Le Sens de la fête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Sens de la fête
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Réalisation Éric Toledano
Olivier Nakache
Scénario Éric Toledano
Olivier Nakache
Acteurs principaux
Sociétés de production Quad Productions
Ten Films
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 117 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Sens de la fête est un film français écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, sorti en 2017.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Max, un organisateur de mariage expérimenté est chargé du mariage de Pierre et d'Héléna dans un château. Il est entouré de serveurs, de cuisiniers, d'un photographe, d'un orchestre et dont il doit rattaper les erreurs, tout en répondant aux demandes de chacun, ainsi que des siens.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Max (Jean-Pierre Bacri) est un organisateur de mariage qui, bien qu'envisageant de se retirer, est chargé de la fête de mariage de Pierre (Benjamin Lavernhe) et d'Héléna (Judith Chemla).

Son permis de conduire suspendu, Max se fait conduire par son beau-frère Julien (Vincent Macaigne), ancien professeur souffrant de dépression et occasionnellement serveur pour Max, au château où a lieu la fête. Sur place, Max retrouve son adjointe Adèle (Eye Haïdara) en pleine dispute avec James (Gilles Lellouche), le chanteur-animateur de la soirée. Max recadre Adèle pour son mauvais caractère.

Max règle tant bien que mal les derniers détails de la fête. Il se trouve face à la froideur de Josiane (Suzanne Clément), sa maîtresse qui lui reproche de ne pas mettre fin à sa relation avec sa femme Nicole et qui se rapproche de Patrice (Kévin Azaïs), un serveur. Pendant ce temps, Adèle s'arrange pour faire engager comme serveur un de ses amis, Samy (Alban Ivanov), tandis que Guy (Jean-Paul Rouve), le photographe, peu apprécié du personnel, arrive sur les lieux accompagné de Bastien (Gabriel Naccache), un stagiaire. Lorsque Pierre se présente, Max fait face tant bien que mal à ses critiques. De son côté, en dressant les tables, Julien réalise qu'Héléna est une ancienne collègue qui ne le laisse pas insensible, et se fait passer auprès d'elle pour un parent éloigné de son époux.

Les membres du personnel s'opposent à porter les costumes de laquais prévus par Pierre, mais Max les menace de renvoi et ils obéissent. La fête débute sans heurts. Fâché par l'inconséquence de son beau-frère qui continue son double jeu, Max lui demande de partir. Survient un grave problème : la quasi-totalité du groupe de James, qui a consommé les mêmes plats que ceux destinés aux invités, souffre d'une intoxication, car le camion réfrigérateur de la viande a été involontairement débranché par Samy. Max fait servir des feuilletés aux anchois et de l'eau gazeuse pour caler les estomacs des convives, une astuce que s'échangent les organisateurs de mariage pour gagner du temps en cas de grave problème. Max s'assure qu'Adèle et James seront capables de coopérer, assistant, assez incrédules, à l'émergence de sentiments entre eux, puis se rend chez son confrère Hubert (Sam Karmann) pour qu'il le dépanne en feuilletés aux anchois et en viande. Il fait le trajet en compagnie de Roshan (Manmathan Basky), un plongeur, et de Julien, revenu vu les circonstances. En voiture, Max et Julien discutent du mariage du premier, qui a viré au fiasco. Pendant ce temps, l'équipe de Max gagne du temps sur le repas grâce au discours interminable du marié.

Une nouvelle déconvenue attend Max : un individu étrange (Grégoire Bonnet), rôde autour de la fête ; le personnel, dont une bonne partie travaille au noir, suspecte ce dernier d'être un inspecteur de l'URSSAF. Max en perd brièvement connaissance ; ayant repris ses esprits, il ordonne à ses travailleurs non déclarés (dont Julien, Patrice et Roshan) de se mêler aux invités. Pendant ce temps, Guy, peu préoccupé par son activité de photographe, joue les pique-assiette et utilise une application de rencontres conseillée par Bastien afin de trouver une femme à séduire.

La fête bat son plein mais Max reste très nerveux. Alors que James passe la chanson Tournez les serviettes de Patrick Sébastien (que Pierre avait interdite) et que Josiane embrasse Patrice sous ses yeux, Max va vers le supposé inspecteur de l'URSSAF. Celui-ci est en réalité un repreneur possible de l'affaire de Max, qui est rassuré. Un quiproquo dû au correcteur d'orthographe des textos échangés entre les deux hommes et au prénom ambigu du repreneur installe une gêne qui se dissipe. Le repreneur laisse le document de proposition d'achat et ils se séparent en convenant de se revoir la semaine suivante.

Pierre présente son spectacle surprise qu'il dédie à la mariée. Il joue le rôle d'un ange planant au-dessus des invités. Il est accroché à un ballon d'hélium attaché par des cordes tenues par Julien et Adèle. Julien, jaloux de Pierre, tente de saboter le spectacle. James intervient pour aider Adèle à maintenir le ballon en l'air ; mais lorsque leurs regards se croisent, ils lâchent tous les deux la corde pour échanger un baiser fougueux, tandis que Pierre s'envole au loin. Samy, responsable du feu d'artifice, se méprend sur la situation et déclenche les fusées, ce qui provoque une panne de courant générale. Découragé, Max réprimande vertement ses employés et les quitte pour qu'ils règlent la situation tout seuls.

Une fois seul, Max parvient enfin à avoir sa femme Nicole au téléphone : elle lui avoue avoir une liaison, ce qui confirme que leur mariage est un échec. Guy le rejoint, lui remonte quelque peu le moral et le convainc de retourner au château. Là, Max découvre une tout autre ambiance : Pierre est de retour de son vol, les invités sont à l'intérieur, fascinés par un concert oriental éclairé aux chandelles qu'ont improvisé les plongeurs tamouls, accompagnés peu à peu par le reste du personnel. Héléna finira par décrire ce moment comme féerique, qui fera du mariage une réussite totale.

Au petit matin, les mariés et les invités repartis, les lieux nettoyés et rangés, le personnel s'apprête à quitter les lieux. Pour Max, la séparation d'avec Nicole étant désormais actée, la relation avec Josiane peut être vécue au grand jour. Max a compris que son équipe est restée soudée et efficace en son absence ; il donne une promotion à Adèle, déchire la proposition d'achat de l'affaire, et donne rendez-vous au personnel pour un autre événement le mardi suivant.

Les membres du personnel montent dans leurs voitures pour rentrer chez eux, sauf Julien qui a été oublié, ainsi que Samy, oublié lui aussi, qui rentreront ensemble à pied.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le film a eu pour titres provisoires Le grand saut et Les temps difficiles[1],[2].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

  • Le désir d'offrir un rôle principal à Jean-Pierre Bacri est un des éléments qui ont motivé les deux réalisateurs pour se lancer dans ce film[3].
  • Alban Ivanov et William Lebghil, qui sont ici deux serveurs de l'équipe de Max, étaient déjà partenaires dans Les Mythos de Denis Thybaud sorti en 2011, où ils étaient deux des trois « mythos », aux côtés de Ralph Amoussou (le 3e mytho) et Stéphanie Crayencour.
  • Le choix des seconds et troisièmes rôles est guidé par la proximité du bassin parisien[4].
  • C'est le dernier film dont Jean-Pierre Bacri a le premier rôle.

Tournage[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.Le tournage s'est déroulé en Île-de-France durant neuf semaines[5] autour de juillet 2016[6]. Une partie s'est déroulée à Paris et dans le château de Courances en Essonne (XVIIe siècle)[7]. Quelques scènes sont tournées aux alentours de Fontainebleau.

Musique[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale est signée Avishai Cohen, et comprend une large majorité de séquences de jazz inédites composées pour le film.

Le film est divisé en plusieurs chapitres définis par le temps qui passe tout au long de la journée du mariage. Ces repères temporels sont illustrés par de très courtes séquences où jouent exclusivement des percussions[8], ainsi que par des intertitres indiquant l'heure. Un des teasers du film est illustré par la séquence Seven Seas extraite de l'album éponyme d'Avishai Cohen[9].

No Titre Durée
1. Seven Seas 2:42
2. Nu Nu 3:59
3. Ascension 5:20
4. Gently Disturbed 1:53
5. No Words 2:08
6. Wedding Song 3:24
7. Remembering 5:14
8. In the Stone 4:50
9. Young Hearts Run Free 4:09
10. Get Down Saturday Night 3:55
11. Can't Take My Eyes Off You 3:42
12. Meaning (Choral Version) 2:52
13. Clock 1 0:17
14. Clock 2 0:44
15. Clock 3 0:21
16. Clock 4 1:05
17. Clock 5 0:23
18. Clock 6 0:15
47:13

Musiques additionnelles[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

En France, l'accueil critique est bon : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse à 3,7/5[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 3 020 694 entrées[11] 28
Hors France 2 180 000 entrées[12] 52

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [xls] Liste de films agréés sur le site du CNC (onglet 2016, case E100).
  2. « Fin de tournage pour "Les Temps difficiles" avec Jean-Pierre Bacri », Tout le ciné,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. AlloCine, « Les secrets de tournage du film Le Sens de la fête » (consulté le )
  4. Le JDD, « Manickam Sritharan, homme de ménage le matin, acteur dans "Le Sens de la fête" le soir », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Nakache et Toledano terminent Le Sens de la fête », sur Cineuropa (consulté le ).
  6. « L'équipe du film Le Sens de la fête au Loft », sur La Nouvelle République, (consulté le ).
  7. « Essonne : le château de Courances, prestigieux décor du film « Le Sens de la fête » », leparisien.fr,‎ 2017-10-03cest17:24:11+02:00 (lire en ligne, consulté le )
  8. « Deezer », sur Deezer (consulté le )
  9. AlloCine, « Le Sens De La Fête TEASER "Les textos" » (consulté le )
  10. « Le Sens de la fête », sur Allociné (consulté le ).
  11. « Le Sens de la fête », sur jpbox-office (consulté le )
  12. « Le Sens de la fête », sur Unifrance (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]