Escalade de vitesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'escalade de vitesse (en anglais speed climbing, d'où le terme de speed climber pour désigner ce type de grimpeur) est une des trois disciplines des compétitions d'escalade de l'IFSC avec le bloc et la difficulté. Le défi consiste, pour un grimpeur, à atteindre le sommet d'une voie d'escalade le plus rapidement possible. Cette pratique se déroule en intérieur, notamment sur un mur homologué dont les dimensions, la disposition et l'angle donné aux prises sont déterminés à l'avance.

Compétition[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

Les compétitions officielles de vitesse se déroulent sur un mur homologué qui comporte deux voies identiques parallèles. Les épreuves se déroulent donc en duel et le départ est donné par un signal sonore. Lorsque le grimpeur décolle le pied du sol, un système connecté à un paillasson électronique déclenche le chronomètre. Celui-ci s'arrête une fois que le grimpeur appuie sur un bouton « champignon » situé au sommet du mur. Pour éviter les erreurs de manipulation, les grimpeurs sont assurés en moulinette, donc depuis le haut du mur.

Mur homologué[modifier | modifier le code]

Sommet d'un mur d'escalade de vitesse
Détail du sommet d'un mur de vitesse (mur officiel)

Historique[modifier | modifier le code]

En 2007, l'IFSC a fait homologuer un type de mur afin d'organiser les compétitions sur une structure toujours identique. En effet, au début, le principe de deux couloirs identiques permettait de départager le couple de grimpeurs en évolution. Cependant, le manque d'unicité entre les structures des différentes étapes de l'épreuve ne permettait pas une comparaison objective, raison pour laquelle la société Entre-Prises a conçu une structure commune.

En 2013, le règlement évolue pour inclure de nouvelles spécificités. Après avoir fait homologuer un type de mur puis un type de prise, l'IFSC sélectionne un certain nombre de partenaires pour le chronomètre[1] afin d'homogénéiser la mesure du temps d'ascension.

Description[modifier | modifier le code]

Il existe deux versions du mur officiel : un de 10 m de hauteur et un de 15 m. Leur inclinaison (5 degrés) et leur largeur (3 m par couloir) sont également définies. Sur ces murs, est identifié un placement particulier des prises. Il n'existe que deux types de prise : celle pour les mains (24 au total dans la version 10 m et 40 dans celle de 15 m) et celle pour les pieds (16 au total dans la version 10 m et 22 dans celle de 15 m)[2].

Les prises de pied sont de conception simple, à peu près de la forme d'une demi-sphère. Les prises de main sont plus complexes et permettent différentes préhensions en fonction de leur orientation. Leur forme offre quatre tenues différentes. La cotation est réputée être 6b [3].

Les records ont évolué de la manière suivante[4] :

Catégorie Hauteur février 2012 juillet 2012 septembre 2012 octobre 2012 juillet 2015 mai 2017 Avril 2019 Octobre 2019
Homme 10 m 4,20 s par Qixin Zhong
Homme 15 m 6,26 s par Qixin Zhong[5] 5,88 s par Evgeny Vaytsekhovsky[6],[7] 5,60 s par Danyl Boldyrev 5,48 s par Reza Alipourshenazandifar
Femme 10 m
Femme 15 m 9,04 s par He Cuilian 8,53 s par Yuliya Levochkina[7] 8,37 s par Yuliya Levochkina[7] 8,33 s par Esther Bruckner[7] 7,536 s par Iuliia Kaplina 7,38 s par Iuliia Kaplina 7,10 s par YiLing Song 6,995 par Aries Susanti Rahayu

Falaise[modifier | modifier le code]

La falaise El Capitain
La formation rocheuse El Capitan

La performance qui consiste à atteindre le sommet le plus vite possible se pratique également en extérieur. En escalade libre, la grande-voie la plus connue pour ce genre de pratique est The Nose dans la Vallée de Yosemite (États-Unis), haute d'environ 1000 mètres. Parmi les anciens détenteurs du record de cette voie, figurent notamment John Bachar, Hans Florine, Yuji Hirayama, Dean Potter, Alexander Huber, son frère Thomas et Alex Honnold. Le meilleur temps est détenu en 2020 par Alex Honnold et Tommy Caldwell, pour leur ascension du 6 juin 2018 en 1 h 58 min 07 sec[8], passant la barre symbolique des 2 heures. Le record était jusqu'alors de 2 h 19 min 44 sec, réalisé le 21 octobre 2017 par Brad Gobright et Jim Reynolds[9].

Une autre pratique de vitesse consiste à grimper le plus vite possible mais en solo intégral. C'est le cas de certaines ascensions de Dan Osman dont la particularité est de ne pas être assuré et de ne pas poser de points de protection, ce qui permet une ascension encore plus rapide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Explications sur l'évolution du règlement » (consulté le 7 décembre 2013)
  2. « IFSC - fiche produit du mur de vitesse » (consulté le 22 février 2012)
  3. « Camptocamp - Reprise d'une déclaration de Jacky Godoffe » (consulté le 22 février 2012)
  4. « Vidéo : le record du monde d'escalade de vitesse réalisé par YiLing Song », sur L'Équipe (consulté le 16 juin 2019)
  5. « Annonce du record de Qixin Zhong sur le mur de 15m »
  6. (en) « IFSC Climbing Worldcup (L,S) - Xining (CHN) 2012 - General result M E N speed », sur www.ifsc-climbing.org, (consulté le 9 septembre 2013)
  7. a b c et d (en) « Historique des records de vitesse », sur ifsc-climbing.org (consulté le 5 mars 2014)
  8. (en) « Alex Honnold, Tommy Caldwell and the El Capitan Nose Speed record time-lapse », sur www.planetmountain.com, (consulté le 30 octobre 2020)
  9. Ian Bergeron, « Nouveau record de vitesse sur le Nose! », sur www.escaladequebec.com, (consulté le 7 mai 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]