’Ia ora ’o Tahiti Nui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ia Ora 'O Tahiti Nui)
Aller à : navigation, rechercher
’Ia ora ’o Tahiti Nui
Que vive Tahiti Nui
Hymne de Drapeau de la Polynésie française Polynésie française
Paroles Maeva Bougues, Irmine Tehei, Angèle Terorotua, Johanna Nouveau, Patrick Amaru, Louis Mamatui, Jean-Pierre et Pierre Célestin Nouveau
Musique Idem
Adopté en 1993
Fichier audio
Synthèse sonore

’Ia ora ’o Tahiti Nui (adopté le ) est l’hymne de la Polynésie française. Il s'agit d'une composition musicale collective, chantée en tahitien à l'occasion des manifestations publiques et officielles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Organisation d’un concours[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil de gouvernement de Polynésie française, présidé par Gaston Flosse, décide d'organiser un concours pour le choix d'un pehe ’āi’a mā’ohi, « hymne territorial polynésien »[1],[2]. Ce concours est ouvert aux personnes originaires de Polynésie ou y résidant de façon continue depuis 10 ans minimum. Les critères de sélection sont « les divers aspects des valeurs mā’ohi[Notes 1] et de la conscience polynésienne inspirée des traditions ».

Le , le parlement français adopte une loi modifiant le statut de la Polynésie française qui la laisse « détermine[r] librement les signes distinctifs permettant de marquer sa personnalité dans les manifestations publiques et officielles »[3].

Le , le gouvernement modifie les conditions du concours et fixe la proclamation des résultats au [4].

Pendant 8 ans, le concours ne progresse pas.

Le , l’assemblée de la Polynésie française rouvre le concours, fixe la date limite de dépôt des œuvres, les membres et dates de réunion du jury, la date de proclamation des résultats, ainsi que la consultation de l'assemblée[5].

Adoption et évolution[modifier | modifier le code]

Le , l’assemblée de la Polynésie française adopte cette composition musicale comme « hymne territorial de la Polynésie française ». Le , elle pénalise l'outrage à l’« hymne de la Polynésie française » et supprime le qualificatif « territorial »[6], devenu obsolète depuis la révision constitutionnelle du [7].

L’hymne de la Polynésie française est chantée à l’occasion de la fête de l’Autonomie et des manifestations publiques et officielles.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles officielles en tahitien[Notes 2] sont collectivement de Maeva Bougues, Irmine Tehei, Angèle Terorotua, Johanna Nouveau, Patrick Amaru, Louis Mamatui, Jean-Pierre et Pierre Célestin Nouveau. Lorsqu'elles sont diffusées, elles sont souvent accompagnées d'une traduction en français[8]. Ils ont décidé d'un commun accord de céder au Pays leurs droits d'auteur.

Paroles officielles en tahitien[modifier | modifier le code]

« ’Ua rahu te Atua (i) tō’u ’āi’a

Hono no’ano’a ō te motu rau

Heihei i te pua ri’i au ē

E firi nape mōrohi ’ore

’O tā’u ïa e fa’ateniteni nei.

Te tūoro nei te reo here

Ō te hui’a

’A hi’i tō aroha

’Ia ora ’o Tahiti Nui ē. »

— Bougues et al. ,
’Ia ora ’o Tahiti Nui

Traduction en français[modifier | modifier le code]

« Mon pays est né de Dieu

Collier d’îles multiples

Aux délicates senteurs

Reliées d’une tresse immortelle

Aujourd’hui je te loue.

Voici que s’élève la voix

De tes enfants

Répands ton amour

Pour que vive Tahiti Nui. »

— Bougues et al.
(traduit du tahitien),
’Ia ora ’o Tahiti Nui

Sens des paroles[modifier | modifier le code]

Le toponyme Tahiti Nui, qui se traduit en français par la « Grande-Tahiti »[Notes 3], doit être compris comme une acception politique désirée par une partie des personnalités politiques de Polynésie. Il désigne l'ensemble des territoires insulaires contigus à l'ile de Tahiti, qui forment la Polynésie française actuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. autochtones, de la Polynésie française
  2. Pour suivre les recommandations de l'Académie tahitienne, l'orthographe a été vérifiée dans son dictionnaire (Fare Vāna’a et al. 1999). Certains mots de la version ARJPF 2013 ont donc été légèrement modifiés :
    • « tō ’u » et « tā ’u » sont transcris « tō’u » et « tā’u » sans espace, car l'Académie considère que l'aphérèse de « au » forme un nouveau mot
    • « atua » étant traduit en français par « Dieu », il désigne bien un nom propre ; une majuscule a donc été ajoutée en tahitien
    • « Tūoro » au contraire est ici un prédicat traduit par le verbe « s'élever » ; la majuscule a donc été retirée
    • les apostrophes courbes et culbutées, comme dans « āia », ont été uniformisées en apostrophes courbes : « āia »
    • les guillemets absent de la version tahitienne, mais ajoutée dans la version française à l'avant-dernière ligne, ont été retirées
  3. Comme l'anglais Great Britain se traduit en français par la « Grande-Bretagne ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lexpol - Décision n° 1219 CGE du 25/08/1983 », sur lexpol.cloud.pf (consulté le 9 avril 2016)
  2. « Lexpol - Décision n° 1220 CGE du 25/08/1983 », sur lexpol.cloud.pf (consulté le 9 avril 2016)
  3. Loi n°84-820 du 6 septembre 1984 PORTANT STATUT DU TERRITOIRE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, (lire en ligne)
  4. « Lexpol - Arrêté n° 187 CM du 19/11/1984 », sur lexpol.cloud.pf (consulté le 9 avril 2016)
  5. « Lexpol - Arrêté n° 672 CM du 04/06/1992 », sur lexpol.cloud.pf (consulté le 9 avril 2016)
  6. « Lexpol - Texte adopté LP n° 201610 LP/APF du 25/02/2016 », sur lexpol.cloud.pf (consulté le 9 avril 2016)
  7. « Décentralisation : loi constitutionnelle relative à l'organisation décentralisée de la République. Loi constitutionnelle du 28 mars 2003 relative à l'organisation décentralisée de la République - Panorama des lois - Actualités - Vie-publique.fr », sur www.vie-publique.fr, (consulté le 9 avril 2016)
  8. ARJPF 2013, l’hymne, autre signe distinctif de la Polynésie française, p. 2

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (fr+ty) Fare Vāna’a, Dictionnaire tahitien/français [« Fa’atoro parau tahiti/farāni »], Papeete, Fare Vāna’a, , 576 p., 21 × 29,30 (présentation en ligne, lire en ligne [html])Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr+ty) Assemblée des Représentants Junior de la Polynésie française, Fiches du kit Assemblée de la Polynésie française, Papeete, , 16 p. (lire en ligne [PDF])Document utilisé pour la rédaction de l’article

Textes de loi[modifier | modifier le code]

  • France, Polynésie française. « Décision portant institution d'une commission en vue de créer un hymne territorial et de trouver un emblème », n° 1219 CGE. (version en vigueur : ) [lire en ligne (page consultée le )]Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • France, Polynésie française. « Délibération portant adoption de l'hymne territorial de la Polynésie française », n° 93-60 AT, art. 1er. (version en vigueur : ) [lire en ligne (page consultée le )]Document utilisé pour la rédaction de l’article