Escalade en solo intégral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Escalade en solo intégral sur une falaise du Nevada (USA)
Alain Robert en solo intégral sur la Tour Franklin en 2002

L'escalade en solo intégral est un style d'escalade libre et en solitaire, dans lequel le grimpeur n'utilise aucun système d'assurage (ni corde, ni équipement de protection), se fiant uniquement à sa capacité à ne jamais chuter[1].

À la différence de la pratique de bloc[2], la grimpe en solo intégral s'effectue au-delà d'une hauteur de sécurité, impliquant toujours des blessures graves ou la mort en cas de chute et ainsi un important « engagement » mental pour sa pratique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Records et ascensions célèbres[modifier | modifier le code]

Grimpeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jouty, Odier, Dictionnaire de la montagne
  2. La limite entre le solo intégral et le bloc est débattue dans le cas des blocs de grande hauteur (high ball). [1]
  3. « Raven Tor, Derbyshire - Peak District, England climbing », sur www.planetmountain.com (consulté le 5 janvier 2017)
  4. (en) « Heinz Zak solos Yosemite's Separate Reality », Planetmountain.com,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  5. Bernard Vaucher , Les Fous du Verdon, Guérin, 2014
  6. (en) Jack Geldard, « Dave Macleod - 8c Solo - Interview », Ukclimbing.com,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2017)
  7. « Solo, Part I: Alex Honnold - Alpinist.com », sur www.alpinist.com (consulté le 5 janvier 2017)
  8. « Solo, Part IV: Alexander Huber - Alpinist.com », sur www.alpinist.com (consulté le 5 janvier 2017)