Nissa la bella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nissa la bella
Nice la belle
Hymne de Nice
Paroles Menica Rondelly
1903

Nissa la bella ou Niça la bèla (en norme classique) - en français : Nice la belle - en italien : Nizza la bella - est l'hymne en langue niçoise (dialecte occitan) de la ville de Nice et du Pays niçois. Il a d'abord été écrit le 14 juillet 1903 sous le titre A la mieu bella Nissa (À ma belle Nice) par le barde niçois Menica Rondelly, qui le reprend plusieurs fois et le rebaptise le 21 janvier 1906 Nissa la bella. L'hymne devient populaire pour le club de football l'OGC Nice[1].

Paroles[modifier | modifier le code]

Paroles
(graphie d'origine)
Paroles
(graphie classique)
Traduction en français

Viva, viva, Nissa la Bella

1er coublet
O la miéu bella Nissa
Regina de li flou
Li tiéu vielhi taulissa
Iéu canterai toujou.
Canterai li mountagna
Lu tiéu tant ric decor
Li tiéu verdi campagna
Lou tiéu gran soulèu d'or

Refrin
Toujou iéu canterai
Souta li tiéu tounella
La tiéu mar d’azur
Lou tiéu cièl pur
E toujou griderai
en la miéu ritournella
Viva, viva, Nissa la Bella

2e coublet
Canti la capelina
La rosa e lou lilà
Lou Pouòrt e la Marina
Paioun, Mascouinà !
Canti la soufieta
Doun naisson li cansoun
Lou fus, la coulougneta,
La miéu bella Nanoun.

3e coublet
Canti li nouòstri gloria
L’antic e bèu calèn
Dòu doungioun li vitoria
L’oudou dòu tiéu printemp !
Canti lou vielh Sincaire
Lou tiéu blanc drapèu
Pi lou brès de ma maire
Dòu mounde lou plus bèu

Viva, viva, Niça la Bèla

1er coblet
Ò la mieu bèla Niça
Regina de li flors
Li tieus vielhi teulissas
Ieu canterai totjorn.
Canterai li montanhas
Lu tieus tant rics decòrs
Li tieus verdi campanhas
Lo tieu gran soleu d'òr

Refrin
Totjorn ieu canterai
Sota li tieus tonèlas
La tieu mar d’azur
Lo tieu cièl pur
E totjorn griderai
En la mieu ritornèla
Viva, viva, Niça la Bèla

2e coblet
Canti la capelina
La ròsa e lo lillà
Lo Pòrt e la Marina
Palhon, Mascoinà !
Canti la sofieta
Dont naisson li cançons
Lo fus, la colonheta,
La mieu bèla Nanon.

3e coblet
Canti li nòstri glòrias
L’antic e bèu calen
Dau donjon li victòrias
L’odor dau tieu primtemps!
Canti lo vielh Sincaire
Lo tieu blanc drapèu
Pi lo brèç de ma maire
Dau monde, lo plus bèu

Vive, vive Nice la Belle

1er couplet
Ô ma belle Nice,
Reine des fleurs,
Tes vieilles toitures
Je chanterai toujours.
Je chanterai les montagnes,
Tes si riches décors,
Tes vertes campagnes,
Ton grand soleil d’or.

Refrain
Toujours je chanterai
Sous tes tonnelles
Ta mer d’azur,
Ton ciel pur,
Et toujours je crierai
Dans ma ritournelle
Vive, vive Nice la Belle !

2e couplet
Je chante la capeline,
La rose, le lilas,
Le Port et la Marine,
Le Paillon, la rue Mascouinà !
Je chante la mansarde
Où naissent les chansons,
Le fuseau, la quenouille,
Ma belle Nanon.

3e couplet
Je chante nos gloires,
L’antique et belle lampe à huile,
Les victoires du donjon,
L'odeur de ton printemps !
Je chante le vieux Sincaire,
Ton blanc drapeau,
Puis le berceau de ma mère,
Du monde le plus beau.

Nissa Rebela[modifier | modifier le code]

Une parodie, Nissa rebela (Nice rebelle) a été écrite en 1985. par Jean-Noël Varo et interprétée par Mauris Sgaravizzi

Paroles Paroles en français

Ò la mieu paura Niça,
As perdut la flor ;
A la tieu joinessa
Ieu penserai totjorn.
Canti pus li montanhas
Cuberti d’estacions ;
Li tieu verdi campanhas
Son pleni de maions.

Refrain
Jamai pus canterai,
Son mòrti li tonelas,
Li es pus de cançons
Per lo beton
E totjorn penserai
Au tèmps dont ères bèla,
Ailàs, ailàs, Niça rebèla.

Si sente la benzina
En plaça dau lilà ;
Cen que sònan Marina
Non fa que m’embilar.
Niça, ti siás venduda
Coma una petan ;
Ti van pilhar li combas
Per un morcèu de pan.

Perdone-mi, Menica,
De cambiar la cançon
Dont es la tieu amiga,
La tieu bèla Nanon.
Adieu la sofieta,
An cubert Palhon
E lo país de Niça
Es vengut palhasson.

Ô ma pauvre Nice,
Tu as perdu la fleur ;
À ta jeunesse
Je penserai toujours.
Je ne chante plus les montagnes
Couvertes de stations ;
Tes vertes campagnes
Sont couvertes de maisons.

Refrain
Jamais plus je ne chanterai,
Les tonnelles sont mortes,
Il n’y a plus de chansons
Pour le béton.
Et toujours je penserai
Au temps où tu étais belle,
Hélas, hélas, Nice rebelle.

Ça sent l’essence
Au lieu du lilas ;
Ce que nous appelons Marina
Me fait enrager.
Nice, tu t’es vendue
Comme une prostituée ;
On te prend les vallons
Pour une bouchée de pain.

Pardonne-moi, Dominique,
De changer la chanson
Où est ton amie,
Ta belle Nanon.
Adieu la mansarde,
On a recouvert le Paillon
Et le pays niçois
Est devenu paillasson.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christine Bovari, Ratapignata, un périodique populaire en dialecte nissart, éditions Serre, (ISBN 9782864103615, lire en ligne), p. 132

Liens externes[modifier | modifier le code]