David Kessler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kessler.

David Kessler, né le à Boulogne-Billancourt, est le directeur général d'Orange studio. Haut-fonctionnaire, il a été conseiller à la présidence de la République de mai 2012 à juin 2014 (conseiller culture et communication auprès du président de la République française)[1].

Membre de divers conseils d'administration (dont la présidence du CA de l'Institut d'études politiques de Saint-Germain-en-Laye), il a également été directeur général délégué de Radio France pour la stratégie et les contenus, président du Forum des Images, et directeur général des Inrockuptibles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Paul Kessler et de Colette Kessler (1928-2009), universitaire française spécialiste de l'enseignement du judaïsme et cofondatrice du Mouvement juif libéral de France.

Il est le frère aîné du journaliste Emmanuel Kessler, né en 1963.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il étudie entre 1971 et 1976 . En 1977, il entre à l'École normale supérieure de Saint-Cloud.

Agrégé de philosophie en 1980, puis diplômé d'un DEA de philosophie l'année suivante, il enseigne en lycée entre 1982 et 1987. Il entre en 1987 à l'École nationale d'administration (ENA, promotion "Liberté Égalité Fraternité"), et est affecté à sa sortie de l'école au Conseil d'État[2].

Il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris (1989-1991), puis à l'ENA (1991-1998).

Audiovisuel et médias[modifier | modifier le code]

De 1994 à 1996, il est directeur de cabinet, puis directeur délégué auprès de Raphaël Hadas-Lebel, directeur général de France 2.

De 1996 à 1997, il est directeur général du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA)[réf. nécessaire].

De 1997 à 2001, il est conseiller pour la culture et la communication auprès de Lionel Jospin, Premier ministre. En 1999, il participe au programme Young Leaders organisé par la French-American Foundation[3].

En 2014, il passe de l'Élysée au secteur privé, pour devenir responsable de la filiale cinéma de Orange[8].

Interventions publiques[modifier | modifier le code]

En 2011, il soutient l'action de l'association Isota qui milite pour le mariage et l'adoption d'enfants par des couples homosexuels[9].

En février 2012, il est cosignataire avec plusieurs intellectuels et hommes politiques d'un appel intitulé Français juifs et de gauche publié dans le quotidien Libération. Cet appel déplore un « éloignement » qui se serait créé entre « les Français juifs et les forces de gauche ». Plus loin, cet appel avance: « Nous sommes attachés à la défense de l’État d’Israël et à sa démocratie. Nous sommes en désaccord avec la politique actuelle du gouvernement israélien et souhaitons voir se développer aux côtés d’Israël un État palestinien libre et indépendant »[10].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]