Espagnol mexicain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec l'espagnol rioplatense et le espagnol chilien, qui sont parlées aussi end Amérique latine.
image illustrant une langue
Cet article est une ébauche concernant une langue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Espagnol mexicain
Castillan mexicain
Pays Mexique, États-Unis
Région Aux États-Unis principalement Californie, Arizona, New York, Nouveau-Mexique, Texas
Nombre de locuteurs 112 336 538
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau du Mexique Mexique (de facto)
Régi par Association des académies de la langue espagnole
Codes de langue
IETF es-mx


L'espagnol mexicain (consulter l'article pour un article plus détaillé) est la variété topolectale de l'espagnol qui est parlée au Mexique et dans plusieurs groupes de population d'origine mexicaine dans d'autres pays, surtour aux États-Unis et au Canada.

L'espagnol mexicain, dont les origines remontent au XVIe siècle, est la variante de l’espagnol la plus parlée dans le monde : le nombre de ses locuteurs représente environ un quart des hispanophones. De plus, c'est celle qui est la plus diffusée, par le biais des médias de masse du Mexique et des États-Unis, où la proportion des populations d'origine mexicaine est très importante[1].

Il existe plusieurs variétés d'espagnol mexicain ; ces différents dialectes varient d'un point de vue phonétique (accent) mais aussi lexical ou morphologique. Les plus usitées sont celles, populaire et éduquée, de Mexico, en raison du nombre d'habitants de l'agglomération de la capitale et de son rôle central, à la fois politique et culturel. Il en résulte une forte influence du nahuatl, langue parlée dans la Vallée de Mexico avant l'arrivée des Espagnols, sur l'espagnol mexicain en général.

Caractéristiques structurelles[modifier | modifier le code]

Il y a quelques différences dans la structure verbale. Pour le verbe « estar », la conjugaison en « en » ou « an » est bien plus fréquente au Mexique que « ais » ou « eis » (« No están solitarios » au lieu de « No estáis solitarios ») en Espagne. D'autre part, le pronom personnel « os » (os escribí) est changé avec « les » (les escribí) en français (je vous ai écrit).

  • « Siempre estaréis en vuestro corazón » → « Siempre estarán en su corazón » (Mexique)
  • « ¿Cómo supisteis que estabais enamorados? » → « ¿Cómo supieron que estaban enamorados? » (Mexique)
  • « Para que os conozcáis » → « Para que se conozcan » (Mexique)

Variations régionales[modifier | modifier le code]

Des différences régionales notables existent selon les régions du Mexique. On remarque surtout ces différences en compararnt les régions rurales et les régions urbaines. Ces dernières penchent, dans certains cas, vers l'utilisation d'anglicismes par les États-Unis et des archaïsmes ou des termes qui ne sont pas présents dans le vocabulaire des locuteurs des grandes villes.[réf. nécessaire]

Par exemple, au lieu du mot fontanero, on utilise le mot plomero (en français, « plombier »). Au Mexique, un fontanero signifie « fontainier ».

Exemples de variations[modifier | modifier le code]

Mexique Espagne Français
Alberca Piscina Piscine
Timbre Sello Timbre
Elevador Ascensor Ascenseur
Guajolote o pavo Pavo Dindon
Lentes Gafas Lunettes
Coche o carro Coche Voiture
Jugo Zumo Jus
Celular Móvil (Téléphone) portable / cellulaire
Plomero Fontanero Plombier
Clóset Armario Armoire
Verbes équivalents
Agarrar o coger Coger Prendre
Caminar Andar Marcher
Manejar Conducir Conduire
Tomar Beber Boire
Coger Follar o coger Baiser
Gustar Apetecer Désirer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lors du recensement de 2012, plus de 34 millions d'Américains ont affirmé être d'origine mexicaine, soit 10,9% de la population des États-Unis (cf. American Fact Finder, 2012 American Community Survey 1-Year Estimates, United States Census Bureau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antonio Raluy Poudevida et Francisco Monterde, Diccinario Porrúa de la Lengua Española, Editorial Porrúa, 41e édition, 1998 (ISBN 978-9-6843-2117-5). Ouvrage de 848 pages contenant presque tous les « mexicanismes » connus.

Articles connexes[modifier | modifier le code]