Dinsheim-sur-Bruche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dinsheim-sur-Bruche
Dinsheim-sur-Bruche
Le clocher de la mairie.
Blason de Dinsheim-sur-Bruche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Molsheim-Mutzig
Maire
Mandat
Marie-Reine Fischer
2020-2026
Code postal 67190
Code commune 67098
Démographie
Gentilé Dinsheimois [1]
Population
municipale
1 485 hab. (2018 en augmentation de 6,99 % par rapport à 2013)
Densité 298 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 35″ nord, 7° 25′ 37″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 330 m
Superficie 4,98 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Molsheim
(banlieue)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mutzig
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Dinsheim-sur-Bruche
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Dinsheim-sur-Bruche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dinsheim-sur-Bruche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dinsheim-sur-Bruche

Dinsheim-sur-Bruche est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Dinsheim-sur-Bruche se trouve dans la vallée de la Bruche, un affluent de l'Ill qui arrose la localité.

Communes limitrophes de Dinsheim-sur-Bruche
Flexbourg , Bergbieten Dangolsheim
Still Dinsheim-sur-Bruche Mutzig
Heiligenberg Gresswiller

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dinsheim-sur-Bruche est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Molsheim, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[5] et 26 925 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (72,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,6 %), forêts (17,1 %), cultures permanentes (14,6 %), prairies (12,4 %), zones urbanisées (11,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1875, année sainte, fut érigée sur la colline du Schiebenberg (alt. 317 m) une statue de la Vierge à l’Enfant.

De 1828 à 1832, édification de l'église Saints-Simon-et-Jude. En 1834, le conseil municipal décida de faire construire un orgue de type Stiehr, le transport à Dinsheim fut effectué en décembre 1835.

En avril 1917, les autorités allemandes ont réquisitionné les tuyaux de façade de l'orgue de l'église.

Le , l'église fut victime d'un grave incendie qui détruisit presque totalement l'orgue. Il a été restauré en 1990.

Avant 2003, la commune s'appelait Dinsheim. La très grande similitude de nom avec le village de Dingsheim, dans le canton de Truchtersheim, provoquant de nombreuses confusions, il fut décidé d'ajouter l'appellation « sur-Bruche ». Cet ajout a été officialisé par le décret no 2003-736 du .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2003 2008 Marie-Reine Fischer UMP  
mars 2008 31 mai 2020 Marie-Reine Fischer[12],[13]
Réélue pour le mandat 2020-2026
UMP Conseillère régionale
Les données manquantes sont à compléter.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Dinsheim-sur-Bruche est représentée par un conseil municipal de 14 membres qui gère les affaires de la commune. Cependant certaines compétences municipales ont été transférées à la communauté de communes de la région de Molsheim-Mutzig à laquelle deux élus sont délégués.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 1 485 habitants[Note 3], en augmentation de 6,99 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7427638161 0201 2011 2721 2031 2871 320
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 2721 3691 4531 2711 2141 1771 1641 1641 120
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0771 0601 0241 0061 1821 2091 2271 1391 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2811 3301 3421 2821 2751 3401 3161 3131 378
2017 2018 - - - - - - -
1 4761 485-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sur le ban de la commune présence d'une école maternelle et d'une école primaire.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Paroisse catholique à l’église Saints-Simon-et-Jude.
  • Paroisse protestante de Dorlisheim.

Sports[modifier | modifier le code]

Le S.C. DINSHEIM évolue en division d'honneur depuis 2012. Après 24 journées lors de la saison 2011-2012, ils terminent premier d’Excellence A synonyme de champion du Bas-Rhin et d'accession en D.H.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notre-Dame du Schiebenberg.

Notre-Dame du Schiebenberg[modifier | modifier le code]

En 1875, année sainte, fut érigée sur la colline du Schiebenberg (alt. 317 m) une statue de la Vierge à l'enfant. Elle a été inaugurée le . Son origine est tirée des événements de 1870 où le maire, le curé ainsi que le sacristain ont été arrêtés pour connivence avec l'ennemi par les Prussiens. Il se révèle être que la sonnerie de l'angélus qui par hasard a coïncidé avec une attaque sur Mutzig, avait été interprété comme un signal par l'état-major. Après la relaxe, la statue de la Vierge a été érigée en remerciement[18].

L'église Saints-Simon-et-Jude.

Église Saints-Simon-et-Jude[modifier | modifier le code]

Cet édifice de style néo-classique a été érigé de 1828 à 1832. Cette église comprend un clocher semi-engagé à portique. La nef de six travées est très spacieuse tandis que le chœur polygonal est plus étroit. Sur le fronton du portail principal, un verset de l'ancien testament y est gravé en allemand : « Ce lieu n'est autre que la maison de Dieu, c'est la porte du ciel ». En 1835 fut installé un orgue de Stiehr[19], qui fut modifié en 1896 par Franz Kriess qui y installa une console mécanique indépendante. Après un grave incendie en 1987, l'église est restaurée.

Le paratonnerre situé sur le clocher est radioactif et devra être démonté prochainement[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Dinsheim-sur-Bruche

Les armes de Dinsheim-sur-Bruche se blasonnent ainsi :
« De gueules au croc de flottage d'argent. »[22].


Le blason, reproduit d'après une ancienne borne du village, rappelle le flottage du bois pratiqué autrefois sur la Bruche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 67 - Bas-Rhin - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Molsheim », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. [1]
  19. L'orgue de Dinsheim
  20. « 67, Bas-Rhin – Google My Maps », sur Google My Maps (consulté le ).
  21. (en) « Jeanne d’Arc Residence », sur Jeanne d’Arc Residence (consulté le ).
  22. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Baquol, L'Alsace ancienne et moderne ou Dictionnaire topographique, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin, Salomon, Strasbourg, 1865, p. 116-117
  • Louis Schlaefli, « Aubergistes de Dinsheim, (1624-1864) », in Annuaire de la Société d'histoire et d'archéologie de Molsheim et environs, 1986, p. 35-39
  • Louis Schlaefli, « Meuniers et moulins de Dinsheim sous l'ancien régime », in Annuaire de la Société d'histoire et d'archéologie de Molsheim et environs, 1996, p. 29-52

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :