Finale de la Coupe des clubs champions européens 1975-1976

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Finale de la Coupe des clubs champions 1975-1976
Image illustrative de l'article Finale de la Coupe des clubs champions européens 1975-1976
L'Hampden Park, hôte de la finale.
Contexte
Compétition Coupe des clubs champions 1975-1976
Date
Stade Hampden Park
Lieu Drapeau : Écosse Glasgow, Écosse
Affluence 54 864 spectateurs
Résultat
Bayern Munich Drapeau : Allemagne 1 – 0 Drapeau : France AS Saint-Étienne
Mi-temps 0 – 0 0
Acteurs majeurs
Arbitrage Drapeau : Hongrie Károly Palotai

La finale de la Coupe des clubs champions européens 1975-1976 voit le Bayern Munich remporter sa troisième Coupe des clubs champions consécutive. Les Bavarois s'imposent sur le score de 1-0 face aux Français de l'AS Saint-Étienne.

Parcours des finalistes[modifier | modifier le code]

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du finaliste est toujours donné en premier (D : domicile ; E : extérieur).

Drapeau : Allemagne Bayern Munich Drapeau : France AS Saint-Étienne
Adversaire Total Aller Retour Tour Adversaire Total Aller Retour
Drapeau du Luxembourg AS La Jeunesse d'Esch 8 - 1 5 - 0 (E) 3 - 1 (D) Premier tour Drapeau du Danemark KB Copenhague 5 - 1 2 - 0 (E) 3 - 1 (D)
Drapeau de la Suède Malmö FF 2 - 1 0 - 1 (E) 2 - 0 (D) Deuxième tour Drapeau de l'Écosse Glasgow Rangers 4 - 1 2 - 0 (D) 2 - 1 (E)
Drapeau du Portugal Benfica Lisbonne 5 - 1 0 - 0 (E) 5 - 1 (D) Quarts de finale Drapeau de l'URSS Dynamo Kiev 3 - 2 0 - 2 (E) 3 - 0 ap (D)
Drapeau : Espagne Real Madrid 3 - 1 1 - 1 (E) 2 - 0 (D) Demi-finales Drapeau des Pays-Bas PSV Eindhoven 1 - 0 1 - 0 (D) 0 - 0 (E)

La rencontre[modifier | modifier le code]

30 000 supporters stéphanois font le déplacement à Glasgow pour supporter les verts. L'international tricolore Dominique Rocheteau blessé à la cuisse ne rentre qu'en fin de match. Karl-Heinz Rummenigge devient champion d'Europe en club à 20 ans[1]. Depuis 17 ans et le Stade de Reims en 1959 jamais un club français n'avait de nouveau atteint ce stade de la compétition. Les premiers symptômes d'un supporterisme actif naissent à Saint-Étienne lors de « l'épopée des verts » qui atteignent cette finale de Coupe d'Europe[2].

C'est la finale dite des poteaux carrés, car les cages ont en effet la particularité d'avoir les poteaux carrées et non ronds. Ce qui pour beaucoup d'experts a pesé dans la destinée du match. Car les joueurs français dominateurs, surtout en première période tirent deux fois sur les montants. Certains scientifiques s'étant penché sur la question affirment même que si les barres avaient été rondes les Stéphanois auraient inscrit ces deux buts. D'ailleurs, ce fut l'une des dernières fois dans l'histoire, que le football proposera ce type d'en but. Dominique Bathenay et Jacques Santini seront les deux malchanceux à faire heurter la sphère de cuir sur la transversale respectivement à la suite d'une frappe lointaine et sur une tête. Le but allemand est inscrit par Franz Roth à la suite d'un coup franc indirect rapidement joué par Franz Beckenbauer[3].

Le lendemain de la victoire le club allemand n'organisera pas de fête particulière, il y aura juste un diner organisé le week-end suivant après un match de championnat. Les joueurs stéphanois eux seront accueillis en héros à leur retour en France, ils défileront sur les Champs-Élysées suivis par cent mille supporters, le cortège défilera de la place de l'étoile jusqu'au palais de la présidence de la république[4].

La presse européenne après le match[modifier | modifier le code]

Les quotidiens de l'ensemble de l'Europe ne titreront pas en faveur de la formation bavaroise mais salueront plutôt le club français. L'espagnol Marca titrera Ce n'est pas le meilleur qui a gagné. La presse écossaise écrit quant à elle pour la une de cette finale Un Larcin.

The Sun est sans équivoque Le Bayern vole la coupe aux français[5].

Les poteaux du stade au Musée de l'ASSE[modifier | modifier le code]

Plus de 35 ans après cette rencontre, les dirigeants du club stéphanois décident d'acheter les poteaux des buts de cette soirée du 12 mai 1976. Pour une somme estimée à 20 000 euros, un pool d'actionnaires écossais qui en était devenu propriétaire accepte de les céder. Ils étaient jusque-là entreposés dans la réserve du musée du football écossais à Hampden Park[6].

Feuille de match[modifier | modifier le code]

12 mai 1976 Bayern Munich Drapeau : Allemagne de l'Ouest 1 – 0 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Hampden Park, Glasgow
20 h 15 BST
Roth But inscrit après 57 minutes 57e (0 – 0) Spectateurs : 54 864
Arbitrage : Drapeau : République populaire de Hongrie Károly Palotai
Rapport
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Bayern Munich
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Saint-Étienne
G 1 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Sepp Maier
D 2 Drapeau du Danemark Johnny Hansen
D 3 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Udo Horsmann
D 4 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Hans-Georg Schwarzenbeck
D 5 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Franz Beckenbauer Capitaine
M 6 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Franz Roth
A 7 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Karl-Heinz Rummenigge
M 8 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Bernd Dürnberger
A 9 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Gerd Müller
A 10 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Uli Hoeness
M 11 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Jupp Kapellmann
Remplaçants :
G 22 Drapeau : Allemagne de l'Ouest Hugo Robl
Entraîneur :
Drapeau de l'Allemagne Dettmar Cramer
Bayern Munich vs Saint-Étienne 1976-05-12.svg
G 1 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Ivan Ćurković
D 2 Drapeau de la France Gérard Janvion
D 3 Drapeau de la France Pierre Repellini
D 4 Drapeau de l'Argentine Osvaldo Piazza
D 5 Drapeau de la France Christian Lopez
M 6 Drapeau de la France Dominique Bathenay
A 7 Drapeau de la France Patrick Revelli
M 8 Drapeau de la France Jean-Michel Larqué Capitaine
A 9 Drapeau de la France Hervé Revelli
M 10 Drapeau de la France Jacques Santini
A 11 Drapeau de la France Christian Sarramagna Remplacé après 83 minutes 83e
Remplaçants :
A 13 Drapeau de la France Dominique Rocheteau Entré après 83 minutes 83e 
G 16 Drapeau de la France Jean Castaneda
Entraîneur :
Drapeau de la France Robert Herbin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.francefootball.fr/diaporama/Il-y-a-39-ans-saint-etienne-bayern-et-les-poteaux-carres-de-glasgow/2708/#3 (consulté le 15/08/2015)
  2. Nicolas Roumestan, Les supporters de football, Anthropos, , p. 13
  3. L'Equipe, 50 ans de coupes d'Europe, Hachette, , 384 p. (ISBN 295196059X), p. Le Bayern c'est carré Pages 94, 95 "Bathenay puis Santini sur la barre" et 96
  4. L'Equipe, 50 ans de coupes d'Europe, Hachette, , 384 p. (ISBN 295196059X), p. Le Bayern c'est carré page 96 les perdants défilent sur les champs Elysées
  5. L'Equipe, 50 ans de coupes d'Europe, Hachette, , 384 p. (ISBN 295196059X), p. Le Bayern c'est carré Pages 95 et 96 "Beckenbauer les Stéphanois étaient supérieurs au Real"
  6. http://www.franceinfo.fr/sports/football/article/les-poteaux-carres-de-glasgow-arrivent-saint-etienne-293529 (consulté le 15/08/2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]