Goal 2 : La Consécration

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Goal 2 - La Consécration)
Goal 2
La Consécration
Titre québécois Goal II: Le rêve ultime
Titre original Goal II: Living the Dream
Réalisation Jaume Collet-Serra
Scénario Mike Jefferies
Adrian Butchart
Terry Loan
Musique Stephen Warbeck
Sociétés de production Milkshake Films
Anola Films S.L.
Impala
Little Magic Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre drame sportif
Durée 115 minutes
Sortie 2007

Série Goal!

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Goal 2 : La Consécration ou Goal II: Le rêve ultime au Québec (Goal II: Living the Dream) est un film britannico-germano-espagnol réalisé par Jaume Collet-Serra et sorti en 2007. Il s'agit du deuxième volet, après Goal! : Naissance d'un prodige (2005), d'une trilogie racontant l'ascension d'un jeune joueur de football.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Santiago Muñez vit désormais à Newcastle avec sa compagne Roz Harmison, l'infirmière du club de Newcastle, avec laquelle il compte se marier. Alors qu'il dîne avec ses futures femme et belle-mère, ainsi que de son coéquipier Jamie, Glen vient le voir pour lui informer que Florentino Pérez, président du célèbre club espagnol Real Madrid, souhaiterait le rencontrer. Glen et Santiago se rendent alors à Tokyo au Japon, où le Real est en tournée promotionnelle, afin de prendre contact avec le président et l'entraîneur du club.

Le Real Madrid et Newcastle parviennent à un accord : Michael Owen rejoint Newcastle pour 2 ans et en échange Santiago fait le trajet inverse en s'engageant avec le Real Madrid. Alors qu'il donne une conférence de presse sur son transfert, une femme, Rosa María, l'observe à la télévision. La femme explique à son fils Enrique que Santiago est son frère. Rosa avait abandonné les siens avant qu'il émigrent aux États-Unis.

Le soir du match de Ligue des champions contre l'Olympiakos, Santiago est remplaçant, mais entre à la place de son ami Gavin qui n'a plus marqué depuis 14 matchs. Santi offre la victoire à son équipe d'une magnifique reprise de volée, marquant son premier but sous ses nouvelles couleurs. Invité à la soirée d'anniversaire de Gavin, Santiago fait la rencontre de Jordana, une séduisante journaliste espagnole qui souhaiterait l'inviter à son émission, mais il décline son offre. Profitant de la présence de sa compagne dans la capitale, Santiago en profite pour la gâter en lui permettant de choisir une voiture et acheter un appartement dans lequel il veut vivre avec elle. Santi fait à nouveau une entrée remarquable en marquant une nouvelle fois le but de la victoire face à l'AEK Athènes. Hélas, sa nouvelle célébrité commence à pousser Roz à s'éloigner de lui et Santiago commence à changer de comportement, devenant capricieux, égoïste et méchant. Pour sa première titularisation en Liga face à Valence, il écope du premier carton rouge de sa carrière, à la suite d'un tacle dangereux, laissant son équipe à 10. Passant la soirée dans un bar, il est rejoint par Jordana qui lui réitère sa proposition de participer à son émission. Le soir du nouvel an, il échange un baiser avec Jordana. Les choses empirent pour la nouvelle star madrilène : il se blesse, son jeune frère Enrique lui vole ses affaires, sa voiture provoque un accident et Santi est en prison pour avoir agressé un journaliste qui l'a pris en photo après avoir été interrogé par la police. De son côté, Roz découvre dans un magazine people l'échange de baiser entre Santiago et Jordana puis l'appelle pour rompre avec lui.

Quelques jours plus tard, après avoir qualifié son équipe en finale de Ligue des Champions en battant l'Olympique lyonnais en demi-finale, Santi part à la rencontre de Rosa, sa mère, et leurs retrouvailles sont émouvantes.

En finale, le Real affronte les Anglais d'Arsenal. Gavin Harris est titulaire et Santi est sur le banc. Rien ne se passe comme prévu et les Madrilènes sont menés 2 à 0. Entré en cours de jeu, Santi délivre une passe décisive à Harris, qui réduit le score à 2-1. Alors que les minutes passent, Santi égalise d'un but magnifique. Dans les ultimes secondes du match, David Beckham offre la victoire au Real avec un magnifique coup franc. Les joueurs célèbrent le trophée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[3]

Dans leur propre rôle :

Production[modifier | modifier le code]

Après Newcastle United dans le premier film, l'action de cette suite se déroule autour du Real Madrid, comme l'explique l'un des producteurs, Mike Jefferies :

« Ce deuxième volet marque une nouvelle étape de sa carrière. Nous avons choisi le Real Madrid car c'est un des plus grands clubs du monde, avec neuf Coupes d'Europe à son actif, un stade capable d'accueillir 84 000 spectateurs, des recettes supérieures à tous les autres clubs et un nombre de fans égalé seulement par Mancheste United et Liverpool. Santiago passe ainsi d'un niveau national, les championnats de Ligue 1 anglais, à un niveau européen, la Ligue des Champions organisée par l'UEFA[4]. »

Le coproducteur Danny Stepper ajoute que le club madrilène a totalement soutenu et aidé le film : « À la fois sportifs et hommes d'affaires, les responsables du Real Madrid ont vite compris qu'ils avaient tout intérêt à participer au projet. Comme nous, ils déploraient le manque de films sur le football[4] ».

Le tournage a lieu entre octobre et . Il se déroule à Madrid, Londres, Newcastle upon Tyne, Trondheim et Tokyo[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 39% d'opinions favorables pour 18 critiques et une note moyenne de 4,8210[6]. Sur Metacritic, 3 critiques négatives sont recensées[7].

En France, le film obtient une note moyenne de 1,85 sur le site AlloCiné, qui recense 11 titres de presse[8].

Côté box-office, le succès n'est pas non plus au rendez-vous. Produit pour un budget estimé à 10 millions de dollars, le film ne récolte que 7 864 905 $ dans le monde. En France, il ne totalise que 77 349 entrées[1].

Erreur[modifier | modifier le code]

Au début du film lorsque le Real Madrid joue contre le FC Barcelone, il est possible de voir deux ballons : un blanc et un jaune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Goal 2 : La Consécration », sur JP's Box-office (consulté le 25 novembre 2020)
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, .
  4. a et b Secrets de tournage - Allociné
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) « Goal II: Living the Dream (2007) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 25 novembre 2020)
  7. (en) « Goal II: Living the Dream Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 25 novembre 2020)
  8. « Goal 2 : La Consécration - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 25 novembre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Trilogie Goal![modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]