Carles Puyol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carles Puyol
PuyolTraining.jpg
Puyol à l'entraînement avec le FC Barcelone en 2009.
Biographie
Nom Carles Puyol Saforcada
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Naissance (37 ans)
Lieu La Pobla de Segur (Catalogne)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 1999 - 2014
Poste Défenseur
Parcours junior
Saisons Club
1993-1995 Drapeau : Espagne CF Pobla
1995-1996 Drapeau : Espagne FC Barcelone
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1996-1997 Drapeau : Espagne FC Barcelone C
1996-1999 Drapeau : Espagne FC Barcelone B 076 0(5)
2000-2014 Drapeau : Espagne FC Barcelone 593 (18)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2000 Drapeau : Espagne Espagne Espoirs 001 0(0)
2000 Drapeau : Espagne Espagne Olympique 005 0(0)
2000-2013 Drapeau : Espagne Espagne 100 0(3)
2001-2013 Flag of Catalonia.svg Catalogne 006 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 1er juin 2014

Carles Puyol i Saforcada, né le 13 avril 1978 à La Pobla de Segur (Catalogne), est un footballeur international espagnol. Il évolue au poste de défenseur du milieu des années 1990 au milieu des années 2010. Il est reconnu comme un des meilleurs joueurs à son poste des années 2000.

Carles Puyol fait ses premiers pas en première division espagnole avec l'équipe première du FC Barcelone, le 2 octobre 1999. En quinze ans de présence au sein du club dont dix comme capitaine, Puyol remporte entre autres cinq Ligas, trois Ligues des champions et deux Coupes du monde des clubs. Il fait notamment partie de l'équipe qui remporte un sextuplé inédit en 2008-2009. Au moment d'arrêter sa carrière en juin 2014 à cause de blessures récurrentes, Puyol est le second joueur ayant disputé le plus de matchs sous le maillot du Barça derrière son ami Xavi.

Puyol fait ses débuts avec l'équipe d'Espagne le 15 novembre 2000, quelques mois après avoir perdu la finale des JO de Sydney. Après plusieurs places d'honneur, il remporte le Championnat d'Europe des Nations 2008 et la Coupe du monde 2010. En 2012, une blessure l'empêche de prendre part au sacre de la Roja à l'Euro 2012. Puyol prend sa retraite internationale en 2013 après avoir atteint les cent sélections durant lesquelles il inscrit trois buts.

En septembre 2014, Carles Puyol devient l'adjoint d'Andoni Zubizarreta à la direction sportive du FC Barcelone. Il tient ce poste jusqu'en janvier 2015, lorsqu'il démissionne après le licenciement de Zubizarreta.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au FC Barcelone (1995-2014)[modifier | modifier le code]

Arrivée à la Masia (1993-1999)[modifier | modifier le code]

Puyol intègre La Masía en 1995.

Carles Puyol commence le football dans le club de sa ville natale, La Pobla de Segur, au poste de gardien de but[B 1]. Un problème au dos l'oblige à changer de poste[B 1] et il devient attaquant. Ses parents sont sceptiques quant à ce qu'il devienne footballeur et l'encouragr à étudier[1]. Lors de la saison 1993-1994, il évolue en équipe jeune du CF Pobla avant d'intégrer l'équipe première du club la saison suivante[2]. A seulement seize ans, ses parents l'encouragent alors à travailler dur car la concurrence est rude[1].

Son talent attire rapidement l’attention et il entre à La Masia, le centre de formation du FC Barcelone, à l’âge de 17 ans en 1995[3].

À ses débuts, Carles Puyol joue au poste d'ailier droit ce qui l'aide à améliorer sa vitesse et ses capacités de dribble et de centre. Il joue aussi au poste de milieu de terrain. Après une première saison 1995-1996 en Juvenil où il remporte la Coupe d'Espagne de la catégorie[B 2], Puyol intègre le FC Barcelone C (équipe 3) en 1996-1997 et termine second de Tercera División (D4)[2] sous les ordres de Josep Maria Gonsalvo[B 1]. Durant les saison 1995-1996 et 1996-1997, Puyol participe à un match de Segunda División par saison avec le FC Barcelone B et inscrit un but à chaque fois. Il connaît donc la relégation avec l'équipe B lors du deuxième exercice[4].

En 1997, lors de l'arrivée de Louis van Gaal à la tête de l'équipe première du FC Barcelone, Josep Maria Gonsalvo prend la gestion de l'équipe réserve avec pour mission de remonter en Segunda División et fait monter avec lui son défenseur, Carles Puyol[B 1]. Lors des premiers entraînements du FC Barcelone B, van Gaal remarque le talent de Xavi, le travail de Gabri mais aussi la personnalité de Carles Puyol[B 1].

Premier de groupe de Segunda División B (D3) en 1997-1998 et promu en D2 avec notamment son coéquipier Xavi Hernandez, les entraîneurs convoquent Puyol à la fin de la saison pour lui dire que Malaga le veut, qu'ils ont trouvé un accord pour un transfert et qu'il devrait partir[5]. Puyol reste et évolue avec son équipe en Segunda División (D2) lors de la saison 1998-1999.

Carles Puyol connaît deux saisons pleines avec le FC Barcelone B, respectivement 36 et 38 matchs disputés[6],[7].

Débuts en équipe première et replacement tactique (1999-2003)[modifier | modifier le code]

L'entraîneur Louis van Gaal lui permet de découvrir la Liga.

Avec le numéro 32[8], Puyol fait ses débuts avec l'équipe première du FC Barcelone, le Liga face à Valladolid. Louis van Gaal le lance à 21 ans et 172 jours en le faisant entrer à la place de Simao[9]. Durant la saison 1999-2000, van Gaal en fait le remplaçant de Michael Reiziger au poste d'arrière droit[B 1].

Ses apparitions sont de plus en plus fréquentes, jusqu'à devenir titulaire au poste de latéral droit. Cette saison-là, le défenseur joue 37 rencontres. En raison de sa détermination à s'améliorer et à un rythme de travail impressionnant, Carles Puyol est ensuite positionné en défense centrale[3].

Pour la saison 2000-2001, Puyol prend le numéro 24 qu'il garde deux saisons[8]. Le 21 octobre 2000, à seulement 22 ans, Llorenç Serra Ferrer lui demande à de marquer individuellement Luís Figo, qui revient au Camp Nou avec le Real Madrid lors du Clásico. Son match est impressionnant et le Barça gagne 2-0[9].

Son premier but arrive à Valladolid le 11 novembre 2001, où tout commence un an plus tôt. Carles Puyol combine sur bien l’action avec Saviola pour le deuxième but des catalans ce soir là (sur 4)[9].

Pour la saison 2002-2003, Carles Puyol prend le numéro 5 qui sera le sien jusqu'à la fin de sa carrière[8]. Le 23 octobre 2002, comme un signe, le défenseur sauve un but avec le cœur face au Lokomotiv Moscou en Ligue des champions (victoire 1-0). Le ballon heurtant l’écusson du Barça[9].

Progression, premier titre et capitanat (2003-2006)[modifier | modifier le code]

Puyol (en bas à droite) avec le brassard de capitaine en novembre 2005.

En 2003, le président d'alors, Joan Gaspart, le fait signer une prolongation de contrat jusqu'au 30 juin 2007 qui fait de Carles Puyol un des Barcelonais les mieux payés. Lors de la saison 2003-2004, il est choisi comme troisième capitaine de l’équipe et joue un rôle important dans l’équipe. Il dispute 27 matches de Liga et sept en Coupe UEFA[3].

Suite à la retraite de Luis Enrique et au départ de Phillip Cocu, Puyol est élu capitaine devant Ronaldinho et Xavi Hernandez après un vote des joueurs et du staff du FC Barcelone. Lors de la saison 2004-2005, le défenseur est Champion d'Espagne pour la première fois. Il est alors un membre clé du système de Frank Rijkaard[3].

En septembre 2005, le défenseur international prolonge son contrat au FC Barcelone jusqu'en juin 2010 et déclare : « Je suis vraiment heureux. J'ai toujours dit que je voulais rester ici et à partir d'aujourd'hui je promets de tout donner pour l'équipe »[10]. Le nouveau capitaine du FC Barcelone est joue un grand nombre de matches, il ne rate que cinq rendez-vous durant la saison 2005-2006 dont trois qui émane de la décision de l'entraineur Frank Rijkaard qui décide de le laisser au repos et deux autres pour suspension[3]. Il inscrit son seul but de la saison lors de la victoire 5-0 face à la Real Sociedad en Liga que le club remporte de nouveau[3]. Il remporte cette saison là la Ligue des Champions face à Arsenal au Stade de France. Puyol déclare alors : « Pour un footballeur, remporter la Coupe des champions avec le brassard de capitaine est une consécration. Je pense que nous méritons ce succès, nous avons effectué une grande saison »[11]. Comme Alexanko quatorze ans auparavant, Puyol soulève le trophée européen pour le FC Barcelone, la deuxième de l’histoire du Club[9].

Un leader incontestable (2006-2011)[modifier | modifier le code]

Carles Puyol en 2010 avec le Barça.

Lors de la seconde journée de championnat 2006-2007, après un match raté en sélection, Puyol laisse sa place à Lilian Thuram. Il n'a alors plus regardé un match du FC Barcelone depuis le bord de la pelouse depuis cinq ans[12]. En février 2007, Puyol fait partie de l'équipe-type de l'année 2006 publiée par l'UEFA et élue par 292 000 joueurs votants[13]. À la fin de la saison lors de laquelle il dispute à nouveau trente-cinq des trente-huit matches de Liga, Carles Puyol se blesse aux ligaments d'un genou[14] lors d’un match amical en juin, alors que la saison est terminée.

Opéré d'une rupture du ligament latéral externe du genou gauche, Puyol reprend l'entraînement collectif le 22 septembre 2007[15]. Il revient sur les terrains sept jour plus tard[3]. En octobre 2007, Puyol fait partie de l'équipe FIFPro World XI élue par 25 000 joueurs professionnels[16]. Malgré un premier mois de compétition manqué et une déchirure musculaire à la cuisse droite en février 2008[17], il dispute trente matches en championnat d'Espagne lors de la campagne 2007-2008[3]. Il retrouve le poste de latéral droit qu'il occupe à ses débuts en équipe première, cela s’explique notamment par les prestations décevantes du titulaire à ce poste Gianluca Zambrotta.

Lors de la saison 2008-2009, Carles Puyol se révèle être très utile pour l’effectif Blaugrana de par sa polyvalence. Avec l'arrivée de l'entraîneur Josep Guardiola cette saison là, sa polyvalence est fréquemment utilisée pour permettre à Daniel Alves de se reposer[3]. Guardiola l’utilise comme arrière droit lors de la finale remportée de la Ligue des Champions, arrière gauche en finale remportée de la Coupe du Roi, ou bien en tant que défenseur central[3]. Lors du Clásico d'avril 2009 (6-2), le capitaine catalan donne l'avantage aux Blaugrana face au Real Madrid en reprenant victorieusement de la tête un coup franc de Xavi, le premier but de la saison du défenseur central qui fête l'événement devant le peuple de Castille en embrassant son brassard aux couleurs de la Catalogne[18]. En finale de la C1 à Rome, il devient le premier capitaine Blaugrana à remporter deux Ligue des champions[3]. Il est en outre, élu meilleur défenseur par l'UEFA.

Gerard Piqué, son coéquipier en défense centrale au Barça et avec l'Espagne à partir de 2008.

En octobre 2009, Carles Puyol signe une prolongation de son contrat qui le lie au Barça jusqu'en juin 2013, lui qui en est à dix ans de présence au club et près de 450 parties officielles[19]. Il aura alors 35 ans, âge qu'il évoque pour sa probable retraite sportive[20]. Il affirme par la suite vouloir jouer jusqu'à quarante ans. À ce moment, seul son coéquipier Xavi a joué plus que lui sous le maillot Blaugrana[21]. Collectivement, le Barça remporte à nouveau la Liga et Puyol est la pierre angulaire de la défense[3].

Blessures récurrentes (2011-2014)[modifier | modifier le code]

Puyol arrangue ses coéquipiers Xavi et Messi lors de la finale de la Coupe du monde des clubs 2011 remportée.

Sa saison 2010-2011 est marquée par des blessures. Une tendinite au genou gauche, contractée le 18 janvier 2011 l'écarte des terrains pendant dix-neuf matches. Il effectue son retour lors du Clásico le 16 avril. Sorti sur civière à l'heure de jeu, le capitaine catalan souffre alors d'une contracture à la cuisse gauche, qui n'a rien à voir avec sa blessure précédente et l'a obligé à sortie sur civière à l'heure de jeu[22]. Même si il remporte la Liga pour la cinquième fois et la Ligue des champions pour la troisième fois, il ne dispute que 27 matches toutes compétitions confondues. Entretemps, le 3 mai 2011, Carles Puyol joue son 100e match de Ligue des champions lors de la demi-finale retour face au Real Madrid. En fin de saison, Puyol subit une opération du genou[3].

Blessé au genou gauche en janvier, Carles Puyol manque une grande partie de la saison 2010-2011 avant de rejouer face au Real Madrid et de rechuter. Opéré le 1er juin, celui qui avait tout de même joué quelques minutes en finale de la C1 ne reprend pas l'entraînement de pré-saison avec le groupe barcelonais. Toujours gêné par son genou, le retour du défenseur international espagnol est fixé au 28 août. Il manque les deux matches de Supercoupe d'Espagne face au Real, celui de Supercoupe d'Europe contre le FC Porto et la première journée de Liga à Malaga[23].

Le 3 avril 2012, Carles Puyol devient le défenseur ayant disputé le plus de rencontres sous le maillot barcelonais. Il bat le record d’un autre monument de l’histoire du club, Migueli (549 matches). « C'est un honneur car Migueli est une référence pour tous les Culés », assure-t-il à l'époque[24]. En 2012, Puyol contracte plusieurs blessures le rendant souvent indisponible, mais il aide Barcelone à remporter la Coupe du Roi en marquant un but décisif en quarts de finale face au Real Madrid. En demi-finale, face à Valence CF, Puyol récidive et marque encore une fois sur corner. Malheureusement, Puyol ne joue pas la finale en mai 2012, car il contracte une nouvelle blessure au genou droit qui le prive aussi de l'Euro 2012 avec l'équipe d'Espagne[25].

La saison 2012-2013 sous le maillot Blaugrana débute par une défaite face au Real Madrid en Supercoupe d'Espagne (3-2, 2-1) durant laquelle Puyol est remplaçant. Il est titulaire lors du premier match en Liga face à la Real Sociedad remporté 5-1 où il marque un but de la tête[26]. Mais Carles Puyol subit une fracture de la pommette lors du match face à Osasuna (2-1) et est indisponible durant deux semaines. Il effectue son retour en Ligue des champions face à Benfica en octobre. À la fin du match le défenseur connaît une nouvelle blessure : une luxation du coude en raison de sa mauvaise chute sur un corner qui l'éloigne deux mois[27]. Carles Puyol prolonge le contrat qui le lie au FC Barcelone jusqu'en 2016. Puyol aura alors 38 ans et aura passé 21 ans sous les couleurs du Barça[28]. Se plaignant du genou, Puyol est opéré en mars 2013 pour nettoyer son articulation à l'occasion d'une opération arthroscopique. Son indisponibilité dépend de ses facultés de récupération, pouvant aller d'un mois et demi à trois mois[29].

Le 19 octobre 2013, après plus de 220 jours de blessure au genou, Carles Puyol revient face à Osasuna (0-0) et est titulaire lors de la 9e journée de championnat. Il oublie ainsi une blessure qui lui a fait manquer sept mois de compétition[9]. En février 2014, Puyol rechute après s'être remis d'une lombalgie[30]. Le 4 mars 2014, Carles Puyol annonce qu'il quittera le FC Barcelone à la fin de la saison[31] après 19 ans passés au club. En avril 2014, alors qu'il fait son retour dans le groupe barcelonais pour affronter le Real Madrid en finale de la Coupe du Roi, Puyol est finalement forfait pour cette rencontre capitale ressentant encore de ses problèmes au genou[32]. Il ne peut participer au dernier match de Liga de la saison[33].

En équipe d'Espagne (2000-2013)[modifier | modifier le code]

Médaille d'argent puis période creuse (2000-2006)[modifier | modifier le code]

Devant 104 098 spectateurs au Stadium Australia, Puyol et son équipe sont défaits par le Cameroun en finale des JO 2000.

En septembre 2000, Carles Puyol participe au Jeux olympiques d'été de 2000 avec l'équipe d'Espagne olympique. Il est sélectionné par Iñaki Sáez, l'entraîneur des espoirs espagnols. Avec le numéro 12[34], Puyol reste sur le banc lors du premier match[35] puis rentre à la 82e minute lors du second contre le Chili (perdu 3-1)[36],[37]. Il est ensuite titulaire lors du dernier match de la phase de poule face au Maroc (victoire 2-0)[38] puis jusqu'à la fin du tournoi. Aux côtés de futurs internationaux comme Xavi, Albelda, Marchena ou encore Capdevila, Puyol et son équipe se hisse jusqu'en finale. Face au Cameroun de Samuel Eto'o, Geremi, Womé et autres Rigobert Song, l'Espagne s'incline aux tirs-au-but (2-2 tab 5-3)[39].

Il débute avec l'équipe d'Espagne quelques mois plus tard, le , contre les Pays-Bas, un match perdu (2-1). Le 17 avril 2002 en Irlande du Nord, lors du dernier match de préparation au Mondial 2002, Puyol inscrit son premier but international[40] à la 69e minute portant le score à 4-0 (5-0 au final).

Lors de l'annonce des vingt-trois joueurs retenus par le sélectionneur José Antonio Camacho le 13 mai 2002, Puyol semble certain d'en faire partie à la suite d'une déclaration de Camacho un mois auparavant[41]. À 24 ans, le défenseur catalan compte alors huit sélections et un but inscrit. Puyol jour les deux premiers matchs du premier tour de la compétition. Lors du second, contre le Paraguay, il ne peut éviter le ballon repoussé par Casillas et marque contre son camp. Heureusement pour lui, Morientes et Hierro marquent ensuite pour enlever la victoire (3-1). Qualifié aux tirs-au-but en huitième de finale contre l'Irlande, l'Espagne est éliminée par la même sentence contre la Corée du Sud en quarts de finale. Puyol joue quatre des cinq matchs[40],[Note 1] et délivre une passe décisive[42].

C'est à l'AWD-Arena que le parcours espagnol est stoppé par la France lors du Mondial 2006.

Lors des éliminatoires de l'Euro 2004, Carles Puyol participe à cinq des huit matchs. L'Espagne devant passer par les barrages, son défenseur est présent lors des deux oppositions face à la Norvège en novembre 2003[40].

Il est titulaire comme arrière droit dans tous les matchs de la sélection qui joue l'Euro 2004, avec pour sélectionneur Iñaki Sáez. Lors du dernier match décisif de phase de groupe face au Portugal, Puyol récolte un carton jaune à la soixante-quatorzième minute et l'Espagne perd 1-0[40].

L'expérimenté Luis Aragonés prend en charge la sélection en 2004 et construit une équipe rajeunie. Pour participer à la Coupe du monde 2006, l'Espagne doit encore passer par les barrages. Présent lors de neuf des dix matchs qualificatifs, Puyol répond présent pour la double confrontation face à la Slovaquie (5-1 ; 1-1)[40].

Puyol joue la Coupe du monde 2006 en défense centrale avec Pablo Ibáñez. Dans le groupe H, une équipe d'Espagne convaincante remporte logiquement son premier match 4-0 face à l'Ukraine, l'autre favori de la poule[43]. Lors de ce match face aux Ukrainiens, Puyol participe à un beau mouvement collectif amenant à un but : récupérant le ballon à la moitié du terrain sur la gauche, Puyol élimine un adversaire d'une roulette avant de donner le ballon dans l'axe et de le dévier de la tête en passe décisive pour Fernando Torres. Lors de la deuxième journée du groupe, l'Espagne domine la Tunisie (3-1). Étant déjà qualifié, le sélectionneur Luis Aragonés fait jouer des remplaçants contre l'Arabie saoudite. En huitièmes de finale, Puyol et son équipe est éliminée par la France (3-1)[44] pour sa cinquantième sélection[40].

Défenseur de la meilleure équipe du monde (2006-2010)[modifier | modifier le code]

Espagne-Grèce, le seul match manqué par Puyol lors du triomphe à l'Euro 2008.

Lors de la saison 2006-2007, Puyol ne participe qu'à la moitié des matchs du Groupe F des éliminatoires à l'Euro 2008[40].

Placée dans le groupe D lors du premier tour de la compétition, l'Espagne s'impose facilement (4-1) face à la sélection russe. Lors du second match face à la Suède, Puyol laisse sa place sur blessure à la 24e minute à Raúl Albiol. Les Espagnols remportent leur second match et se qualifient pour les quarts de finale[45]. Lors du troisième match, le sélectionneur espagnol Luis Aragonés décide de faire tourner son équipe. Pour son quart de finale contre l'Italie, la Roja peut compter sur le retour en défense centrale de Carles Puyol. Gêné par la taille de Luca Toni, Puyol et son équipe se qualifient aux tirs-au-but (0-0 tab 4-2)[46]. Solide face à la Russie en demi puis l'Allemagne en finale, Puyol voit son capitaine Casillas soulevé leur premier trophée international. Carles Puyol participe en tant que titulaire à cinq des six matches en Autriche[3],[40] et se voit nommé dans le meilleur XI du tournoi[4].

En 2008 et 2009, Carles Puyol participe à six des dix matchs du groupe 5 de la zone Europe des éliminatoires de la Coupe du monde 2010. Lors du troisième face à l'Estonie le 11 octobre 2008, il inscrit son second but en sélection. Entre-temps, l'Espagne est qualifiée à la Coupe des confédérations 2009. Puyol ne prend part qu'à trois rencontres sur cinq[40]. Titulaire lors du premier match facile face à la Nouvelle-Zélande[47], il est écarté lors du second match de poule face à l'Irak (remplacé par Gerard Piqué)[48]. Capitaine pour le dernier match du premier tour contre l'Afrique du Sud[49], Puyol est associé à Piqué en quart-de-finale mais ne peut éviter la défaite (2-0) contre les États-Unis[50]. Dans le match pour la troisième place contre l'Afrique du Sud remporté 3-2 après prolongations, Vicente Del Bosque fait confiance à Piqué et Raúl Albiol en défense centrale[51].

Puyol (4e en partant de la droite) et l'Espagne contre la Suisse lors du Mondial 2010.

Lors de l’été 2010, Carles Puyol remporte le seul titre qui lui manque, la Coupe du Monde. Durant la compétition, Puyol forme une des meilleures paires de défenseurs centraux du tournoi avec son coéquipier en club, Gerard Piqué. Le capitaine barcelonais participe à la quasi totalité de la compétition[52], ne manquant que les six dernières minutes du quart-de-finale face au Paraguay remplacé par Marchena[53]. À la 73e minute de la demi-finale contre l'Allemagne, Xavi tire un corner de la gauche que Puyol vient coupé d'une tête puissante en arrivant lancé pour tromper Neuer[54]. Troisième but en sélection et surtout le seul du match, qui envoie la Roja en finale. Averti dés la seizième minute pour sa 90e sélection contre cette équipes des Paraguay[40], Puyol contient Robin van Persie, l'Espagne remporte son premier Mondial et son défenseur décroche une place dans l'équipe-type du tournoi[4].

À 32 ans, Carles Puyol annonce alors sa retraite internationale après avoir été champion d'Europe et maintenant champion du monde. Dix ans après sa première sélection déjà face aux Pays-Bas, Puyol en est alors à 90 sélections et trois buts avec la Roja. Marca révèle que Vicente Del Bosque lui a demandé de prolonger un peu l'aventure, de tirer au moins jusqu'à une symbolique centième cape. Mais le numéro 5 espagnol souhaite alors ne pas être convoqué pour le prochain match des siens. Il entend désormais se concentrer sur son club, argumentant qu'il n'a plus les ressources nécessaires pour combiner les deux missions à 100%[55]. Le défenseur de Barcelone annonce quelques jours plus tard qu'il poursuit sa carrière internationale jusqu'à l'Euro 2012. « Après de nombreuses discussions, j'ai décidé de continuer avec l'équipe pendant encore deux ans. J'ai parlé avec mes collègues, l'entraîneur, Fernando Hierro et des amis avant de prendre cette décision »[56].

Blessures pour finir (2010-2013)[modifier | modifier le code]

La saison 2010-2011 de Carles Puyol est marquée par une blessure au genou contractée lors d'un match amical au Portugal[57]. Il est absent près d'un an en sélection entre novembre 2010 et octobre 2011. Lors de la campagne 2010-2012 de l'équipe d'Espagne, Puyol dispute neuf matchs sur 19 possibles dont seulement quatre parties sur huit en éliminatoires de l'Euro 2012.

En mai 2012, Puyol contracte une nouvelle blessure au genou droit qui le prive de l'Euro 2012. Il révèle alors qu'il ne souhaite pas pour autant mettre un terme à sa carrière internationale : « il est clair que je prendrai ma retraite internationale sur le terrain et non dans un bloc opératoire »[58]. En décembre 2012, Puyol affirme vouloir poursuivre sa carrière avec la Roja jusqu'à la Coupe du monde 2014.

Le 6 février 2013, Puyol dispute son 100e match avec l'Espagne lors d'une victoire (3-1) face à l'Uruguay, champion d'Amérique du Sud en titre[59].

En équipe de Catalogne (2001-2013)[modifier | modifier le code]

Puyol avec le maillot de l'équipe de Catalogne en 2009 contre l'Argentine.

Né à La Pobla de Segur dans la province de Lérida en Catalogne, Carles Puyol peut prétendre à être appelé en équipe de Catalogne de football de par ses origines et son lieu de naissance. Cette sélection n'est pas membre de la FIFA, ni de l'UEFA, et ne participe donc qu'à des matchs amicaux contre des nations, des clubs officiels ou contre d'autres communautés espagnoles.

Puyol fait ses débuts le 28 décembre 2001, lors d'un match amical disputé au Camp Nou contre la sélection du Chili avec une victoire (1-0) pour les Catalans.

Il joue son dernier match avec le maillot catalan le 2 janvier 2013 contre la sélection du Nigeria (1-1). Le joueur espagnol débute le match avant d'être remplacé à la 45e minute par son compatriote Marc Bartra.

L'équipe de Catalogne lors du dernier match de Puyol en 2013.
Sélections de Puyol avec la Catalogne
# Date Stade Adversaire Score Source
1 28 décembre 2001 Camp Nou, Barcelone Drapeau : Chili Chili 1–0 [60]
2 29 décembre 2007 San Mamés, Bilbao Drapeau : Pays basque Pays basque 1–1 [61]
3 28 décembre 2008 Camp Nou, Barcelone Drapeau : Colombie Colombie 2–1 [62]
4 22 décembre 2009 Camp Nou, Barcelone Drapeau : Argentine Argentine 1–0 [63]
5 28 décembre 2010 Olímpico Lluís Companys, Barcelone Drapeau : Honduras Honduras 4–0 [64]
6 2 janvier 2013 Cornellà-El Prat, Barcelone Drapeau : Nigeria Nigeria 1–1 [65]

Reconversion (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Carles Puyol met un terme à sa carrière de joueur en mai 2014 et devient directeur sportif adjoint, faisant équipe avec Andoni Zubizarreta, en poste depuis 2010[66]. Puyol entre à partir du mois de septembre 2014 au département Football du Club. Cette prise de fonction permet au joueur de rester lié au Club, souhait que lui-même ainsi que le Président Bartomeu et le directeur sportif Zubizarreta explique lors du départ de l'ancien capitaine du Barça. Il travaille avec Zubizarreta sur tous les dossiers internes et externes du Club[67].

Lors du Mondial 2014 au Brésil, Puyol est chargée de présenter le trophée de la Coupe du Monde de la FIFA avec la top-modèle brésilienne Gisele Bündchen, quelques minutes avant le coup d'envoi de la finale. Il représente l'Espagne, dernier vainqueur de la coupe[68].

Début janvier 2015, le FC Barcelone annonce avoir rompu le contrat d'Andoni Zubizarreta, directeur sportif du club catalan[69]. Puyol annonce sa démission du club dans la foulée du limogeage de Zubizarreta. « J'ai décidé de mettre un terme à ma relation de travail avec le FC Barcelone », annonce l'ancien international espagnol sur sa page Facebook. « Je souhaite progresser tant sur les plans personnel que professionnel pour que, à l'avenir, je puisse revenir dans cette maison et vous rendre tout ce que vous m'avez donné durant ces années inoubliables », écrit-il[66]. Puyol , pressenti pour succéder à Zubizarreta, affirme simplement qu'il a « beaucoup appris » au cours des trois mois et demi qu'il a passés à son poste, mais qu'il souhaite désormais « découvrir d'autres perspectives et d'autres endroits »[70],[71].

En mai 2015, Carles Puyol surprend en déclarant qu'il n'écarte alors pas la possibilité de rejouer au football. On parle alors des USA et du Qatar pour l'ancien capitaine du Barça de 37 ans. « Je n'écarte aucune possibilité. Entraîner ou même rejouer... L'important, c'est que mon genou aille bien et ces dernières semaines, il est comme neuf »[72].

Style de jeu : guerrier polyvalent[modifier | modifier le code]

Puyol (au centre) à la lutte avec Higuaín lors d'un Clásico en mai 2009.

Bien qu'ayant commencé au poste d'arrière droit en équipe première du FC Barcelone, Carles Puyol passe rapidement défenseur central devenant incontournable dans l'axe grâce à ses tacles, sa lecture du jeu et sa détermination[73]. Remarqué pour sa condition physique et sa discipline sur le terrain, il est un exemple de joueur d'équipe, qui opte toujours pour le bien du groupe et ne met jamais ses coéquipiers en difficultés. Sa polyvalence lui permet de jouer également sur les côtés de la défense pour le bien de l'équipe[74].

Puyol (au dessus du poteau) apporte sa hargne sur les corners offensifs.

Pas doté d'une taille au-dessus de la moyenne, Puyol compense par sa force physique et son engagement pour prendre le dessus sur des attaquants plus grands. Lorsque l'occasion se présente, il n'hésite pas à monter en attaque pour apporter le surnombre. Carles Puyol est une référence au sein de l'équipe pour son caractère et son leadership[74].

Aussi puissant que dur au mal, le capitaine du Barça, qui veut devenir policier quand il était enfant, est sans doute un des meilleurs défenseurs de duels du XXIe siècle. Frank Rijkaard, son ancien coach à Barcelone, dit de lui : « de ma carrière de joueur et d’entraîneur, j’ai rarement vu un défenseur si fort en un contre un ». Carles Puyol dit de lui : « mon attaquant, je lui laisse toujours un peu d’espace, je lui laisse croire qu’il a une marge de manœuvre pour dribbler et là, d’un coup, je lui rentre dedans, agressif ». Il est célèbre pour son jeu musclé, son timing parfait dans les duels et possède également un excellent jeu de tête malgré une taille modeste d’1m78[75]. Puyol détient d'ailleurs le record du nombre de ballons récupérés à des attaquants dans un match de Liga (22). Une force à laquelle il ajoute ce brin de fougue et de don de soi qui galvanisent les partenaires et font peur à l’adversaire[5].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Générales[modifier | modifier le code]

Carles Puyol dispute 593 matchs avec le FC Barcelone. Ce total fait de lui le second joueur ayant disputé le plus de matchs sous le maillot Blaugrana derrière Xavi Hernández (767) et devant Andrés Iniesta (549 au terme de la saison 2014-2015), qui le dépassera vraisemblablement un jour.

Ce tableau présente les statistiques de Carles Puyol avec le FC Barcelone et l'équipe d'Espagne[6],[7],[4],[76],[77].

Statistiques de Carles Puyol au 31 mai 2014
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Coupe du monde des clubs Drapeau : Espagne Espagne Total
Division M B M B M B C M B M B M B M B M B
1995-1996 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone B D2 1 1 - - - - - - - - - - - - - 1 1
1996-1997 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone B D2 1 1 - - - - - - - - - - - - - 1 1
1997-1998 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone B D3 36 1 - - - - - - - - - - - - - 36 1
1998-1999 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone B D2 38 2 - - - - - - - - - - - - - 38 2
1999 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone B D3 8 0 - - - - - - - - - - - - - 8 0
Sous-total 76 5 0 0 0 0 - 0 0 0 0 0 0 0 0 76 5
1999-2000 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 24 0 5 0 - - C1 8 0 - - - - - - 37 0
2000-2001 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 17 0 2 0 - - C1+C3 3+2 0+0 - - - - 3 0 27 0
2001-2002 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 35 2 1 0 - - C1 15 0 - - - - 9 1 60 3
2002-2003 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 32 0 - - - - C1 14 0 - - - - 6 0 52 0
2003-2004 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 27 0 4 0 - - C3 7 0 - - - - 10 0 48 0
2004-2005 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 36 0 1 0 - - C1 8 0 - - - - 10 0 55 0
2005-2006 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 35 1 3 0 2 0 C1 12 0 - - - - 12 0 64 1
2006-2007 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 35 1 7 0 2 0 C1 8 1 1 0 2 0 6 0 61 2
2007-2008 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 30 0 7 0 - - C1 10 1 - - - - 10 0 57 1
2008-2009 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 28 1 6 0 - - C1 11 0 - - - - 10 1 55 2
2009-2010 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 32 1 2 0 2 0 C1 9 0 1 0 2 0 14 1 62 2
2010-2011 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 17 1 2 0 - - C1 8 0 - - - - 4 0 31 1
2011-2012 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 26 3 7 2 - - C1 9 0 - - 2 0 5 0 49 5
2012-2013 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 13 1 5 1 - - C1 4 0 - - - - 1 0 23 2
2013-2014 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 5 1 6 1 - - C1 1 0 - - - - - - 12 2
Sous-total 392 12 58 4 6 0 - 129 2 2 0 6 0 100 3 693 21
Total sur la carrière 468 17 58 4 6 0 - 129 2 2 0 6 0 100 3 769 26

Détails des sélections et buts avec l'Espagne[modifier | modifier le code]

Détails par compétition[40]
Compétition MJ V N D
Match amical 39 26 10 3
Coupe du monde 14 11 0 3
Qualif. CdM 19 12 7 0
Euro 8 6 1 1
Qualif. Euro 17 13 1 3
Coupe Confédérations 3 2 0 1
Total 100 70 19 11

Carles Puyol joue à cent reprises pour l'équipe d'Espagne de football avec qui il inscrit trois buts. Après avoir débuté par une défaite (2-1) en match amical face aux Pays-Bas à Séville le 15 novembre 2000, il connaît sa première victoire lors de sa seconde cape, le 25 avril 2001 face au Japon à Cordoue toujours en amical (1-0)[40].

Puyol inscrit son premier but avec la Roja lors de sa huitième sélection. L'Espagne affronte l'Irlande du Nord à Belfast et le défenseur marque le quatrième but de son équipe pour une large victoire finale (5-0). Il faut attendre six ans et sa 70e sélection pour voir Puyol marquer de nouveau, c'est face à l'Estonie lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2010. Son troisième et dernier but est le plus décisif, il l'inscrit lors de la demi-finale de cette même Coupe du monde et permet à l'Espagne d'atteindre la finale qu'elle remportera[40].

Après avoir un temps décidé d'arrêté la sélection après la victoire au Mondial 2010, Puyol revient sur sa décision. Mais des blessures l'empêchent de tenir sa place avec la Roja et il ne dispute que dix matchs entre août 2010 et février 2013, pour atteindre les cents capes. Sa dernière sélection a lieu à Doha où l'Espagne s'impose (3-1) face à l'Uruguay[40].

En cent sélections, Carles Puyol connaît 70 victoires, 19 matchs nuls et 11 défaites. Il connaît ses deux plus larges victoires en match amical contre l'Azerbaïdjan le 9 juin 2009 et la France le 8 juin 2010 (6-0). Son revers le plus important a lieu le 17 novembre 2010 à Lisbonne contre le Portugal, aussi en amical (0-4). En 2004-2005, 2007 et 2008, Puyol connaît trois séries de six matchs sans encaisser un seul but[40].

Détails des buts en sélection
# Sélection Date Lieu Adversaire Score Résultats Compétitions
1 8 17 avril 2002 Windsor Park, Belfast Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 0-4 0-5 Match amical
2 70 11 octobre 2008 A. Le Coq Arena, Tallinn Drapeau : Estonie Estonie 0-3 0-3 Éliminatoires de la Coupe du monde 2010
3 89 7 juillet 2010 Moses Mabhida Stadium, Durban Drapeau : Allemagne Allemagne 0-1 0-1 Coupe du monde 2010 (demi-finale)

Palmarès[modifier | modifier le code]

Puyol évolue entre 1999 et 2014 au sein de l'effectif du FC Barcelone avec lequel il remporte cinq championnats d'Espagne et trois Ligues des Champions.

Le , Puyol remporte le Championnat d'Europe des Nations avec l'Espagne. En 2009, Carles Puyol remporte avec Barcelone un sextuplé inédit dans l'histoire du football[78] : Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe du Roi, Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs. Le , il remporte la Coupe du monde en Afrique du Sud, en inscrivant notamment un but décisif en demi-finale face à l'Allemagne.

Avec l'Espagne[modifier | modifier le code]

Puyol (en bas à gauche) et l'équipe d'Espagne après la victoire lors du Mondial 2010.

Avec le FC Barcelone[modifier | modifier le code]

Puyol et ses coéquipiers du Barça fêtant les trois premiers des sept titres de 2009 dans les rues de Barcelone.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Au terme de la saison 2000-2001, Carles Puyol est élu révélation de l'année au Prix Don Balón, récompense de prestige décernée annuellement par l'hebdomadaire espagnol du même nom. Il s'agit de la première reconnaissance individuelle pour Puyol.

En 2006, il est élu meilleur défenseur de l'année UEFA aux UEFA Club Football Awards, le second espagnol à réaliser cela après Fernando Hierro huit ans plus tôt. Il fait aussi parti de l'équipe de l'année UEFA en 2002 et 2005[79]. Puyol fait aussi trois apparitions (2007[80], 2008[81], 2010[82]) au FIFA/FIFPro World XI, sélection annuelle des meilleurs joueurs de football désignée par les 50 000 footballeusr professionnels membres du syndicat de la FIFPro.

Il est aussi élu cinq fois dans l'équipe type de l'année UEFA par les internautes, en 2002, 2005, 2006, 2009 et 2010. Puyol est le premier joueur de l'histoire a effectuer six apparition en tout dans cette sélection[83].

Suite à la victoire à l'Euro 2008, Puyol fait partie de l'équipe-type de la compétition[84]. Il en est de même lors de la Coupe du monde 2010, année durant laquelle il est élu sportif catalan de l'année 2010[85]

Au Ballon d'or, récompense attribuée au meilleur joueur de football de l'année, Puyol termine 17e en 2006 et 10e en 2010[86].

Puyol est aussi reconnu pour sa longévité. Il est le second joueur ayant disputé le plus de matchs sous le maillot du Barça derrière son ami Xavi. Avec 120 rencontres, il fait aussi parti des dix joueurs ayant le plus joué en Ligue des champions de l'UEFA.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est membre honoraire de la fondation Altarriba, une association espagnole pour la protection des animaux[87].

Il a eu une relation avec le mannequin espagnole Malena Costa Sjögren qui a duré de juillet 2010 à octobre 2011.

Selon Thubten Wangchen, Puyol s'intéresse à la culture tibétaine et au bouddhisme après sa lecture du Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rinpoché, qui l'a aidé à faire face au décès d'un membre de sa famille. Il porte un tatouage sur le bras gauche qui signifie « Le pouvoir est dans l'esprit. Les forts restent »[88].

En 2012, Carles Puyol se met en couple avec le mannequin espagnol Vanessa Lorenzo. En janvier 2014, le couple donne naissance à une petite fille prénommée Manuela. En juillet 2015, l'ex-footballeur annonce qu’il va être papa d'une seconde fille en janvier 2016[89].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Puyol et d'autres titulaires sont mis au repos lors du dernier match de la phase de groupe contre l'Afrique du Sud.

Ouvrage de références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Prologo, p. 8
  2. Introduccion, p. 12

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Puyol's love of labour not lost on fans », sur independent.co (consulté le 14 août 2015)
  2. a et b (en) « Site officiel de Carles Puyol », sur carles5puyol.com (consulté le 11 août 2015)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Puyol 5 », sur fcbarcelona.com (consulté le 22 juillet 2013)
  4. a, b, c et d « Portrait de Carles Puyol », sur uefa.com,‎ (consulté le 11 août 2015)
  5. a et b « Carles Puyol, le bon, la brute et le tuant », sur liberation.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)
  6. a et b Carles Puyol sur le site de L'Équipe.
  7. a et b (es) « Ficha jugador Carles PUYOL Saforcada », sur elmundo.es (consulté le 11 août 2015)
  8. a, b et c (en) « In-depth look at Carles Puyol's career », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  9. a, b, c, d, e et f « La carrière de Carles Puyol au Barça en dix moments », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  10. « Puyol prolonge au Barça », sur uefa.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  11. « Puyol, un capitaine au sommet », sur uefa.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  12. « Thuram a fait son trou », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  13. « Cris se voyait dans l'équipe-type », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  14. « Gabriel Milito au Barça », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  15. « Puyol reprend l'entraînement », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  16. « Pro Awards 2007 : Kaka sacré », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  17. « Puyol manquera Espagne-France », sur lequipe.fr,‎ 1er février 2008 (consulté le 13 août 2015)
  18. « Le Barça, comme un champion », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  19. « Puyol jusqu'en 2013 », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  20. (ca) « Puyol re-signe jusqu'à 2013 », sur elperiodico.cat
  21. (es) « Carles Puyol à un match des 500 », sur mundodeportivo.es,‎
  22. « Interrogations autour de Puyol », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  23. « Puyol et Muniesa touchés », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  24. « Puyol en cinq actes », sur fifa.com,‎ (consulté le 17 août 2015)
  25. « Carles Puyol forfait ? », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  26. « Le Barça déjà aux commandes », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  27. « Deux mois pour Puyol », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  28. « Puyol prolonge », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  29. « Carles Puyol blessé au genou », sur uefa.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  30. « Affelay remplace Puyol », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  31. (es) « Puyol annonce qu'il quitte le Barça », sur sport.es,‎
  32. « Bartra et Puyol forfait », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  33. « Neymar jouera... ou pas », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  34. « Espagne aux JO 2000 », sur fifa.com (consulté le 17 août 2015)
  35. « République de Corée - Espagne 0:3 », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  36. « Portrait de Cales Puyol », sur fifa.com (consulté le 17 août 2015)
  37. « Espagne - Chili 1:3 », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  38. « Espagne - Maroc 2:0 », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  39. « Les Lions imbattables », sur fifa.com (consulté le 17 août 2015)
  40. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) « Carles Puyol Saforcada - Century of International Appearances », sur rsssf.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  41. (es)« Camacho despeja hoy las cinco incógnitas de los 23 », El Mundo Deportivo,‎ (lire en ligne)
  42. « Espagne à la Coupe du monde 2002 », sur fifa.com (consulté le 19 août 2015)
  43. Nicolas Joret, « Espagne - Ukraine : Le film du match », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 30 juin 2009)
  44. « Espagne - France : Rapport du match », sur fifa.com (consulté le 11 mai 2009)
  45. « L'Espagne sur le fil », sur uefa.com,‎ (consulté le 19 août 2015)
  46. « L'Espagne vient à bout de l'Italie », sur uefa.com,‎ (consulté le 19 août 2015)
  47. « Nouvelle-Zélande 0-5 Espagne », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  48. « L’Espagne passe, l’Irak las (1:0) », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  49. « Espagne 2-0 Afrique du Sud », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  50. « Espagne 0-2 États-Unis », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  51. « Espagne 3-0 Afrique du Sud », sur fifa.com,‎ (consulté le 28 août 2015)
  52. « Espagne à la Coupe du monde 2010 », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  53. « Casillas relève le gant », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  54. « Le champion d’Europe se paye une finale », sur fifa.com,‎ (consulté le 20 août 2015)
  55. « Puyol raccroche, la tête dans les étoiles », sur sport.gentside.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  56. « Puyol continue avec l'Espagne », sur uefa.com,‎ 1er août 2010 (consulté le 13 août 2015)
  57. « Portugal vs. Espagne 4 - 0 », sur soccerway.com (consulté le 20 août 2015)
  58. « Puyol n'en sera pas », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 août 2015)
  59. (es) « Puyol jugará su partido 100 con España en Catar », sur sport.es,‎ 1er février 2013
  60. (es) « Habrá lleno absoluto para el partido Euskal Herria-Catalunya », sur 20minutos.es,‎ (consulté le 25 mai 2011)
  61. (es) « Euskadi y Cataluña empatan en un emocionante partido », sur marca.com,‎ 29 de diciembre de 2007 (consulté le 25 mai 2011)
  62. (es) « Colombia cayó ante Cataluña 2-1, en partido amistoso », sur elespectador.com,‎ (consulté le 25 mai 2011)
  63. (es) « Argentina perdió su último partido del año ante la selección de Cataluña », sur elcomercio.pe,‎ (consulté le 25 mai 2011)
  64. (es) « Cataluña le pasó por encima a Honduras », sur laprensa.hn (consulté le 25 mai 2011)
  65. (es) « Cataluña igualó con Nigeria », sur espndeportes.com (consulté le 2 janvier 2013)
  66. a et b « Barça - Zubizarreta limogé, Puyol démissionne », sur fifa.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  67. « Carles Puyol, nouvel adjoint de la direction sportive », sur fcbarcelona.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  68. « Un jour spécial pour Gisele Bündchen », sur fifa.com,‎ (consulté le 12 août 2015)
  69. « Zubizarreta limogé », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)
  70. « Puyol s'en va aussi », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)
  71. « Espagne: Puyol, adjoint de Zubizarreta, démissionne du Barça », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)
  72. « Carles Puyol : « Je pourrais rejouer » », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)
  73. « Puyol face au danger Henry », sur uefa.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  74. a et b (ca) « Carles Puyol Saforcada », sur fcbarcelona.cat (consulté le 11 août 2015)
  75. « Puyol toujours aussi intraitable », sur fifa.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  76. Fiche de Carles Puyol sur footballdatabase.eu
  77. (en) « Carles Puyol Saforcada - Matches in European Cups », sur rsssf.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  78. « Le record du Barça », sur lequipe.fr,‎
  79. (en) « UEFA Awards », sur rsssf.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  80. (en) « 2007 », sur fifpro.org (consulté le 29 décembre 2010)
  81. (en) « 2008 », sur fifpro.org (consulté le 29 décembre 2010)
  82. (en) « World XI Winners 2010 », sur fifpro.org (consulté le 15 janvier 2011)
  83. « L'Équipe de l'année 2011 des internautes dévoilée », sur uefa.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  84. « Six Espagnols dans l'équipe-type », sur fifa.com,‎ (consulté le 14 août 2015)
  85. (es) « Puyol, élu sportif catalan de l'année 2010 », sur sport.es,‎
  86. « Le classement du Ballon d’Or 2010 », sur foot01.com,‎ (consulté le 13 août 2015)
  87. (en) « Animal Concerns Community - Barcelona's Football player Carles Puyol defends animals », sur animalconcerns.org
  88. (en) « Spain's semi final hero fascinated by Buddhism, met Dalai Lama in 2007 »
  89. « Carles Puyol : Sa compagne est de nouveau enceinte. Découvrez le sexe du bébé », sur public.fr,‎ (consulté le 12 août 2015)

Sur les autres projets Wikimedia :