Pierre Magnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnard.
Pierre Magnard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Principaux intérêts
Histoire de la philosophie du Moyen Âge à l’Âge classique, Port-Royal, Métaphysique
Influencé par

Pierre Magnard, né le 24 août 1927 à Casablanca, est un philosophe français

Professeur émérite à la Sorbonne, il a été lauréat du Grand Prix de Philosophie de l'Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine ardéchoise, Pierre Magnard fait ses études à Paris en khâgne aux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, puis à la Sorbonne. Ses principaux professeurs sont Henri Gouhier, Ferdinand Alquié, Maurice Merleau-Ponty et Gaston Bachelard, Jean Beaufret et Henri Birault.

Certifié en 1956, agrégé de philosophie en 1957, il enseigne au lycée de Moulins où il succède à Pierre Bourdieu, puis en khâgne au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand de 1961 à 1968. Maître-assistant de 1968 à 1978 à l’Université de Dijon, il soutient en 1974 sa thèse de doctorat d’État Nature et Histoire dans l’apologétique de Pascal, ouvrage maintes fois réédité qui est devenu un classique.

Professeur à l’Université de Poitiers en 1978, puis à la Sorbonne en 1988 dont il est aujourd'hui professeur émérite. Il a notamment contribué à faire connaître à la communauté savante, après Ernst Cassirer et Jean-Claude Margolin, l'importance de l'œuvre du philosophe renaissant Charles de Bovelles.

Pierre Magnard enseigna plus de cinquante ans, au cours desquels il encadra cent vingt thèses. Il fut chargé de trois mandatures au Conseil national de l’Université (C.N.U.), présida le Comité national du C.N.R.S. de 1985 à 1991, et fut chargé de mission auprès du ministère des Universités, ensemble qui fait de lui une importante figure du monde de l’enseignement et de la recherche[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nature et Histoire dans l’apologétique de Pascal, Belles Lettres, 1975.
  • Pascal. La clé du chiffre, Mames - Presses universitaires, 1990, rééd. en poche aux éd. La table ronde, collection La Petite Vermillon, 2006, 2007.
  • Le Dieu des philosophes, Mames - Presses universitaires, 1995, rééd. en poche aux éd. La table ronde, collection La Petite Vermillon. 2006, 2007.
  • Fureurs, Héroïsme et métamorphoses (coll.), Peteers, 2007.
  • Marsile Ficin, les platonismes à la Renaissance, Vrin, 2001, 2007.
  • Métaphysique de l’Esprit (coll.), Vrin, 1996, 2007.
  • Nicolas de Cues : Trialogus de Possest, Vrin, 2007.
  • Pourquoi la religion, Arland Colin, 2006, 2007.
  • Questions à l’humanisme, PUF, 2000, 2007 ; Cerf, 2012.
  • La demeure de l’être, étude et trad. du Liber de causis, (coll.), 1990, 2007.
  • La dignité humaine, (coll.), Honoré Champion, 1995, 2007.
  • L'homme délivré de son ombre, traduction du Livre du sage de Charles de Bovelles, Vrin, 1982. réédition en 2010.
  • L'étoile matutine, traduction du Livre du néant de Charles de Bovelles, Vrin, 1983.
  • Soleil noir, traduction du Livre des opposés de Charles de Bovelles, Vrin, 1984.
  • Montaigne (dir.), Les Cahiers d'Histoire de la Philosophie, Le Cerf, 2010.
  • Avec Éric Fiat, La couleur du matin profond, Les petits Platons, 2013 — autobiographie intellectuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source principale : Site des PUF.

Liens externes[modifier | modifier le code]