China–Pakistan Economic Corridor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
En pointillés, l'un des axes de développement du CPEC.

Le China–Pakistan Economic Corridor (CPEC, 中国-巴基斯坦经济走廊 ; پاكستان-چین اقتصادی راہداری) est un ensemble de projets d'infrastructures en construction (en 2017) ou planifié qui touchera l'ensemble du Pakistan. Estimé initialement au coût de 46 milliards $US, sa valeur a été relevée à 62 milliards[1],[2],[3]. Il vise à moderniser rapidement les infrastructures pakistanaises et à renforcer son économie grâce à des réseaux de transport modernes, des projets énergétiques et des zones économiques spéciales (ZES)[4],[5],[2],[3]. Le 13 novembre 2016, le CPEC a permis le transport terrestre de cargos chinois qui ont été livrés au port de Gwadar d'où ils ont été transportés par navire en Afrique et en Asie de l'Ouest[6].

Dans le cadre de CPEC, des autoroutes et des chemins de fer seront construits pour couvrir l'ensemble du territoire pakistanais. L'inefficacité du réseau de transport actuel réduirait de 3,5 % le PIB annuel pakistanais selon le gouvernement[7]. Les réseaux de transport relieront les ports de Gwadar et de Karachi au Nord du Pakistan, ainsi que des sites plus au nord, en Chine occidentale et en Asie centrale[8]. Une autoroute de 1 100 kilomètres devrait relier Karachi à la ville de Lahore[9] ; la route du Karakorum entre Rawalpindi et la frontière entre le Pakistan et la République populaire de Chine sera reconstruite[10]. La principale ligne ferroviaire qui relie Karachi à Peshawar sera modernisée pour permettre le transport ferroviaire à des vitesses pouvant atteindre jusqu'à 160 km/h à partir de décembre 2019[11],[12]. Le réseau ferroviaire pakistanais sera prolongé de Kachgar dans le but de le relier au chemin de fer méridional de Xinjiang en Chine[13]. Les 11 milliards requis seront obtenus par des prêts en contre-partie de concessions d'exploitation[14].

Pour mettre un terme à la pénurie récurrente d'énergie (évaluée à 4 500 MW[15], ce qui se traduirait par un manque à gagner de 2 à 2,5 % du PIB pakistanais[16]), des consortiums privés construiront des infrastructures énergétiques au coût de 33 milliards $US[17]. Plus de 10 400 MW devraient être ajoutés au réseau énergétique du pays à la fin de 2018, la plupart des projets étant réalisé dans le cadre d'une initiative accélératrice du CPEC, le Early Harvest[18]. Un réseau de pipelines pour le GNL et le pétrole sera aussi mis en place, dont un pipeline au coût de 2,5 milliards pour relier Gwadar à Nawabshah ; il pourrait transporter du gaz naturel de l'Iran[19]. L'électricité de ces projets proviendra essentiellement de centrales à énergie fossile, mais des centrales hydroélectriques et solaires seront aussi mises à contribution[20].

L'impact économique du CPEC serait semblable à celui du plan Marshall après la Seconde Guerre mondiale[21],[22],[23],[24]. Des responsables pakistanais prédisent que le CPEC va créer plus de 2,3 millions d'emplois entre 2015 et 2030, et ajouter entre 2 et 2,5 % au PIB annuel du pays[25]. Si tous les projets étaient réalisés, leur valeur serait égale à tous les investissements étrangers au pays depuis 1970[10], montant qui représente 17 % du PIB 2015 du Pakistan[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « China–Pakistan Economic Corridor » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Salman Siddiqui, « CPEC investment pushed from $55b to $62b », The Tribune,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) Tom Hussain, « China's Xi in Pakistan to cement huge infrastructure projects, submarine sales », mcclatchydc, Islamabad,‎
  3. a et b (en) Khaleeq Kiani, « With a new Chinese loan, CPEC is now worth $54bn », Dawn,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « CPEC: The devil is not in the details »
  5. (en) « Ecnomic corridor: Chinese official sets record straight »,
  6. (en) Sudha Ramachandran, « CPEC takes a step forward as violence surges in Balochistan », sur www.atimes.com, (consulté le 19 novembre 2016)
  7. (en) « Transport policy: need of the day », Dawn,‎ (lire en ligne) :

    « Dr Nadeem-ul-Haque was deputy chairman of the Planning Commission — saying it would reverse a colossal loss of 3.5pc of GDP that Pakistan was incurring due to poor transport infrastructure. »

  8. (en) Saeed Shah, « China's Xi Jinping Launches Investment Deal in Pakistan », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Karachi to Lahore Motorway Project Approved », sur Dawn, The Dawn Media Group, (consulté le 5 septembre 2014)
  10. a et b (en) Claude Rakisits, « A Path to the Sea: China's Pakistan Plan », World Affairs Journal,‎ fall 2015 (lire en ligne)
  11. (en) « Railway track project planned from Karachi to Peshawar », Pakistan Tribune,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « CPEC may get extra billion dollars », The Nation (en), Pakistan,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Summer Zhen, « Chinese firm takes control of Gwadar Port free-trade zone in Pakistan », South China Morning Post,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Rafi Salman, « A new ‘East India Company’ in the making? », sur www.atimes.com, (consulté le 22 novembre 2016)
  15. (en) « Electricity shortfall increases to 4,500 MW », Dunya News,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Michael Kugelman, « Pakistan's Other National Struggle: Its Energy Crisis », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Ahmad Rashid Malik, « A miracle on the Indus River », The Diplomat,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « Parliamentary body on CPEC expresses concern over coal import », Daily Time,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Saeed Shah, « China to Build Pipeline From Iran to Pakistan », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Quaid-e-Azam Solar Park: Solar energy’s 100MW to arrive in April », The Express Tribune,
  21. (en) Arun Mohan Sukumar, « What the Marshall Plan Can Teach India About the China-Pakistan Economic Corridor », The Wire (India),‎ (lire en ligne) :

    « The CPEC may be a bilateral endeavour, but New Delhi cannot ignore its spillover effects on regional governance. The inequities in the China-Pakistan relationship and the nature of proposed Chinese investment in the CPEC merit a comparison with the Marshall Plan, the most successful foreign assistance project of the 20th century. »

  22. (en) Salim Muhammad, « Marshall Plan for Pakistan », The News on Sunday,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Enda Curran, « China's Marshall Plan », Bloomberg,‎ (lire en ligne) :

    « China's ambition to revive an ancient trading route stretching from Asia to Europe could leave an economic legacy bigger than the Marshall Plan or the European Union's enlargement, according to a new analysis. »

  24. (en) Tareq Haddad, « Pakistan builds state-of-the-art warships to defend new trade routes with China », International Business Times (UK),‎ (lire en ligne) :

    « Symbolically it would be potent evidence of what economic benefits a country that allies with Beijing can expect. A rough comparison would be the Marshall Fund, the programme by which the United States rebuilt war-torn Europe, reworked the very economic structure of that continent and showcased its arrival as a superpower. »

  25. (en) Saeed Shah, « Big Chinese-Pakistani Project Tries to Overcome Jihadists, Droughts and Doubts », The Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne)
  26. (en) Bilal Khan, « Pakistan's economy is turning a corner », Standard Charter Bank,‎ (lire en ligne)