Gibles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gibles
Le bourg.
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Charolles
Canton Chauffailles
Intercommunalité Communauté de communes La Clayette Chauffailles en Brionnais
Maire
Mandat
Bernard Grisard
2014-2020
Code postal 71800
Code commune 71218
Démographie
Population
municipale
601 hab. (2015 en diminution de 4,45 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 31″ nord, 4° 22′ 47″ est
Altitude Min. 343 m
Max. 691 m
Superficie 19,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gibles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gibles
Liens
Site web gibles.chez.com

Située dans le département de Saône-et-Loire, en Bourgogne-Franche-Comté du Sud, la commune de Gibles fait partie du Charolais-Brionnais. Le paysage, bocager et vallonné, y est très verdoyant puisque essentiellement destiné à l’élevage de la race bovine charolaise.

Ses habitants sont appelés Giblotins et Giblotines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bois-Sainte-Marie Ozolles Rose des vents
Colombier-en-Brionnais
Curbigny
N Montmelard
Matour
O    Gibles    E
S
Varennes-sous-Dun Châtenay Aigueperse
(Rhône)
Carte de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

De nombreux étangs et plans d'eau ponctuent le paysage Giblotin avec entre autres les plus grands d'entre eux : l'étang des Grands moulins, l'étang du Palais et l'étang de Montrouant.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Gibles se trouve à l'intersection des routes D 41 et D 25. La RCEA (Route Centre-Europe Atlantique) passe à moins de 20 kilomètres au nord de Gibles. L'autoroute A6 qui passe par Mâcon est à environ une cinquantaine de kilomètres à l'est.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'église actuelle débuta en 1851 à l'emplacement même d'une ancienne église plus petite. Sa consécration eut lieu le lundi 29 mai 1854 par l'évêque d'Autun[réf. nécessaire].

Jusqu'en 1940, la ligne de chemin de fer Roanne - Chalon traversait le village et s’arrêtait en gare. Avec la modernisation, la ligne Roanne - Chalon a vu son activité péricliter et il n'est plus resté ensuite que le tronçon La Clayette - Gibles qui fut arrêté officiellement le 4 janvier 1943[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
???? mars 1959 Pierre-Marie Braillon    
mars 1959 mars 1977 Louis Gatille    
mars 1977 juin 1995 Jean Grisard    
juin 1995 mars 2014 Jean-Claude Renon    
mars 2014 en cours Bernard Grisard    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 601 habitants[Note 1], en diminution de 4,45 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 342 1 175 1 281 1 344 1 402 1 468 1 404 1 541 1 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 560 1 485 1 532 1 522 1 290 1 346 1 305 1 306 1 252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 200 1 343 1 069 1 050 963 995 929 888 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
750 729 677 680 604 608 640 633 606
2015 - - - - - - - -
601 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique de Gibles.

L’école publique « l’étang des cartables »[modifier | modifier le code]

Deux classes : cycle 2 et cycle 3.

L'école privée Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Une classe unique de maternelle.

Économie[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux commerces et services à Gibles et également plusieurs PME, avec entre autres (COMEP, CMB, BATELS)[réf. souhaitée].

Santé[modifier | modifier le code]

Les métiers de la santé sont également présents à Gibles, puisqu'on y trouve un médecin généraliste, une infirmière, une psychologue.

Associations et manifestations[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations animent la vie du village tout au long de l'année avec par exemple :

  • le comité des fêtes, qui organise notamment la fête patronale et la foire agricole ;
  • le foyer rural, avec la Giblotine pédestre (randonnée sur plusieurs circuits balisés) ;
  • La boule Giblotine, qui organise des concours.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À Gibles[modifier | modifier le code]

  • L'église, qui date de 1854 et a été construite d'après des plans dressés par l'architecte A. Berthier (de Mâcon)[5].
  • Château de Montrouant.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. « Le canton de La Clayette, porte du pays brionnais », article de Raymond Oursel paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 78 (été 1989), pages 3 à 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]