Francine Kaufmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Francine Kaufmann, née le à Paris, est une journaliste juive française, professeur retraitée de l'université Bar Ilan en Israël, spécialiste de la Shoah, traductrice et interprète, réalisatrice de radio et de télévision. Elle est la fille de Sylvain Kaufmann, personnalité française du judaïsme et survivant de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francine Kaufmann est née à Paris le 7 juin[1] 1947[2]. Elle est la fille de Sylvain Kaufmann (Sali ou Sally[3] Kaufmann, né lé 8 mars 1914 à Metz et mort le 14 août 1996 à Paris, survivant de la Shoah et homme d'affaires et personnalité française du judaïsme. Ses parents se rencontrent au Camp de Drancy. Sa mère, née Rosenberg[3], est libérée en 1942, car elle est âgée de moins de 17 ans. Elle s'engage dans la Résistance, chez les Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (MOI-FTP)[4].

Francine Kaufmnn a un frère, Alain-Moché Kaufmann, rabbin à Bnei Brak (Israël)[5]. Il est un Rosh Kollel et auteur de l'ouvrage Lev Avoth al Banim[6].

Études[modifier | modifier le code]

Francine Kaufmann fait ses études secondaires à École Yabné et choisit comme langue pour le baccalauréat français, l'hébreu.

En 1967, Francine Kaufmann reçoit une Licence d’enseignement de Lettres modernes en langue et littérature françaises de l'l'Université de Paris-X-Nanterre.

Elle obtient un diplôme supérieur en Langue et littérature hébraïques et Civilisation d’Israël et du Moyen-Orient de l’Institut national des langues et civilisations orientales (École des Langues Orientales) en 1968 et une maîtrise d’enseignement de Lettres moderne en Littérature française et Théâtre de l'Université de Paris X-Nanterre, aussi en 1968. Son Mémoire: Dieu, les dieux et le divin dans le Théâtre de Racine.

Elle finit un Doctorat de troisième cycle en Littérature française de l'Université de Paris-X-Nanterre en 1976. Sa thèse porte sur Le Dernier des Justes d’André Schwarz-Bart : genèse, structure, signification.

Elle reçoit un diplôme de l’Institut de Communication Publique de l’Université de Boston en 1984.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Francine Kaufmann est assistante de langue et de littérature hébraïques à université Paris III de 1969 à 1974, ainsi qu’à l’INALCO et à l’Université de Vincennes avant de s’installer à Jérusalem en 1974[7].

Elle est professeur retraitée de l’Université Bar Ilan, en Israël, elle a enseigné de 1974 à 2011, au Département de traduction, d’interprétation et de traductologie, qu’elle a dirigé à deux reprises.

Journaliste[modifier | modifier le code]

Francine Kaufmann publie dans la revue juive L'Arche.

Interprète[modifier | modifier le code]

Elle est Interprète de conférence (membre A.I.I.C.), elle est l’interprète d’hébreu en français dans les films de Claude Lanzmann : Shoah (1985)[8],[9] and Sobibor (2001)[10].

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Elle a été réalisatrice de télévision et de radio (La Source de Vie animée par le rabbin Josy Eisenberg le dimanche à la télévision française[11], Kol Israel, RCJ).

Traductrice[modifier | modifier le code]

Elle collabore à un ouvrage collectif sur Les traducteurs dans l’histoire (Unesco, Université d’Ottawa et John Benjamins) en 1995. Elle dirige un numéro spécial de la revue META 43:1 (Université de Montréal) sur La traduction et l’interprétation en Israël en 1998 et rédige le chapitre « Traduction juive » dans un ouvrage collectif à paraître sur la traduction en France au XIXe siècle[12],[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Elle publie de nombreux articles[14] et les livres suivants :

Traduction:

  • Claude Lanzmann. Sobibor: 14 octobre 1943, 16 heures. Postface Arnaud Desplechin. Traduit de l'hébreu par Francine Kaufmann[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]