Dim mak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les arts martiaux
Cet article est une ébauche concernant les arts martiaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'art martial chinois. Pour le label de musique, voir Dim Mak Records.

Le dim mak (chinois simplifié : 点脉 chinois traditionnel : 點脈 pinyin : diǎnmài cantonais Jyutping : dim2mak6 littéralement : « presser/toucher artère ») est l'ensemble des techniques de pression et de frappe des « points énergétiques » (au sens de la médecine traditionnelle chinoise), dans les arts martiaux chinois traditionnels. Par exemple, on peut citer les styles de la mante religieuse (frappe avec l'index), du coq (frappe avec tous les doigts) ou de l'accu punch (frappe avec l'articulation entre la première et la deuxième phalange de l'index)[1],[2].

Dans l'histoire des arts martiaux, le dim mak apparait comme des techniques secrètes et légendaires, parfois dénommées « toucher de la mort », prétendues permettre des dégâts importants ou une blessure mortelle (immédiate ou retardée), par un contact physique d'apparence non létal (effleurement, pression brève d'un doigt...). Le dim mak est régulièrement mis en scène dans les romans wuxia et les films de kung-fu. Il n'existe pas de preuve scientifique ou historique pour attester de la réalité de ces techniques légendaires.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

On peut retrouver une allusion à cette technique martiale notamment dans les films Bloodsport, Tigre et Dragon, Le Baiser mortel du dragon, Kill Bill et Les Chèvres du Pentagone mais aussi dans le manga Ken le Survivant, le roman Inferno de Dan Brown ou le jeu vidéo Sleeping Dogs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fédération de Mansuria Kung Fu »
  2. Mathieu Derosière, Kung-fu : au cœur du style Mansuria, Le Crotoy, Lulu.com, , 228 p. (ISBN 978-1291074659)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Dim-mak » dans Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux...

Voir aussi[modifier | modifier le code]