Europelta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Europelta carbonensis

Europelta
Description de cette image, également commentée ci-après
Dessin du squelette et silhouette d'Europleta.
En A : os retrouvés colorés en blanc.
En B : Vue latérale avec une reconstitution hypothétique de l'armure.
En C : vue de dessus avec une reconstitution hypothétique de l'armure sur son côté droit.
Gansus yumenensis
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Sauropsida
Sous-classe Diapsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre  Ornithischia
Sous-ordre  Thyreophora
Infra-ordre  Ankylosauria
Famille  Nodosauridae
Sous-famille  Struthiosaurinae

Genre

 Europelta
Kirkland et al.[1], 2013

Nom binominal

 Europelta carbonensis
Kirkland et al.[1], 2013

Europelta est un genre éteint de dinosaures ornithischiens herbivores, un ankylosaurien de la famille des nodosauridés et de la sous-famille des struthiosaurinés. Il a vécu à la fin du Crétacé inférieur (Albien inférieur), il y a environ 110 millions d'années dans ce qui est aujourd'hui la province de Teruel, en Espagne où il a été retrouvé dans la formation géologique d'Escucha[1].

Une seule espèce est rattachée au genre : Europelta carbonensis, décrite en 2013 par James Kirkland et ses collègues[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Europelta est composé de « Europe » et du mot du grec ancien « Péltê », « bouclier » pour donner « bouclier de l'Europe ». Le nom d'espèce carbonensis (charbon en latin) honore la compagnie minière ayant permis l'accès au site de la découverte.

Découvertes[modifier | modifier le code]

Deux squelettes ont été découverts à 200 mètres de distance l'un de l'autre dans la partie inférieure de la formation d'Escucha juste sous la couche de charbon la plus profonde de l'ancienne mine de charbon à ciel ouvert de Santa Maria[1]. Ce sont des squelettes partiels désarticulés. Ils sont référencés :

  • AR-1/10 pour l'holotype. Il comprend entre autres, un crâne presque complet, des vertèbres, une quinzaine de dents isolées, une bonne partie du bassin et 70 ostéodermes ;
  • AR-1/31 pour le paratype. Il comprend entre autres, une partie de la mandibule gauche, de nombreuses vertèbres, un sacrum et une partie du bassin, des dents isolées, un fémur, tibia, péroné et calcanéum, quatre métatarsiens, huit phalanges et neuf ongles, ainsi que 90 ostéodermes.

Ils sont considérés comme représentant le taxon d'ankylosaurien le plus complet jamais décrit en Europe[1].

Description[modifier | modifier le code]

Fossile holotype du crâne.

Taille[modifier | modifier le code]

Europelta est un nodosauridé de taille moyenne avec une longueur totale estimée à 4,50 mètres[2].

Crâne[modifier | modifier le code]

Diagramme du crane d'Europelta.
En hachuré, les parties manquantes du crâne.

Comme chez Edmontonia, le crâne est en forme de poire lorsqu'on l'observe par le dessus. Il a une longueur de 37 centimètres et une largeur de 30 centimètres au niveau des orbites. Les narines externes semblent être de construction simple, sans aucun signe de passages d'air complexes. Il possède vingt-deux à vingt-cinq dents sur chaque maxillaire, avec les six dernières dents à l'arrière nettement plus grandes que les dents de devant. Le toit du crâne est largement recouvert d'un large ostéoderme unique sur les os frontaux et pariétaux[1].

Armure[modifier | modifier le code]

Les ostéodermes présentent une grande variété de morphologies. Aucune trace de fusion entre deux de ces plaques osseuses dermiques n'a été observée. Huit types (morphotypes) d'ostéodermes ont été définis dont les tailles varient de 1 à 25 centimètres de long. Certains sont transformés en épines. La disposition et l'arrangement de ces morphotypes sur le corps de l'animal ne sont pas connus car ces plaques ont été retrouvées dispersées sur une grande surface[1].

Caractères diagnostiques[modifier | modifier le code]

Europelta se distingue des autres ankylosauriens par plusieurs autapomorphies : son os carré est plus court et médio-latéralement plus large que chez n'importe quel autre ankylosaurien. La bordure arrière de son crâne est concave en vue dorsale. En vue latérale, son sacrum forme une arche dorsale formant un arc d'environ 55°. Son pubis est complètement fusionné avec son ischium formant un ischiopubis. Le rapport de longueur entre tibia et le fémur s'établit à 90%, la valeur la plus élevée connue chez les ankylosauriens[1].

Classification[modifier | modifier le code]

Les inventeurs d'Europelta ont créé, suite à sa description, la sous-famille des Struthiosaurinae, un petit clade dans lequel ils le placent avec les genres européens Anoplosaurus, Hungarosaurus et Struthiosaurus[1].

Le cladogramme réalisé par Caleb Brown et ses collègues en 2017, suite à la description du genre Borealopelta, ne reprend pas cette subdivision[3]. Europelta est placé certes proche de Hungarosaurus, mais également du groupe frère constitué des genres nord-américains Pawpawsaurus et Borealopelta[3] :

Nodosauridae


Sauroplites scutiger



Mymoorapelta maysi



Dongyangopelta yangyanensis





Gastonia burgei




Gargoyleosaurus parkpinorum




Polacanthus foxii




Peloroplites cedrimontanus




Sauropelta edwardsi




Nodosaurus textilis




Tatankacephalus cooneyorum




Silvisaurus condrayi




Animantarx ramaljonesi




Hungarosaurus tormai




Europelta carbonensis




Pawpawsaurus campbelli



Borealopelta markmitchelli








Struthiosaurus austriacus



Stegopelta landerensis





Panoplosaurus mirus




Edmontonia rugosidens



Edmontonia longiceps



Denversaurus schlessmani















Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Référence Fossilworks Paleobiology Database : Europelta Kirkland et al., 2013 (en)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) J. I. Kirkland, L. Alcalá, M. A. Loewen, E. Espílez, L. Mampel et J. P. Wiersma, « The Basal Nodosaurid Ankylosaur Europelta carbonensis n. gen., n. sp. From the Lower Cretaceous (Lower Albian) Escucha Formation of Northeastern Spain », PLoS ONE, vol. 8, no 12,‎ , e80405 (PMID 24312471, PMCID 3847141, DOI 10.1371/journal.pone.0080405)
  2. (en) Matthew Piper, "Utah paleos: Euro dinosaur find hints at continental history", The Salt Lake Tribune, 2 December 2013
  3. a et b (en) C.M. Brown, D.M. Henderson, J. Vinther, I. Fletcher, A. Sistiaga, J. Herrera et R.E. Summons, « An Exceptionally Preserved Three-Dimensional Armored Dinosaur Reveals Insights into Coloration and Cretaceous Predator-Prey Dynamics », Current Biology,‎ (DOI 10.1016/j.cub.2017.06.071, lire en ligne)