Dixtuor à vents

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Dixtuor à vents en ré majeur, opus 14, de Georges Enesco, est un double quintette pour deux flûtes, hautbois, cor anglais, deux clarinettes, deux bassons, deux cors. Composé en 1906, c'est une réussite d'un genre rare[1],[2] et peu aisé à maîtriser musicalement où revivent avec une grande séduction sonore les paysages et la campagne de Roumanie.

Il est dédié à la mémoire de Hélène Bibesco et a été créé par la société moderne des instruments à vent à Paris, le [3].

Mouvements[modifier | modifier le code]

Le dixtuor comprend trois mouvements :

  1. Doucement mouvementé
  2. Modérément
  3. Allègrement mais pas trop

Sa durée d'exécution est d'environ vingt-trois minutes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1951 : Membres de l'Orchestre national de la RdF, direction G. Enesco - (LP Remington R-199-107)
  • 1958 : Nicolae Alexandru, Mihai Teodorescu, flûtes ; Pavel Tornea, cor anglais ; Constantin Ungureanu, Constantin Cernaianu, clarinettes ; Constantin Iliuta, hautbois ; Emil Biclea, Gheorghe Popa, bassons ; Ion Badaionu, Paul Staicu, cors, direction Constantin Silvestri (1958, LP EMI FALP 508)
  • 1970 : Membres de l'Orchestre philharmonique Iasi Moldova, direction Ion Baciu (Marco Polo 8.223 147)
  • 1988 : Solistes Orchestre de Chambre de Lausanne, direction Lawrence Foster (8 décembre 1987, Claves CD 50-8803)
  • 1995 : Horia Andreescu Virgil Francu, Nicola Maxim, flûtes ; Adrian Petrescu, hautbois ; Florin Ionoaia, cor anglais ; Valeriu Barbuceanu, Leontin Boanta, clarinettes ; Gödri Orban, Viorica Feher, bassons ; Simon Jebeleanu, Dan Cinca, cors (mars 1995, Olympia OCD 445)
  • 1996 : Solistes du Philharmonique d'Oslo (4-6 novembre 1996, Naxos 8.554 173)
  • 1997 : Membres de l'Orchestre philharmonique « George Enescu », direction Cristian Mandeal (24-28 février 1997, Arte Nova 74321 63634 2)
  • 2001 : Micha Hamel Viotta Ensemble (Ottavo 20179)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les seuls précusseurs sont les Divertimenti K 186/159b et K 166/159d, et la Sérénade KV 361 (« Gran Partita », 1781) de Wolfgang Amadeus Mozart, la Sérénade en ré mineur, op. 44 (1878) de Antonín Dvořák, la Sérénade en mi-bémol (1881) et la Suite en si-bémol (1884), tant pour treize instruments à vent et à les deux de Richard Strauss et la Petite symphonie par neuf instruments à vent (1888) de Charles Gounod.
  2. Cophignon 2006, p. 168
  3. Cophignon 2006, p. 166

Liens externes[modifier | modifier le code]