La Tolosenca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Deffès, compositeur de la musique de "la Toulousaine".
Le cortège officiel de l'Exposition de Toulouse en 1924, écoutant 'La Toulousaine' au Grand Rond autour du maire Paul Feuga (jouée par 'l'Harmonie des Enfants de Bône').

La Tolosenca (La Toulousaine ou Ò mon país) est une chanson occitane écrite par Lucien Mengaud avec une musique de Louis Deffès composée en 1845.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le poème original est écrit par Lucien Mengaud dans l’occitan languedocien parlé majoritairement à Toulouse, dans la graphie en usage à l’époque. Les notions de « pays » sont alors assez floues puisque le texte parle de « langue gasconne » alors que Toulouse ne se situe en Gascogne que dans sa partie en rive gauche de la Garonne. Le titre lui-même est le plus souvent « La Toulousaine » ou dans sa forme patoisante La Toulousaino.

La Toulousaine connaît rapidement un grand succès et devient l’hymne officieux de la ville de Toulouse. Elle est jouée et chantée lors de tous les événements de quelque importance, et notamment encore pour le Concours de Chant de Toulouse.

Cette chanson a notamment inspiré Claude Nougaro pour sa chanson Toulouse.

Paroles[modifier | modifier le code]

« Ò mon país! Ò mon país! Ò Tolosa, Tolosa! Qu'aimi tas flors, qu'aimi tas flors, ton cèl, ton solelh d'aur! Al prèp de tu, al prèp de tu, l'anma se sent urosa, e tot aicí e tot aicí me rejoís le còr. (bis)

Que io soi fièr de tas academias, dels monuments qu'òrnan nòstra ciutat! De ton renom e de tas poesias e de ton cant despuèi longtemps citat! Aimi tanbés nòstra lenga gascona que tant nos dona de gaitat!

Ò! Qu'aimi plan de tas brunas grisetas le tin florit, le sorrire malin, lor pel lusent, lors polidas manetas lors polits pès e lor regard taquin! En las vesent mon còr se reviscòla e puèi s'envòla tot mon chagrin.

A tos entorns l'èrba sembla plan fresca, le parpalhòl a maitas de colors, e tos pradèls son claufidis de flors; de tos bosquets io recèrqui l'ombratge e le ramatge e le ramatge dels auselons.

De tots guerrièrs dont la nòbla venjença fasquèc plegar le front dels sarrasins, de ta fiertat e de l'independença que de tot temps regnèt dins le país. Ò! Soi plan fièr de ma vila tant bèla Que tant rapèla que tant, rapèla de sovenirs. »

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]