Relations entre la Chine et le Pakistan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relations entre la Chine et le Pakistan
Drapeau de la République populaire de Chine
Drapeau du Pakistan
Chine et Pakistan
Chine Pakistan
Territoire au Cachemire cédé par le Pakistan à la Chine en 1963 (cliquer pour agrandir). Celui-ci est revendiqué par l'Inde.

Les relations entre la Chine et le Pakistan sont des relations internationales s'exerçant entre deux États d'Asie, le Pakistan et la République populaire de Chine. Elles sont marquées par une entente cordiale et s'étant particulièrement renforcées à partir des années 1960.

Le Pakistan est un membre observateur de l'Organisation de coopération de Shanghai depuis 2005.

Histoire des relations sino-pakistanaises[modifier | modifier le code]

Les relations formelles débutent en 1950 lorsque le Pakistan rompt ses relations avec la République de Chine (Taïwan) et reconnait l'autorité de la République populaire de Chine comme seule représentant légitime de la Chine dans le cadre de la guerre civile chinoise entre nationalistes et communistes. C'est le premier pays musulman à le faire[1].

À la suite de la guerre sino-indienne en 1962, les deux pays s'accordent une importance sur le maintien d'une relation très étroite et solidaire entre eux. La République populaire de Chine fournit une aide économique, militaire et technique au Pakistan et chacun considère l'autre comme un proche allié stratégique[2],[3],[4]. L'accord sino-pakistanais de 1963 permet aux deux pays de régler leur litige frontalier et la vallée de Shaksgam est cédée à la Chine.

Commerce et zone de libre-échange[modifier | modifier le code]

Le JF-17 Thunder est un projet d'avion de combat multirôles développé conjointement par le Pakistan et la Chine.

De nombreux hommes d'affaires chinois investissent au Pakistan et les deux États ont mis en place une zone de libre-échange.

En 2010, le premier ministre chinois Wen Jiabao visite le Pakistan et annonce la signature de plus de 30 milliards de dollars de contrats[5].

Quelque 20 000 ressortissants Chinois étaient installés au Pakistan en 2013, cette population étant surtout composée d'hommes d'affaires Chinois (avec souvent leurs familles), de conseillers militaires, d'ouvriers du BTP (bâtiment), et divers autres, dont attachés culturels. Le chiffre peut varier d'une année à une autre, car de nombreux Chinois ont un contrat court . à ce chiffre, il faut aussi ajouter environ 500 ressortissants de la zone administrative spéciale de Hong Kong.

Les ressortissants Chinois au Pakistan sont souvent anglophones, une condition conseillée pour pouvoir communiquer avec l'administration pakistanaise. Globalement, 80 % des ressortissants chinois au Pakistan vivent et travaillent dans les dix plus grandes villes Pakistanaises (dont Karachi et Lahore).

En 2015, les deux pays signent le corridor économique Chine-Pakistan, un ensemble d'investissements d'infrastructures au Pakistan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Faisal Amin Kahn, « Pakistan : la nouvelle route de la soie », Le Figaro Magazine, semaine du 3 août 2018, p. 42-50.
  2. (en) Pakistani PM hails China as his country's 'best friend', BBC News, 17 mai 2011
  3. (en) Pakistan President to Visit China, a Valued Ally, The New York Times, 12 octobre 2008
  4. (en) China-Pakistan relations, consulté le 15 décembre 2012
  5. (en) Gilani, Jiabao inaugurate Pak-China Friendship Centre, AFP, 18 décembre 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrew Small, L'Axe Chine-Pakistan : nouvelle géopolitique de l'Asie, traduction de The China-Pakistan Axis: Asia's New Geopolitics, Oxford University Press, 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]