Monero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Monero (XMR) est une crypto-monnaie open source axée sur la vie privée et la décentralisation créée en avril 2014. Contrairement à de nombreuses crypto-monnaies dérivées de Bitcoin, Monero est basée sur le protocole CryptoNote et possède une différence algorithmique importante quant à l'obscurcissement de la chaîne de bloc[1]. Monero bénéficie du soutien continu de sa communauté[2], et son architecture de code modulaire a été saluée par Wladimir J. van der Laan, un responsable du Bitcoin Core[3]. La capitalisation du Monero est passée de 3,7 millions de dollars (3 déc. 2015) à plus de 170 millions de dollars (3 sept. 2016), avant de retomber aux alentours de 60 millions deux mois plus tard (3 nov. 2016)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monero a été lancé le 18 avril 2014 à l'origine sous le nom de « BitMonero », qui est un composé de Bits (comme pour le Bitcoin) et Monero (qui signifie littéralement la pièce en Espéranto). Cinq jours plus tard, la communauté a opté pour un nom plus court, le « Monero ». À l'origine issu d'un fork de Bytecoin, une monnaie fondée sur CryptoNote, le projet a finalement été publié avec deux différences majeures. Tout d'abord, la durée cible de génération d'un bloc a été réduite de 120 à 60 secondes, et d'autre part, la vitesse d'émission a été réduite de 50 % (plus tard Monero est revenue à 120 secondes par bloc tout en maintenant la cadence d'émission, en doublant le bloc de récompense par nouveau bloc).

En février 2017, une vulnérabilité majeure de CryptoNote est découverte, qui permet de créer des pièces à l'infini sans être détecté. Un correctif sort 3 jours plus tard, mais la faille ne sera révélée publiquement qu'en mai 2017. La faille n'a pas été exploitée sur Monero, mais elle l'aurait été sur une autre monnaie utilisant également la technologie CryptoNote, Bytecoin.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Monero est une crypto-monnaie open-source fonctionnant sur le principe de la preuve-de-travail. Il fonctionne sur Windows, Mac, Linux et FreeBSD.[5]

Secret[modifier | modifier le code]

Le daemon Monero utilise le protocole original CryptoNote, sauf pour les modifications initiales (comme le bloc de temps et la vitesse d'émission). Le protocole lui-même utilise un procédé dit de signature de cercle ponctuel (one-time ring signatures[6]) et d'adresses furtives (stealth addresses).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Monero (cryptocurrency) » (voir la liste des auteurs).

  1. « Nope. You are confused. You should consider this great news because you are abou... | Hacker News », sur news.ycombinator.com (consulté le 4 octobre 2015)
  2. « Monero (XMR) CoinGecko Community Statistics »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.coingecko.com (consulté le 29 septembre 2015)
  3. « Wladimir J. van der Laan », sur http://bitcoin-development.narkive.com/ (consulté le 29 septembre 2015)
  4. « Monero (XMR) Market Capitalization », sur www.coinmarketcap.com (consulté le 5 septembre 2016)
  5. (en) David Latapie, « What's so special about Monero », sur Getmonero.org (consulté le 19 mars 2015)
  6. (en) Nicolas Saberhagen, « CryptoNote », sur cryptonote.org (consulté le 5 octobre 2015)