Fondation Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique
Cet article est une ébauche concernant la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Fondation Ford (the Ford Foundation), crée en 1936 par Henry Ford, industriel antisémite[1],[2], fondateur de l'entreprise de construction automobile et son fils Edsel Ford[3], est une organisation philanthropique dont le siège se trouve à New York. Elle s'est donnée pour objectif de soutenir financièrement des projets tels que la défense de la démocratie, la réduction de la misère ou la promotion de la bonne entente entre nations. La directrice générale en 2009 est Susan V. Berresford.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation Ford est créée en 1936 à Détroit, la ville de l'automobile américaine[4]. À ses débuts, elle se consacre à des investissements locaux, puis elle se développe et diversifie ses dons. Dans les années 1950-1960, et sous l'impulsion du président Henry Heald (en), la fondation Ford aide les universités américaines et s'intéresse davantage à l'art[5]. Elle subventionne les orchestres américains à hauteur de 80 millions de dollars[6] ; elle distribue d'importantes sommes aux ballets, aux théâtres, etc : dans les années 1960, la fondation Ford est la plus riche des États-Unis[7]. Elle soutient l'aide juridictionnelle embryonnaire. Entre 1966 et 1986, elle distribue 200 millions de dollars à plus de 1000 Community Development Corporations[8], des organisations dans les quartiers difficiles dont le but est de développer les actions culturelles.

Au début du XXIe siècle, la fondation Ford distribue environ 80 millions USD par an aux institutions culturelles et aux artistes[9]. En France, elle finance entre autres SOS Racisme[10], le CRAN[11], et l'Institut français des relations internationales[12], mais aussi, dans le passé, Futuribles[13] et le Congrès pour la liberté de la culture[14], Reporters sans frontières.

Le , la Fondation Ford fait un don de 300 000 USD à la Wikimedia Foundation pour aider au développement de la plateforme multimédia Wikimedia Commons[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Henry Ford: American anti-Semitism and the class struggle », sur WSWS
  2. « Le « fascisme » américain et le fordisme », sur Berg International, résumé du livre de Damien Amblard
  3. (en) « The Ford Foundation History »
  4. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.308
  5. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.311
  6. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.94
  7. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.317
  8. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319)p. 468
  9. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, (ISBN 2070779319), p.324
  10. Qui finance SOS Racisme ?
  11. La mesure de la diversité souhaitée par le CRAN est majoritaire est France
  12. Pourquoi la Fondation Ford subventionne la contestation
  13. Naissance et histoire d'une revue de prospective
  14. La diplomatie culturelle de la fondation Ford
  15. « Wikimedia Foundation receives Ford Foundation grant to grow Wikimedia Commons, a free educational media repository », communiqué de presse sur wikimediafoundation.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]