Escalade en solo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solo.
image illustrant l’escalade
Cet article est une ébauche concernant l’escalade.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Alain Robert pratiquant l'escalade en solo intégral sur la Torre Agbar (Barcelone, 12 septembre 2007).

L'escalade en solitaire ou escalade en solo (ou simplement solo), est un type d'escalade au cours duquel un grimpeur progresse seul, à la différence d'une cordée classique de deux grimpeurs, où l'un assure l'autre alternativement. Le solo se pratique en escalade rocheuse libre ou artificielle, en alpinisme ou en escalade glaciaire. Pour éviter le risque d'une chute dangereuse, voire mortelle, le grimpeur peut s'assurer lui-même à l'aide de différents systèmes (solo encordé ou auto-assuré) soit sur l'ensemble du parcours escaladé soit pour les seuls passages difficiles ou exposés. Dans le cas où le grimpeur ne s'assure pas, on parle de solo intégral.

Le solo et le solo intégral font partie des pratiques de l'alpinisme depuis ses débuts, avec notamment les ascensions de Paul Preuss au début du XXe siècle, qui escalada et désescalada seul et sans corde de longues voies de cinquième degré dans les Alpes orientales. Paul Preuss théorisa le solo intégral avant de se tuer en 1913 au terme d'une chute de 300 mètres.

Le solo intégral est devenu courant avec le développement de l'escalade libre dans les années 1970, puis a été médiatisé au début des années 1980 avec les solos de Patrick Edlinger à Buoux et au Verdon dans les films La Vie au bout des doigts et Opéra Vertical, ainsi qu'avec les réalisations alpines de Christophe Profit, comme la voie Ginat aux Droites ou la Directe américaine aux Drus, cette dernière ayant été filmée.

Parallèlement, la pratique usuelle de l'escalade libre, notamment en Europe continentale, est devenue des plus sécurisée, avec l'utilisation systématique et rapprochée des pitons à expansion. Dans les années 1990, ce sont surtout les escalades d'immeubles de grande hauteur par Alain Robert qui ont reçu un écho médiatique, le grimpeur ayant auparavant réussi des solos extrêmement difficiles et engagés en falaise.

Pratiquants connus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]