Eskoriatza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eskoriatza
Escoriaza - Plaza Fernando Eskoriatza y Ayuntamiento 02.JPG
Nom officiel
(eu) EskoriatzaVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Communauté autonome
Province
Comarque
Partie de
Intermunicipalité de Debagoiena (d), Leintz Udal Euskaltegia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef-lieu
Eskoriatza (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
40,43 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
275 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Eskoriatza Municipality.png
Démographie
Population
4 131 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
102,2 hab./km2 ()
Gentilé
EskoriatzarVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Histoire
Fondation
Identité
Langue officielle
Identifiants
Code postal
20530-20540-20550Voir et modifier les données sur Wikidata
INE
20034Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Cloître du bâtiment classique de la faculté des Humanités et des Sciences de l'éducation de l'université de Mondragón.

Eskoriatza[1] en basque ou Escoriaza en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

En basque « eskoria » a la même signification qu'en castillan: « terre noire », c'est-à-dire, un type de sol de grande qualité pour la culture de céréales, riche en humus et avec présence de restes céramiques. Apparemment celles-là étaient les caractéristiques du sol dans la partie de la vallée de Léniz qu'a formée cette commune, ce pourquoi cette partie de la vallée était connue comme eskoriatza. Le suffixe - tza c'est un suffixe fréquent en basque.

Il existe une autre théorie différente qui fait dériver le nom de la commune de celui de l'ancienne forteresse d'Aitzorrotz, située dans son terme et qui dans des documents médiévaux est écrit comme Axcorrocia.

Traditionnellement le nom a été transcrit comme Escoriaza, en accord avec l'orthographe castillane. Avec la création d'une orthographe et une grammaire unifiée l'euskara dans la seconde moitié du XXe siècle, le nom de la commune a commencé à être transcrit comme Eskoriatza. En 1980 la commune a adopté comme seule dénomination officielle Eskoriatza, qui à son tour a été publié dans le BOE[2] le et est par conséquent actuellement la seule dénomination officielle de cette commune.

Au niveau dialectal et principalement en parlant l'euskara (le basque), dans la comarque de Debagoiena, on nomme généralement cette localité « Eskoitza », qui est une forme syncopée d'Eskoriatza.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les bourgs (elizate) sont d'anciens villages qui ont été assignés à la localité d'Eskoriatza, quand on a formé l'Université d'Eskoriatza en 1630. De fait les bourgs sont précédentes à son existence au noyau urbain du village. Le long de l'histoire ils ont maintenu une forte personnalité propre, par exemple ils constituent ainsi encore des paroisses différentes à Escoriaza. Actuellement la croissance du noyau urbain de la municipalité associée au dépeuplement de ces bourgades les a transformées en petits quartiers ruraux qui s'ajoutent un peu plus de 11 % de la population de la commune et ils ont perdu de l'importance dans l'ensemble de la commune. Toutefois, la plus grande partie du territoire municipal d'Eskoriatza est celui des bourgades. Les sept bourgs d'Eskoriatza sont :

Huhezi[3], université de Mondragon
  1. Apotzaga : 64 habitants.
  2. Bolibar : 106 habitants.
  3. Gellao : 25 habitants.
  4. Marin : 54 habitants.
  5. Mazmela : 77 habitants.
  6. Mendiola : 50 habitants.
  7. Zarimutz : 62 habitants

Les bourgades ont leurs propres maire de quartier et dans les dernières élections municipales ont obtenu un acte de conseiller municipal pour l'association des bourgades, qui représente les intérêts de ces noyaux ruraux dans la commune.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Prudencio Murguiondo (1767-1825): marin et militaire qui eut une participation notable dans les invasions anglaises du rio de la Plata et dans les luttes postérieures à l'indépendance de l'Argentine.
  • Felix Aramburuzabala Lazcano-Iturburu (1886-1972): chef d'entreprise de la brasserie mexicaine Groupe Modelo. Grand-père de l'entrepreneuse mexicaine Maria Asunción Aramburuzabala Larregui, considérée comme la femme la plus riche d'Amérique latine.
  • José Arana (1839-1908): directeur du théâtre de royal de Madrid et créateur de la « Semana Grande de San Sebastián ». Une rue porte son nom dans son village natal, ainsi qu'une dans la ville de Saint-Sébastien. Il est enterré à Escoriaza dans un panthéon, œuvre de Mariano Benlliure.
  • Víctor Sarasqueta (1864-1930), entrepreneur armurier.
  • Félix Likiniano, (1909–1983), anarchiste basque et militant détaché de la CNT. Fut le créateur du fameux anagramme ETA avec le serpent et la hache.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (eu) Toponymes officiels du Pays basque de l'Académie de la langue basque ou Euskaltzaindia, avec la graphie académique actuelle ainsi l'équivalent en français ou espagnol. Autres sources: Euskal Herriko udalerrien izendegia [PDF] ou directement sur le site d'Euskaltzaindia (EODA).
  2. Le Bulletin officiel de l'État (BOE, Boletín Oficial del Estado, en espagnol) est le journal officiel de l'État espagnol, dans lequel sont consignés tous les évènements législatifs (lois, décrets), règlementaires (arrêtés), déclarations officielles et publications légales relevant des institutions nationales (Gouvernement, Cortes Generales,...), ainsi que les dispositions générales des communautés autonomes.
  3. Huhezi: Humanitate eta Hezkuntza Zientzien Fakultatea

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]