Jérôme Bascher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jérôme Bascher
Illustration.
Fonctions
Sénateur de l'Oise
En fonction depuis le
(1 an, 4 mois et 26 jours)
Élection 24 septembre 2017
(Tête de liste n°3)
Groupe politique LR
Prédécesseur Nadège Lefebvre
Conseiller général puis départemental de l'Oise
élu dans le canton de Senlis
En fonction depuis le
(8 ans et 23 jours)
Avec Corry Neau (depuis 2015)
Élection 27 mars 2011
Réélection 29 mars 2015
Prédécesseur Christian Patria
Président de la Communauté de communes Senlis Sud Oise

(11 mois et 23 jours)
Prédécesseur Intercommunalité créée
Successeur Philippe Charrier
Vice-Président du conseil départemental de l'Oise
chargé de l'administration générale et des finances

(2 ans, 6 mois et 23 jours)
Président Édouard Courtial
Prédécesseur Georges Becquerelle (Administration générale)
Successeur Franck Pia (Administration générale)
Éric de Valroger (Finances)
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Senlis (Oise)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1994-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Profession Attaché statisticien

Jérôme Bascher est un homme politique français né le à Senlis. Il devient sénateur à la suite de la démission de Nadège Lefebvre, élue présidente du conseil départemental de l'Oise[1]. Il est également conseiller départemental sur le canton de Senlis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'école nationale de la statistique et de l'analyse de l'information[2], Jérôme Bascher est attaché statisticien hors classe de l'Insee. En 2002, il rejoint le cabinet[3] de Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, puis en 2004[4], celui de Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture. En octobre 2006, il est nommé secrétaire général de l'Académie de France à Rome[2] en remplacement d'Elisabeth Fleury. En juillet 2007[5], il quitte Rome pour Bercy et devient conseiller technique au cabinet d'Eric Woerth, ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique. En décembre 2008, il représente l'État au conseil d'administration de l'Académie de France à Rome.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1994, il adhère au RPR afin de soutenir Jacques Chirac dans sa campagne lors des élection présidentielle française de 1995 et renouvelle son soutien lors de celles de 2002.

En 2001, il figure sur la liste d'Arthur Dehaine pour les municipales de Senlis. En 2008, il est colistier de Christian Patria. La liste étant battue, ils rejoignent l'opposition. Suite à la crise municipale, où la majorité du conseil municipal démissionne en novembre 2010[6], de nouvelles élections ont lieu en janvier 2011, il s'y représente une nouvelle fois, sur la liste de Christian Patria mais sa liste est éliminée dès le premier tour.

Élu conseiller général en 2011 du canton de Senlis[7], il décide de se représenter aux municipales de 2014[8],[9],[10] en constituant sa propre liste[11]. Celle-ci est battue et il siège donc sur les bancs de l'opposition [12],[13].

Lors des élections départementales de 2015 dans l'Oise, il se représente aux élections départementales sur le canton de Senlis, en binôme avec Corry Neau, et sont élus [14].

En 2017, il crée la surprise en étant élu président de la nouvelle communauté de communes Senlis Sud Oise, face à Pascale Loiseleur, maire de Senlis[15].

Lors des élections sénatoriales de 2017 dans l'Oise, il est candidat sur la liste d'Édouard Courtial en troisième position[16], mais n'est pas élu, la liste emportant deux sièges[17].

Toutefois, il devient sénateur de l'Oise quelques semaines plus tard, après la démission de Nadège Lefebvre[18], élue présidente du conseil départemental de l'Oise. Frappé par la législation limitant le cumul des mandats en France, il doit démissionner de l'ensemble de ses mandats exécutifs locaux, et notamment de celui de président de la communauté de communes Senlis Sud Oise[19]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Le-Bas, « Une femme à la tête de l’Oise », Le Courrier Picard,‎ , p. I (lire en ligne)
  2. a et b « Jérôme Bascher - Nominations au Journal Officiel de la République Française », sur jorfsearch.steinertriples.fr (consulté le 30 décembre 2017)
  3. Arrêté du 9 juillet 2002 portant nomination au cabinet de la ministre déléguée (lire en ligne)
  4. Arrêté du 1er juin 2004 portant nomination au cabinet du ministre (lire en ligne)
  5. Arrêté du 23 juillet 2007 portant nomination au cabinet du ministre (lire en ligne)
  6. « Senlis n'a plus de conseil municipal : Hier soir, 19 élus sur les 33  que compte le conseil municipal ont présenté leur démission, entraînant sans doute de prochaines élections. L'épilogue d'une année de crise politique », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  7. Résultats sur le canton de Senlis en 2011
  8. Hervé Sénamaud, « La droite en ordre dispersé à Senlis : Faute d’avoir pu trouver un accord, la droite senlisienne, UDI et UMP, se retrouvera sur deux listes distinctes. Scénario similaire à Crépy où le Front de gauche concurrencera la liste PS », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  9. Hervé Sénamaud, « Jérôme Bascher pense aussi aux municipales », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  10. « A Senlis, Jérôme Bascher négocie avec Pascale Loiseleur », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  11. Hervé Sénamaud, « Municipales: Jérôme Bascher (UMP) se lance seul à Senlis », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  12. Résultats municipales Senlis
  13. « Jérôme Bascher (UMP) n'a pas de regrets à Senlis », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  14. Résultats départementales sur le canton de Senlis
  15. Hervé Sénamaud, « Jérôme Bascher s’empare de la présidence de Senlis Sud Oise », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  16. Liste Sénatoriale de l'Oise pour Edouard Courtial
  17. Résultats Sénatoriales de l'Oise
  18. Patrick Caffin, « Oise : à droite, de qui se moque-t-on ? : Nadège Lefèbvre doit être élue présidente (LR) du département ce mercredi. Un poste laissé vacant par son prédécesseur, Édouard Courtial, qui ne jurait que par l’Oise avant de redevenir parlementaire à Paris », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  19. Hervé Sénamaud, « Un nouveau président et une confiance à retrouver pour Senlis Sud Oise : Le cumul des mandats va contraindre Jérôme Bascher à démissionner de la présidence de l’intercommunalité. Son successeur devra s’efforcer de faire avancer une assemblée divisée », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  20. « Ordre national du Mérite : 6 Isariens nommés le 3 mai 2017 - Oise Média », Oise Média,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]