqu'au 23 janvier 2009, il préside depuis octobre 2005 l'Association pour l'Université numérique francophone mondiale (UNFM).

Jean-Didier Vincent a écrit plusieurs ouvrages, dont le plus célèbre est La Biologie des passions ainsi que Élisée Reclus, géographe, anarchiste, écologiste qui a reçu le prix Femina essai 2010.

Propos polémiques[modifier | modifier le code]

Le , au cours de l’émission La Tête au carré, diffusée sur France Inter, était évoqué un nouveau test susceptible de diagnostiquer la trisomie 21 en tout début de grossesse. Jean-Didier Vincent a défendu ce diagnostic prénatal, alléguant que « les trisomiques sont un poison dans une famille[6]. » Au cours de l'émission, Jean-Didier Vincent est revenu sur ce propos, jugé « violent » par l'animateur Mathieu Vidard, et l'a retiré, en le qualifiant de « terme malheureux » mais sans toutefois s'excuser. Éléonore Laloux, jeune femme trisomique et porte-parole du collectif les Amis d'Éléonore, a répondu au biologiste en 2013 dans une vidéo[7], puis à nouveau, en mars 2014, dans un livre autobiographique, Triso et alors !, co-écrit avec le journaliste Yann Barte.

Auparavant, au cours de la même émission, qui traitait des essais OGM en agriculture, Jean-Didier Vincent a défendu la firme Monsanto et a notamment tenu les propos suivants : « il faut utiliser les OGM », « ça a rendu de grands services à l'agriculture », « ça a permis d'augmenter la productivité[8]. »

Condamnation[modifier | modifier le code]

Le , lors de l'émission télévisée Ce soir ou jamais, il déclare au sujet de Jean-Marie Le Pen : « On le connaissait comme le loup blanc, c’était un salopard », et ajoute : « il a commis probablement des crimes, mais je ne peux pas le dire sur les antennes ». Le 28 mai 2009, la Cour d'appel de Paris l'a jugé coupable d’injure (pour la première phrase) et de diffamation (pour la seconde), et l'a condamné à une amende de 1 500 euros avec sursis et à 4 000 euros de dommages et intérêts[9].

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Jean-Didier Vincent a beaucoup contribué au développement de la neuroendocrinologie qui comprend l'étude des interactions entre hormones et système nerveux, le cerveau étant considéré également comme une glande endocrine. Il a une vision beaucoup plus pessimiste que son confrère Boris Cyrulnik quant à ce qui prédétermine les comportements humains et croit au primat du biologique sur la raison, déclarant en 2013 dans le film La Possibilité d'être humain : « L'homme est libre, oui, mais en liberté surveillée ».

Il a publié de nombreux ouvrages à thèse biologisante, Biologie des passions, La Chair et le diable[10].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Acte de naissance n° 266 en date du 7 juin 1935 du registre des naissances de l'état-civil de la ville de Libourne pour l'année 1935 ; Who's who in France, éd. Jacques Lafitte, 41e édition, 2010, page 2203, où encore Who's who in Sud-Ouest, éd. Jacques Lafitte, 1ère édition, 1987, page 225, où les notices rédigées par l'intéressé lui-même mentionnent bien sa naissance à Libourne. Il n'est donc pas né à Castillon-la-Bataille ou Sainte-Foy-la-Grande, comme l'indiquent à tort divers auteurs de publications le concernant.
  2. a, b et c Chercher - Jours après jours, les aventuriers du savoir, éditions Autrement, 2000, (ISBN 9782746700550), p. 121-123.
  3. a et b Entretien avec Jean-Didier Vincent dans Le Tête-à-tête de Frédéric Taddeï sur France Culture le 22 janvier 2012.
  4. Interview de Jean Didier Vincent par Jacques Paugam sur Canal Académie, 27 février 2011
  5. Jean-Didier Vincent, sur histoire.inserm.fr
  6. Enregistrement audio de l'émission La Tête au carré du 5 octobre 2012.
  7. Eléonore Laloux répond à Jean-Didier Vincent
  8. [1] dans La Tête au carré animée par Mathieu Vidard sur France Inter le 5 octobre 2012.
  9. Libération, 28 mai 2009 « 5 500 euros pour avoir traité Le Pen de salopard »
  10. Sébastien Lemerle, « Les habits neufs du biologisme en France », Actes de la recherche en sciences sociale, no 176-177,‎ 2009, p. 75

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :