Dominique Boutonnat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Boutonnat
Image dans Infobox.
Fonctions
Président du CNC
depuis le
Biographie
Naissance
(51 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie

Dominique Boutonnat est un producteur de cinéma français, né le .

Il est président du Centre national du cinéma et de l'image animée depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Dominique Boutonnat est né le .

Son père, Pierre-Louis Boutonnat, est né à Saint-Louis au Sénégal le . Il a été tour à tour dirigeant de nombreuses entreprises, puis d'organisations comme la Croix-Rouge et le WWF.

Sa mère Marielle Brunhes, fille de Julien Brunhes, s'est mariée à Pierre-Louis Boutonnat le . Présidente de l'association Europe-Passion, elle a été conseillère au ministère des Affaires sociales au « programme d'éducation à la vie », et secrétaire générale du Conseil supérieur de l'information sexuelle, de la régulation des naissances et de l’éducation familiale.

Dominique Boutonnat a un frère, le producteur, compositeur et réalisateur Laurent Boutonnat.

Formation et début de carrière[modifier | modifier le code]

Dominique Boutonnat est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, section « service public », en 1991[1], et titulaire d'un DEA en économie appliquée[2]. Il commence sa carrière au sein du groupe Axa en 1996, d’abord aux ressources humaines internationales, puis comme directeur des fonctions supports[1].

Production cinématographique[modifier | modifier le code]

À partir de 2005, Dominique Boutonnat rejoint les sociétés Heathcliff et Electrick Films[3] et produit notamment : Jacquou le Croquant, réalisé par son frère Laurent ; Money, réalisé par Gela Babluani ; My Zoe (en), réalisé par Julie Delpy[4].

Se consacrant à partir de 2009 au financement de la création cinématographique et audiovisuelle, Dominique Boutonnat étend le dispositif ISF-PME (réduction d’impôt proportionnelle aux sommes investies dans le financement de PME) au financement du cinéma[5].

Il est fondateur d'une Société pour le financement de l'industrie cinématographique et audiovisuelle (une Sofica), Ciné Axe, qui a obtenu l'agrément du ministère de la Culture en [6], portant à onze le nombre de Sofica agréées[7].

Entre 2007 et 2019, il participe en tant que producteur (associé, délégué ou exécutif) à la création ou au financement de 250 oeuvres cinématographiques et audiovisuelles[3], parmi lesquelles :

Missions ministérielles[modifier | modifier le code]

En 2018 et en 2019, Franck Riester, ministre de la Culture et Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances lui confient deux missions successives, la première portant sur le financement privé de la production et de la distribution cinématographique et audiovisuelle, la seconde sur le futur cadre juridique applicable aux éditeurs de services de médias audiovisuels[9].

Nomination au Centre national du cinéma[modifier | modifier le code]

Le , Dominique Boutonnat est nommé président du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC)[10]. Dans un premier temps, Olivier Henrard, directeur général délégué avait assuré l'intérim après la fin de mandat de Frédérique Bredin. Dominique Boutonnat est le premier représentant de sa profession à prendre la tête du CNC : jusqu’ici, le poste avait été occupé par des hauts fonctionnaires, dont certains sont devenus producteurs[4].

Dans un entretien au Figaro, il indique avoir cédé ses parts de société et avoir démissionné de tous ses mandats pour éviter tout conflit d'intérêts. Son projet stratégique consisterait à préserver le modèle de l'exception culturelle française tout en faisant évoluer les modalités de financement pour faire face aux nouveaux entrants tel que Netflix[11].

L'annonce d'une éventuelle nomination à la tête du CNC avait suscité des réticences de la part de certains professionnels de la culture, qui le trouvent inexpérimenté et dénoncent un renvoi d’ascenseur d'Emmanuel Macron[12]. Le , dans une tribune publiée dans Le Film français puis dans Libération[13], des cinéastes dénonçaient ce qui s'apparentait, selon eux à « une logique fondée sur la rentabilité »[14],[15]. La pétition souligne également le soutien financier de Dominique Boutonnat lors de campagne présidentielle d'Emmanuel Macron[16]. En réponse, Dominique Boutonnat dans une interview au Figaro affirme avoir été un donateur à la campagne électorale d’Emmanuel Macron en 2017[17] à la hauteur de 7 500 euros et n'est pas membre de La République en marche[18].

En , Dominique Boutonnat annonce le lancement d'une formation afin de prévenir les violences sexuelles à destination des employeurs du cinéma et de l’audiovisuel, formation désormais obligatoire pour obtenir le versement des aides sélectives et automatiques du CNC[19],[20].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

Dominique Boutonnat est placé en garde à vue le puis mis en examen le [21], à la suite d'accusations d'agression sexuelle et de tentative de viol formulées par son filleul de 22 ans[22] ; ce dernier a déposé plainte le pour des faits remontant à . Dominique Boutonnat réfute ces accusations[23],[24]. Une enquête est confiée à la police judiciaire de Nanterre[25]. Des organisations professionnelles du cinéma cherchent à obtenir sa « mise en retrait »[26],[27].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annuaire de Science Po Paris, année 2006, p. 69.
  2. « Notice ISNI concernant Boutonnat, Dominique », sur isni.oclc.org (consulté le 10 février 2021).
  3. a et b « Dominique Boutonnat, président du CNC », sur cnc.fr (consulté le 23 janvier 2020).
  4. a et b Thomas Sotinel, « Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré l'opposition du milieu du cinéma », sur lemonde.fr, .
  5. « Dominique Boutonnat nommé président du Centre national du cinéma et de l’image animée - ministère de la Culture », sur culture.gouv.fr (consulté le 27 décembre 2019).
  6. Sylvain Morvan (Mediacités), « Dominique Boutonnat, grand donateur de Macron, prend la tête du CNC », sur Mediapart.fr (consulté le 25 juillet 2019).
  7. « Les Sofica », sur cnc.fr (consulté le 23 janvier 2020).
  8. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 29 janvier 2020).
  9. « Emmanuel Macron débloque 225 millions d’euros pour les industries culturelles et créatives », sur Le Monde.fr, (consulté le 23 janvier 2020).
  10. « Nommé président du CNC ce mercredi 24 juillet, Dominique Boutonnat poursuit son engagement au service de la création, de la diversité et de l’exception culturelle », sur cnc.fr (consulté le 25 juillet 2019).
  11. Léna Lutaud et Bertrand de Saint Vincent, « Dominique Boutonnat, nouveau président du CNC, répond aux critiques », sur LEFIGARO.fr, (consulté le 10 février 2021).
  12. Sylvain Morvan, « Dominique Boutonnat, grand donateur de Macron, prend la tête du CNC », sur Mediapart, (consulté le 6 mars 2021)
  13. « Nouvelle présidence du CNC », sur Change.org (consulté le 25 juillet 2019).
  14. Thomas Sotinel, « La succession à la tête du CNC inquiète les cinéastes », sur LeMonde.fr, (consulté le 10 février 2021).
  15. Agence Reuters, « Boutonnat à la tête du CNC malgré les critiques », sur Mediapart.fr (consulté le 10 février 2021).
  16. « Plus de 70 cinéastes inquiets de voir un proche de Macron nommé à la tête du CNC », sur LEFIGARO.fr, (consulté le 10 février 2021).
  17. Sylvain Morvan, « Cinéma : les renvois d'ascenseurs à l'un des grands donateurs de Macron », sur Mediacités, (consulté le 10 février 2021).
  18. « Dominique Boutonnat, nouveau président du CNC, répond aux critiques », sur LEFIGARO.fr, (consulté le 10 février 2021).
  19. Rose Baldous, « Accusé de tentative de viol, le président du CNC a été placé en garde à vue », sur lesinrocks.com, (consulté le 10 février 2021).
  20. Rose Baldous, « Le CNC rend obligatoire une formation contre les violences sexistes et sexuelles », sur lesinrocks.com, (consulté le 10 février 2021).
  21. Hugo Septier et Sarah-Lou Cohen, « Le patron du cinéma français Dominique Boutonnat mis en examen pour agression sexuelle et tentative de viol », sur bfmtv.com (consulté le 11 février 2021)
  22. Violette Lazard, « Accusé de tentative de viol par son filleul : Dominique Boutonnat, patron du CNC, en garde à vue », sur nouvelobs.com, (consulté le 6 mars 2021)
  23. Nicole Vulser, « Le président du CNC, Dominique Boutonnat, visé par une plainte pour agression sexuelle et tentative de viol », sur lemonde.fr, (consulté le 11 février 2021).
  24. Sarah-Lou Cohen, « Le président du CNC en garde à vue, soupçonné d'agression sexuelle et de tentative de viol », sur bfmtv.com, (consulté le 10 février 2021).
  25. « Dominique Boutonnat, le président du CNC, en garde à vue, soupçonné d'agression sexuelle et de tentative de viol », sur Le Figaro avec AFP, (consulté le 10 février 2021).
  26. Marine Turchi, « Violences sexuelles: la mise en examen du patron du CNC met Macron sous pression », sur mediapart.fr, (consulté le 6 mars 2021)
  27. Morgane Giuliani, « Dominique Boutonnat, président du CNC, mis en examen pour agression sexuelle et tentative de viol », sur marieclaire.fr, (consulté le 6 mars 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]