Organisation autonome décentralisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une organisation autonome décentralisée[1] ou DAO (de l’anglais decentralized autonomous organization) est une organisation qui se fixe une mission et qui fonctionne grâce à un ensemble de smart contracts permettant d'établir et de fournir des règles de gouvernance à une organisation. Ces règles sont transparentes et immuables car inscrites dans un réseau blockchain, une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle[2],[3]. Certains font une analogie entre DAO et association en expliquant qu'il ne s'agirait finalement que d'une association fonctionnant grâce à la technologie Blockchain.[4]

On parle d'une organisation autonome car une fois déployée sur une chaîne publique, le fonctionnement prévu ne peut plus être stoppé ou modifié autrement que ce qui aurait été éventuellement prévu pour le faire (admission de nouveaux membres, changement de certains paramètres décisionnels, etc). Les modifications n'étant le plus souvent autorisées que sur décision « démocratique », si l'on envisage un scénario où tous les acteurs « humains » seraient empêchés d'exercer, la DAO continuerait dans tous les cas à fonctionner.

DAOs lead to decentralized economy. Tokens allow contribution to collective works micropayments and tracks metrics allow algorithmic measures of contribution utility.

Dans certaines configurations impliquant des décisions relatives à des domaines d'expertise spécifiques, une DAO doit disposer d'un mécanisme robuste de réputation pour identifier de manière précise et fiable la compétence et le niveau de confiance par une évaluation systématique et objective des comportements, afin que chaque décision ne nécessite pas un large vote des participants. Une DAO peut permettre à ses contributeurs d'être rémunérés soit en crypto-monnaie (ETH, BTC, DAI) soit en parts de la DAO en proportion de la valeur de la contribution de chaque membre[5].

Les DAO n'ayant pour le moment aucune forme juridique, elles font appel à des fournisseurs de services pour avoir un impact dans le monde réel[6].

Le projet « The DAO », à l’initiative de la start-up blockchain Slock.it, est le premier exemple d’un tel type d’organisation[7].

Par la suite, des initiatives comme Bitnation se sont fondées sur le concept de DAO[8]. Sur la blockchain Ethereum, la plateforme de gouvernance Aragon est à ce jour l'une des plus avancées au monde, permettant à quiconque de lancer en quelques clics une DAO, puis d'organiser les interactions entre ses différents modules (dApps), assigner les droits décisionnels, des jetons, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « organisation autonome décentralisée », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le ).
  2. « Qu'est-ce-qu'une DAO ? », sur blockchainfrance.net, (consulté le )
  3. Decentralized Autonomous Organization Social Science Research Network (SSRN). Governance Issues. 5 decembre 2017 (en anglais).
  4. Benjamin Gabay, « Comprendre et créer une DAO en 5 étapes ! » Accès libre, sur Radioaktif.xyz (consulté le )
  5. Colony, « #TrueDAO », Colony,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Les Decentralized Autonomous Organizations (DAO), le futur des organisations collectives ? », sur ethereum-france.com, (consulté le )
  7. (en) « The DAO », sur DAOhub.org (consulté le )
  8. (en) « BITNATION: Gouvernance 2.0 », sur bitnation.co (consulté le )