Got to Be There (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Got to Be There

Album de Michael Jackson
Sortie 24 janvier 1972
Enregistré 1971
Durée 35:45
Genre Soul, R&B, Bubblegum pop
Producteur Hal Davis, Willie Hutch
Label Motown
Critique

Albums de Michael Jackson

Singles

1. Got to Be There
2. Rockin' Robin
3. I Wanna Be Where You Are
4. Ain't No Sunshine

Got to Be There est le premier album solo de Michael Jackson, paru en 1972, sous le label Motown. Surfant sur la vague du succès des Jackson 5, l'album produisit quatre singles à succès : Got to be There tout d'abord, qui sortit en 1971, précédant ainsi la sortie du disque de plusieurs mois, Rockin' Robin, la reprise d'une chanson de Bobby Day, I Wanna be Where You are, et Ain't no Sunshine, qui fut commercialisé dans des pays où la version de Bill Withers n'était pas sortie, comme le Royaume-Uni par exemple.

L'album se vendit à près de 900 000 exemplaires aux États-Unis et à 3,2 millions d'exemplaires dans le monde. Avec cet album, Michael Jackson fut le premier artiste chez Motown à avoir enregistré un album solo sans quitter son groupe d'origine, The Jackson 5.

Description[modifier | modifier le code]

Dès l'arrivée des Jackson Five chez Motown, l'attention de tous se porte instinctivement sur le jeune Michael. Le 18 octobre 1969, lors du show télé "Hollywood Palace", Diana Ross présente les cinq garçons sous le titre "Michael Jackson & The Jackson Five". Cette erreur d'appellation engendre la fureur de Joe, le père protecteur, qui rappelle à Berry Gordy qu'il s'agit d'un groupe familial et que Michael n'a pas a être mis de l'avant de la sorte.

Cette volonté de protéger la fratrie et de l'imposer comme une formation insécable ne fait pourtant pas le poids face au talent et à la popularité instantanée de Michael Jackson. Dès ses premières apparitions télévisées dans les émissions d'Ed Sullivan ou de Dick Clark, il s'impose comme le leader charismatique, loin devant ses quatre frères. Il s'illustre très vite par son agilité et vélocité de ses pas de danse. Ses interprétations inspirées révèlent ses qualités de chanteur, avec une aisance dans des registres et des thèmes a priori loin des préoccupations d'un garçon de douze ans.

En plus d'être une bête de scène qui sait se déhancher comme James Brown et Jackie Wilson, Michael Jackson prouve dès le premier album des Jackson Five qu'il sait donner de l'émotion dans des ballades mélancoliques, comme Who's Loving You ou Can You Remember. En bon manager et dirigeant de label, Berry Gordy a conscience de cet énorme potentiel et décide d'appliquer sans tarder la formule qu'il a mis dix ans à mettre au point pour Diana Ross et les Supremes. Alors que les Jackson Five deviennent les héros d'un dessin animé programmé chaque samedi matin sur ABC à partir du 11 septembre 1971, Motown publie le premier 45 tours solo de Michael Jackson, Got To Be There, le 7 octobre de la même année. Cette ballade composée par Elliot Willenski permet à la voix du jeune prodige de s'envoler et de décrocher des notes plus hautes les unes que les autres. Telle une libération, ce premier single sonne comme si, déjà, le chanteur était heureux de prendre le large, loin de sa famille. Motown répond aussi au premier disque solo de Donny Osmond, du groupe The Osmonds.

Producteur exécutif du disque, Berry Gordy confie au très jeune talent des reprises qui pourraient impressionner des artistes deux fois plus âgés. Mais que ce soit sur Ain't No Sunshine de Bill Withers, You've Got A Friend de Carole King ou encore Love Is Here And Now You're Gone du légendaire trio Holland-Dozier-Holland, Michael, mû par une énergie et une candeur qui l'affranchissent de toute intimidation, livre des interprétations personnelles de première classe.

Got To Be There est l'album solo de Michael Jackson chez Motown le plus équilibré, celui où les chansons s'enchaînent dans un cheminement logique. Hal Davis, le producteur du disque, réussit à assembler ce patchwork de titres qui définissent les tendances du R&B de l'époque et permet au jeune prodige de sortir de son pop acidulé développé jusque-là avec The Corporation. Cela dit, Hal Davis avait déjà proposé aux Jackson Five Never Can Say Goodbye, une ballade composé par Clifton Davis sur laquelle la voix de Michael Jackson gagnait toujours plus en maturité et en assurance.

Le public accueille ce disque avec enthousiasme, et Motown décide d'en extraire trois single : la chanson titre, suivie de Rockin' Robin et I Wanna Be Where You Are. Les deux premières s'illustrent dans le Top 5 américain, tandis que I Wanna Be Where You Are décroche une correcte seizième place.

L'album Got To Be There s'écoule à près de 1,6 millions d'exemplaires rapidement[réf. nécessaire] alors que 'Maybe Tomorrow des Jackson Five, sorti quelques mois plus tôt, se vend deux fois moins. Conscient de cette double économie, Berry Gordy comprend qu'il peut capitaliser sur les personnalités fortes du groupe. Il va ainsi proposer à Jermaine puis à Jackie d'enregistrer des albums solo, qui remporteront cependant moins de succès que ceux de leur jeune frère.

Got To Be There est le point de départ d'une carrière solo qui mettra près de sept ans à arriver à maturation.

Titres[modifier | modifier le code]

  1. Ain't No Sunshine (4:11)
  2. I Wanna Be Where You Are (2:59)
  3. Girl Don't Take Your Love From Me (3:47)
  4. In Our Small Way (3:38)
  5. Got to Be There (3:23)
  6. Rockin' Robin (2:31)
  7. Wings of my Love (3:21)
  8. Maria (You Were the Only One) (3:41)
  9. Love is Here and Now You're Gone (2:51)
  10. You've Got a Friend (4:53)


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]