Polkadot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Polkadot
Description de l'image Polkadot Network Logo.jpg.

Informations
Créateur Web3 Foundation
Développé par Parity Technologies LTD.
Site web https://polkadot.network

Polkadot est une proposition d’architecture d’échange et de transfert entre plusieurs chaînes hétérogènes, permettant de connecter des blockchains publics avec des sidechains spécialisées. Grâce à Polkadot, des blockchains différentes peuvent interchanger des messages de manière sécurisée et sans tiers de confiance[1].

Créé par Gavin Wood, co-fondateur d’Ethereum, le protocole a réalisé une levé de fond[2] de 144.3 millions de dollars US lors d’une Initial Coin Offering en octobre 2017[3].

Le projet Polkadot est porté par la Web3 Foundation. Cette fondation a pour mission de promouvoir le développement et l’utilisation de protocoles dans le domaine des logiciels décentralisés - en particulier ceux utilisant des méthodes cryptographiques modernes visant à garantir la décentralisation - au bénéfice de la stabilité de l'écosystème Web3[4].

Protocole[modifier | modifier le code]

Description générale[modifier | modifier le code]

Le protocole Polkadot est pensé pour devenir une technologie multi-chaine évolutive. À l’inverse des implémentations de blockchains habituelles, centrées autour d’une seule et même blockchain et possédant divers degrés de généralisation en fonction des applications, Polkadot veut proposer une chaîne-relais – relay-chain - , socle pouvant héberger un grand nombre de structures de données validables et globalement cohérentes.

Polkadot peut être considéré comme similaire à un groupement de blochains indépendantes (contenant par exemple Ethereum, Ethereum Classic, Namecoin et Bitcoin) à l’exception de 2 propriétés importantes : une sécurité combinée et la possibilité d’effectuer des transactions entre chaînes sans besoin de tiers de confiance.

Polkadot est considéré comme “évolutif” dans sa conception même. Un problème déployé sur Polkadot peut être substantiellement réparti et parallélisé sur un grand nombre de parachains. Sachant que tous les aspects de chaque parachain peuvent être conduits en parallèle par différentes parties du réseau, le système est ainsi considéré comme évolutif et extensible à grande échelle.

Polkadot est prévu pour offrir les éléments de base d’une infrastructure, laissant au middleware le soin de gérer toute complexité liée à une application[5].

Polkadot fut créé pour connecter les chaines privées/consortium, les réseaux publics/sans permission, les oracles et toute autre technologie de l’écosystème Web3 non encore développée. Via la relay-chain de Polkadot, centrée sur l'évolutivité, la gouvernance et l’interopérabilité, le protocole donne accès à un internet de blochchains indépendantes pouvant échanger des informations et réaliser des opérations sans tiers de confiance[6].

De manière générale, Polkadot cherche à résoudre les problèmes suivants[7]:

  • Interopérabilité: Polkadot est conçu pour permettre des transactions de données et ressources de manière fluide entre les applications et smart contracts de différentes blockchains[7].
  • Évolutivité: Polkadot permet à plusieurs parachains de fonctionner simultanément, chacune étant capable de supporter de multiples transactions en parallèle, le protocol est par là même extensible à l’infini[7].
  • Sécurité combinée: Avec Polkadot, la sécurité du réseau est mise en commun. Cela signifie que chaque chaine individuelle profite de la sécurité collective du réseau, sans avoir besoin de tout construire à partir de zéro et d’avoir à acquérir la confiance et traction du réseau[7].
Sécurité combinée par Polkadot Network

Histoire[modifier | modifier le code]

Dr Gavin James Wood[modifier | modifier le code]

Gavin Wood est cofondateur et actuel directeur de Parity Technologies[8]. Il fut précédemment directeur technique (CTO) et co-fondateur du projet Ethereum, co-créateur du protocole Ethereum, auteur de ses spécifications formelles. Il a également créé et programmé la première implémentation fonctionnelle d’Ethereum. Il conçut le langage de programmation Solidity, fut le chef de projet de son Environnement de Développement (IDE) ainsi que celui de la création et implémentation du protocole Whisper. Gavin est docteur en Informatique de l’Université d'York[9].

Dr Wood a publié le whitepaper[10] de Polkadot le 14 novembre 2017. La responsabilité du protocole fut confiée à la Web3 Foundation, créée en juin 2017.

Initial Coin Offering (ICO)[modifier | modifier le code]

Polkadot a réalisé son ICO le 15 octobre 2017. La vente des tokens fut exécutée sous la forme d’une enchère descendante, dite à la hollandaise. La vente initiale de token fut clôturée le 27 octobre 2017, levant un total de 85,331 ETH (Ether étant la monnaie utilisée par la blockchain Ethereum)[1].

Token (DOT)[modifier | modifier le code]

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le DOT possède 3 fonctions principales, la gouvernance, les opérations et les liens du réseau[6].

Web3 Foundation

Les détenteurs de DOT contrôlent le protocole dans sa totalité. Tous les privilèges, donnés habituellement aux mineurs sur les autres plateformes, sont ici donnés aux participant de la relay-chain (les détenteurs de DOT), y compris la gestion d'événements exceptionnels comme l’évolution du protocole ou sa réparation[6].

La théorie des jeux encourage les détenteurs de tokens à se comporter de manière honnête. Les participants “honnêtes” sont récompensés par ce mécanisme alors que les participants ayant un “mauvais” comportement perdront leurs parts dans le réseau. Cela permet d’assurer la sécurité du réseau[11].

De nouvelles parachains sont ajoutées par des tokens liées. Les parachains inutiles ou obsolètes sont supprimées en retirant les tokens liées. Ceci est une forme de Preuve d'enjeu[11].

Le DOT est une token native, les DOTs seront émis lors de la création du block de genèse de Polkadot[5].

Développement[modifier | modifier le code]

La Web3 Foundation a commandé la construction du protocole Polkadot à Parity Technologies. Le travail est en cours[12].

La création du block de genèse est attendue pour le 3e trimestre de 2019[5]. Plusieurs protocoles de blockchain de haut rangs ont déjà montré leur intérêt pour les parachains de Polkadot, c’est le cas de Melonport[13] par exemple.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pokadot Paper by Gavin Wood
  2. « The Hottest ICOs Are the Ones That Have Done the Least Amount of Work », sur Bloomberg Technology (consulté le 19 décembre 2017)
  3. « Weekly Cryptocurrency and ICO Market Analysis [October 23-29, 2017] », sur coinspeaker.com (consulté le 19 décembre 2017)
  4. Web3 Foundation Team, « Hello World », sur Web3 Foundation, (consulté le 19 décembre 2017)
  5. a b et c (en) « Polkadot », sur polkadot.network (consulté le 19 décembre 2017)
  6. a b et c (en) « Polkadot », sur polkadot.network (consulté le 19 décembre 2017)
  7. a b c et d « Polkadot Lightpaper »
  8. « Parity Technologies », sur paritytech.io (consulté le 19 décembre 2017)
  9. « Web3 Foundation | Nurtures and stewards technologies and applications in the fields of decentralized web software protocols », sur web3.foundation (consulté le 19 décembre 2017)
  10. polkadot-white-paper: The technical vision paper for Polkadot, a heterogeneous extensible multi-chain, Web 3 Foundation, (lire en ligne)
  11. a et b (en) « Polkadot », sur polkadot.network (consulté le 19 décembre 2017)
  12. Parity Technologies, « Parity’s Polkadot Dev Update #1 », sur Polkadot Network, (consulté le 19 décembre 2017)
  13. (en-US) « Melonport Launches Polkadot Based Melon Cryptoasset Management Software - NEWSBTC », NEWSBTC,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]