Maurice Rollet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rollet.
Ne doit pas être confondu avec Maurice Ronet.
Maurice Rollet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Pseudonyme
François Le CapVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne
Association nationale des anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie française (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Maurice Rollet est un militant et poète français, né le 30 janvier 1933 à Joigny, décédé le 21 janvier 2014[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin, membre de la Fédération des étudiants nationalistes, il mit son savoir médical au service de son activité militante en soignant des hommes de l'OAS, comme son camarade et ami intime, le célèbre bandit Albert Spaggiari[2]. En , il cofonde l'Association nationale des anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie française[3].

Cofondateur du GRECE, il s'engagea au sein de la Nouvelle Droite, animant notamment sa « maison de Provence », la « Domus Europa[4] ».

En , il est exclu du Rassemblement européen pour la liberté, auquel il participait sous le pseudonyme François Le Cap[5].

Sur le plan artistique, il fut l'un des principaux acteurs d'un film de Gérard Blain (Le Rebelle, 1980). Son œuvre poétique est marquée par le paganisme[6].

Il a écrit les paroles de l'album Soleil de pierre de Docteur Merlin, sorti en 1993[7].

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[8], initiée par le collectif Non à la guerre[9].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Avec Perig Kerys, Des rimes et des runes, Éditions Pyrene, 1990

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mort de Maurice Rollet http://fr.novopress.info/153474/deces-maurice-rollet/
  2. Sur le plateau de Marc-Olivier Fogiel, à la faveur de la sortie du film Sans arme, ni haine, ni violence (2008), Maurice Rollet a parlé des rapports qu'il entretenait avec son ami Spaggiari au cours d'un entretien houleux visionnable sur Dailymotion.
  3. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 412.
  4. Voir cet extrait de l'introduction du livre de Stéphane François, Les Néo-paganismes et la Nouvelle Droite : pour une nouvelle approche, Arché, 2008.
  5. http://www.france-politique.fr/wiki/Rassemblement_Européen_de_la_Liberté_(REL).
  6. Maurice Rollet fut d'ailleurs rédacteur en chef de la revue Roquefavour, publiée par un « Centre de spiritualité et de tradition païenne ».
  7. http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article448
  8. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  9. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le «Collectif non à la guerre» a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]