SolarCoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SolarCoin
Unité monétaire moderne actuelle
SolarCoin Logo
SolarCoin Logo
Pays officiellement
utilisateurs
International
Symbole local SLR, §
Chronologie de la monnaie

SolarCoin (Symbole monétaire : **§** ; sigle : **SLR**) est une crypto-monnaie lancée début 2014, destinée à inciter la production d'électricité photovoltaïque.[Mal dit].

La Fondation SolarCoin a conçu l’octroi de SolarCoins pour durer 40 ans, de manière à générer 97 500 TWh d’électricité de source solaire. Selon Nick Gogerty, porte-parole de la fondation SolarCoin, « la finalité est bien entendu de servir d’incitation écologique en encourageant l’installation de panneaux solaires chez les entreprises et les citoyens »[1].

SolarCoin est basé sur deux formes de preuve. La première preuve est la traditionnelle preuve de travail cryptographique associée aux monnaies numériques. L’autre preuve de travail est celle d’une 3e contre-partie qui prouve la valeur de lecture des compteurs de votre installation solaire. Le programme SolarCoin est articulé de manière équilibrée autour de ces deux preuves de travail et est un moyen de récompenser et de stimuler la production d’énergie solaire.

Les SolarCoins peuvent être réclamés par des particuliers ou des industriels, propriétaires de leur installation photovoltaïque ou non (dans le cas d’un tiers-investisseur).

Différences avec BitCoin[modifier | modifier le code]

SolarCoin ne prétend pas être une crypto-monnaie remplaçant BitCoin mais plutôt, une devise complémentaire utilisant la technologie BlockChain pour inciter à la production d’électricité solaire.

  • Code issu de la scission (fork) de LiteCoin[2]
  • Algorithme de Hashage : Scrypt
  • § 98,10 milliards de pièces
  • L’extraction de SolarCoin (minage) est 50x plus économe en énergie[3]

Minage[modifier | modifier le code]

SolarCoin a été distribué à un grand nombre d'investisseurs grâce à la Preuve de travail (PoW) jusqu'en septembre 2014. Depuis lors, la méthode Proof-of-Stake-Time (PoST) est utilisée car étant beaucoup plus écologique énergétiquement. Le passage de PoW à PoST s'accompagne d'une augmentation de la rareté de la monnaie, ce qui permet, sur le long terme, d'augmenter son prix. La création de SolarCoin se fait désormais uniquement via la production d'énergie solaire.

Attribution dans le cadre du crowdfunding[modifier | modifier le code]

Pour faciliter la diffusion de la monnaie, un test est lancé en 2016 avec la plate-forme française de financement participatif Lumo, dédiée aux infrastructures d'énergie renouvelable : les particuliers qui souscrivent pour un projet d'énergie solaire se voient attribuer un SolarCoin pour chaque MWh produit par l'installation[4].

Utilisation des SolarCoins[modifier | modifier le code]

En France, le fournisseur d'énergie ekWateur accepte les SolarCoins comme mode de règlement des factures. D'autres usages sont envisagés mais pas encore effectifs[5]. En octobre 2017, un SolarCoin vaut 20 centimes d'euro, contre 5 un an auparavant[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « SolarCoin » (voir la liste des auteurs).

  1. Benjamin Adler, « SolarCoin : le rival de Bitcoin ? », (consulté le 12 décembre 2016).
  2. (en) Stephen Hui, « Bitcoin-inspired SolarCoin aims to fuel renewable energy boom », sur straight.com, The Georgia Straight, (consulté le 12 décembre 2016).
  3. Bernard Neumeister, « SolarCoin, une nouvelle monnaie cryptée qui vous paie si vous êtes « green » », sur infohightech.com, (consulté le 12 décembre 2016).
  4. Dominique Pialot, « Quand le crowdfunding s’allie à l’énergie solaire et à la blockchain », sur latribune.fr, (consulté le 12 décembre 2016).
  5. Dominique Pialot, « Avec Lumo, la Blockchain fait son entrée dans le financement participatif », sur latribune.fr, (consulté le 19 septembre 2017).
  6. Juliette Raynal, « Lumo parie sur la blockchain pour doper le financement des énergies renouvelables », sur usine-digitale.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]