Orendain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Orendain
Image dans Infobox.
Nom officiel
(eu) OrendainVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
EltxokVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Communauté autonome
Province
Comarque
Partie de
Q9027323, Intercommunalité des municipalités pour la gestion de l'abattoir départemental de Tolosa (d), Tolosaldeako Mankomunitatea (d), Udalerri Euskaldunen Mankomunitatea (UEMA) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef-lieu
Orendain (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
6 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
329 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
230 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
38,3 hab./km2 ()
Gentilé
OrendaindarVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Gorka Egia Arregi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Identité
Langue officielle
Identifiants
Code postal
20269Voir et modifier les données sur Wikidata
INE
20905Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Orendain[1] en basque ou Orendáin en espagnol est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon des philologues comme Julio Caro Baroja[2] ou L.M. Mujika les toponymes basques qui se terminent en -ain sont pour la plupart le fruit de l'évolution du suffixe latin -anum. À l'origine ce suffixe - anum était uni généralement à un nom propre et indiquait une propriété de caractère rustique. Dans le cas d'Orendain, ces philologues proposent la possibilité que ce nom était Aurentius. Cette hypothèse philologique remonterait l'origine à de la ville d'Orendáin de l'époque romaine. En Navarre il existe un quartier appelé Orendain dans la commune de Guirguillano.

Le nom de la commune a été écrit historiquement comme Orendáin, mais en 1988 quand la commune a récupéré son indépendance il s'est inscrit sous le nom d'Orendain (sans tilde). Ceci est dû au fait qu'en basque moderne on n'utilise pas ce signe orthographique, bien que l'accentuation soit comme en Espagnol. La prononciation basque est très semblable au castillan, il est prononcé comme Orendáiñ, avec un n lisse.

Le gentilé de ses habitants est orendaindarra, formé par le nom de la ville et du suffixe -(d)ar qui, en basque est appliqué pour créer les gentilés. Il est le même pour hommes et femmes, comme toujours en basque puisqu'il n'existe pas de genre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Orendáin se trouve dans la zone centre-sud de la province du Gipuzkoa. La ville est située sur un plateau qui fait partie des derniers contreforts de la Sierra d'Aralar et qui domine la vallée de la rivière (rio) Oria à 329 mètres d'altitude. À l'est et ouest des deux vallées qui limitent la commune, avec les cours d'eau Ibiur et d'Amezketa respectivement, de limites municipales.

Presque toute la commune est couverte de prés et de cultures de type atlantique, outre des plantations de conifères. Dans quelques zones on conserve des morceaux du mélange atlantique chêne-forêts.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune a un habitat dispersé typique du milieu rural basque. Le noyau de la population, avec l'église, la mairie, la place, etc., concentre un peu moins de 40 % de la population de la commune.

Le reste de la population vit dispersée dans des fermes (caseríos) sur le territoire communal. Avec la seule exception du quartier d'Astizaldea, qui se trouve dans le croisement de la route qui va d'Alegia à Abaltzisketa avec le chemin qui monte vers le village, on ne peut pas dire qu'il y ait d'autres quartiers dans la commune, puisque des quartiers comme Baldanalde ou Egileor ne sont pas plus que des dénominations génériques avec lesquelles on groupe les fermes qu'il y a dans une partie ou une autre de la commune.

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]

Orendain est limité par le nord avec les communes d'Ikaztegieta et d'Alegia, au sud par Amezketa, Gainza et Abaltzisketa. À l'est ses limites sont avec Alegia et d'Amezketa et à l'ouest Ikaztegieta, Legorreta et Baliarrain.

Les accès à Orendain s'effectuent à travers une route locale qui unit Alegia avec Abaltzisketa. Cette route traverse le territoire municipal d'Orendain de nord à sud et passe par le quartier d'Astizaldea, d'où part une bretelle qui arrive au noyau du village. D'autres routes passent par les vallées Ibiur et d'Amezketa, mais touchent seulement tangentiellement le territoire municipal d'Orendain. Orendain est à 5,5 km d'Alegia et à 4,5 km d'Abaltzisketa. La localité la plus proche est Ikaztegieta à 3,5 km de distance. Baliarrain est aussi très près en ligne droite, mais par route à 7 km. Tolosa, la tête de la comarque est à 11 km et Saint-Sébastien à 36 km.

Il existe une ligne d'autobus régulière qui communique Toulouse avec Orendáin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Philippe III d'Espagne

On ne sait pas quand est apparue cette ville, même si l'étude philologique de son nom pouvait remonter son origine à l'époque romaine. En 1374 apparaît Orendain dans l'histoire comme étant rattachée à ville de Tolosa. Le village cherchait avec ce rattachement la protection des desmanes des Parientes Mayores (chefs banderizos (guerre des bandes[3]) des lignées locales). Dans cette union, Orendain était soumis à la juridiction de Tolosa et devait contribuer aux frais communs des villes, mais d'autre part maintenait ses territoires amojonadas et une certaine autonomie administrative. Avec le passage des années Orendain est arrivé à avoir un maire pedáneo[4].

Plus de deux siècles plus tard, une fois disparue la menace des guerres "banderizas", qui avaient été la cause de leur union avec Tolosa, Orendain a cherché l'autonomie totale en ce qui concerne la ville tolosane. Celle-ci a été obtenue durant l'année 1615 quand le roi Philippe III[5] lui a accordé le titre de villa en échange de 2 325 ducats. Quelques années plus tard on l'a uni aux villes voisines d'Icazteguieta et d'Alegia pour former l'Unión d'Aizpurua, auquel des années plus tard on unira Altzo. Cette union qui subsistera jusqu'au XIXe siècle permit à de petites villes de se payer un représentant commun dans les Juntes Générales de la province. Orendain a aussi pris part, historiquement, à la Mancomunidad d'Enirio de Aralar, ce pourquoi il jouira des pâtures de la Sierra d'Aralar, de manière conjointe avec d'autres localités de la zone.

En 1967 Orendain a fusionné avec les communes voisines de Baliarrain et d'Ikaztegieta pour former la commune d'Iruerrieta. Cette commune s'est dissoute en 1988, Orendain récupérant son autonomie.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La mairie d'Orendain, situé dans son petit noyau urbain, est un des rares d'exemples de style néo-classique pur dans l'architecture civile du Guipuzkoa. Il a été construit durant le XIXe siècle.

Dans l'architecture populaire, le remarquable Iramendi caserío (ferme Iramendi), la plus ancienne de la commune. La plupart des fermes remarquables ont été construites aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'Église paroissiale de l'Asomption (Andra Maris) possède de grandes dimensions pour être l'édifice d'une localité tellement petite et il est visible de très loin. Elle garde les grandes lignes du XVIe siècle. À souligner sa remarquable tour-clocher, les chapiteaux de l'intérieur et le Christ de style plateresque qu'il garde.
  • L'Ermitage de Saint-Sébastien, dans lequel a lieu une procession le .

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jesús Garmendia: cavalier qui participa aux épreuves hippiques (sauts). Il est actuellement un des meilleurs de ce sport au niveau national. Il a été champion national en 2004 et a gagné la coupe du président du gouvernement en 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (eu) Toponymes officiels du Pays basque de l'Académie de la langue basque ou Euskaltzaindia, avec la graphie académique actuelle ainsi l'équivalent en français ou espagnol. Autres sources: Euskal Herriko udalerrien izendegia [PDF] ou directement sur le site d'Euskaltzaindia (EODA).
  2. Julio Caro Baroja (Madrid, 13 novembre 1914 – † 18 aout 1995), anthropologue, historien, linguiste et essayiste espagnol.
  3. La guerre des bandes opposait les partisans de deux familles: les Oñas et les Gamboins. Les Oñacins étaient des partisans de la lignée guipuscoane des Oñas. Elle était menée par la famille Mendoza, avec comme alliés les Beaumontais et la couronne de Castille. Les Gamboins étaient les partisans de la lignée guipuscoane des Gamboa. Ils étaient alliés aux Agramontais (qui apparaissent pour la première fois au début du XIIe siècle avec Sanche VII le Fort) et le Royaume de Navarre.
  4. Maire pedáneo est le nom que reçoit en Espagne l'organe exécutif unipersonnel qui est à l'avant du gouvernement local un district ou d'EATIM (Entidad de Ámbito Territorial Inferior al Municipio), celles-ci étant des organismes submunicipales. Le maire pedáneo reviendrait à être celui d'un noyau de population — généralement rurale et de petite taille (un village) — situé à l'intérieur d'un territoire municipal régi par une autre localité plus grande.
  5. Philippe III d'Espagne (14 avril 1578 à Madrid, 31 mars 1621 à Madrid) fut roi d'Espagne, roi du Portugal et d'Algarves (Philippe II du Portugal) de 1598 à sa mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]