Eugène-André Oudiné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène-André Oudiné
Eugène-André Oudiné by Nadar.png
Portrait photographique d’Oudiné par Adolphe Dallemagne.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maîtres
Distinctions
Œuvres principales
Berthe (d), Georges-Louis Leclerc de Buffon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Eugène-André Oudiné, né le à Paris où il est mort le , est un sculpteur et médailleur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L’un des meilleurs élèves d’André Galle, dont il a épousé la petite-fille[1], Oudiné a ensuite travaillé dans l’atelier de Jean-Auguste-Dominique Ingres et dans celui de Louis Petitot[2]. En 1831, il a obtenu le grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine[3].

Un de ses envois de Rome, le Gladiateur blessé, très remarqué au Salon de 1837, lui a valu une deuxième médaille. À son retour de Rome, il a été attaché au Timbre, et plus tard à la Monnaie de Paris pendant plus de quarante ans[2]. Sans abandonner complètement la sculpture, il s’est alors occupé plus spécialement de gravures en médailles, où il a bientôt acquis réputation de graveur européenne[1]. On lui doit la plupart des modèles exécutés pour la frappe des pièces et des médailles françaises. Presque toutes celles de cette époque sont de lui[2]. Il est l’auteur de plusieurs monnaies dont la pièce de 5 francs 1849 et 1850 en argent à la tête de Cérès de la Deuxième République, qui remplace l’écu de type Dupré, de 1848. De 1837 à 1887, il a été le graveur officiel du ministère des Finances[4].

Il a également dessiné et gravé les timbres-télégraphe ainsi que les timbres pour journaux émis en 1868. Ses créations concernent également les timbres fiscaux : « Aigle de face » des timbres de dimension, « Aigle de trois-quart » des articles d'argent et des récépissés de chemins de fer, type « Chiffres » des timbres d'affiches, de connaissements, de copies, de quittances et type « Groupe allégorique » qui va servir pour les timbres fiscaux d'effets de commerce entre 1874 et 1885[4].

Très connu à son époque pour les effigies des pièces de cent sous, il a pourtant exécuté bon nombre de statues[5], et a obtenu de nombreuses récompenses aux expositions annuelles[1], ainsi que la croix de chevalier de la Légion d'honneur, le [6]. Il était également membre de l’Académie des beaux-arts de Bruxelles[7].

Il a eu pour élèves, entre autres, Jules Chaplain[8] et Hubert Ponscarme[9].

Par un arrêté du , la Ville de Paris a donné son nom à une rue du 13e arrondissement[10]. En 1861, il a fait construire la villa Oudiné à Étretat par l'architecte Joseph Uchard[11].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Bethsabée (1859), Paris, palais du Louvre, façade nord de la cour Carrée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Les on-dit », Le Rappel, no 6244,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 5 août 2019).
  2. a b et c « Choses et gens », Le Matin, no 1145,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 5 août 2019).
  3. Catalogue général illustré des éditions de la Monnaie de Paris, sans date (1985).
  4. a et b Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. 8, Paris, , p. 59.
  5. « Échos de Pari », Le Gaulois, no 1688,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 5 août 2019).
  6. Archives Nationales, « Dossier : LH/2026/71 », sur Base Léonore, (consulté le 5 août 2019).
  7. « Nécrologie », Le Radical, vol. 7, no 105,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 5 août 2019).
  8. Anne-Lise Desmas, L’Académie de France à Rome aux XIXe et XXe siècles, Paris, Somogy, , 268 p. (ISBN 978-2-85056-603-5, lire en ligne), p. 36.
  9. (de) Die Weltkunst : entre tradition, modernité et création, t. 66, "Kunst und Technik", (lire en ligne), p. 1770.
  10. Mu, « La rue Eugène-Oudiné - 75013 », sur les Rues de Paris (consulté le 5 août 2019).
  11. Viviane Manase, « Les villas d’Étretat : villégiature et balnéaire 1840-1910 », sur Région Normandie (consulté le 5 août 2019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Eugène André Oudiné, artist file : study photographs and reproductions of works of art with accompanying documentation 1920-2000, Frick Art Reference Library, , 1 folder 34 cm (OCLC 85016682).

Liens externes[modifier | modifier le code]