Éric Garandeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éric Garandeau
Illustration.
Éric Garandeau en 2012.
Fonctions
Président du Centre national du cinéma et de l'image animée

(2 ans, 6 mois et 14 jours)
Prédécesseur Véronique Cayla
Successeur Frédérique Bredin
Conseiller culturel du Président de la République

(3 ans, 6 mois et 26 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Administrateur de France Télévisions
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Angers (France)
Nationalité Française
Diplômé de IEP de Paris
ENA
Profession Inspecteur des finances publiques

Éric Garandeau, né le à Angers est un haut fonctionnaire français, inspecteur des finances[1] et une personnalité de la vie culturelle française. Il a été président du CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée) du [2] au . Il est actuellement Président de la société de conseil Garandeau Consulting[3] et Directeur des Affaires Publiques de TikTok France depuis septembre 2020[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et formation[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la musique au Conservatoire national de région d'Angers puis en hypokhâgne classique section musique au lycée Fénelon (Paris) entre 1990 et 1991, il est lauréat de l'Institut d'études politiques de Paris (1991-1994) puis de l'École nationale d'administration (promotion Valmy, 1996-1998). Il a appris le piano classique auprès de Dominique Mottas, Hélène Zanotti, Hélène Desmoulin et Colette Zérah. Il pratique aussi le piano jazz auprès du pianiste américain Joe Makholm.

Il est commissaire de la Marine à bord du BAP Jules Verne et de l'AE Commandant Bory au cours de son service militaire, en 1995.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Il intègre l’Inspection générale des finances en 1998, à la sortie de l’ENA. Il y effectue des missions de contrôle, d’audit et de conseil jusqu’en 2001, pour le compte de l’État, de la Banque mondiale et de l’OCDE, dont certaines dans le domaine culturel (musique, radio, télévision, marché de l’art, etc.).

De 2001 à 2002, il est chef de projet auprès du président du groupe France Télévisions, Marc Tessier, responsable du programme de synergies du Groupe (Synergia).

En 2002, il est nommé conseiller pour la musique, la fiscalité, le mécénat et les industries culturelles auprès de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication. Il participe notamment à la réforme du mécénat (loi du [5] ), à la modernisation de la fiscalité de l’art, du patrimoine, de la musique, du cinéma, à la tutelle des administrations et des entreprises du secteur du spectacle vivant.

Il rejoint en 2004 le Centre national de la cinématographie comme directeur financier et juridique. Il assiste le directeur général dans la définition du droit et de la politique de l'État en faveur du cinéma et de l’audiovisuel, ainsi que dans la gestion des aides publiques aux entreprises de ces secteurs. Il met en œuvre une réforme fiscale et comptable qui modernise le compte de soutien et fait participer les opérateurs des télécommunications au financement des industries audiovisuelles. Il représente l'État au sein de l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) et participe à l’élaboration de la politique de protection de la propriété intellectuelle (loi DADVSI, approche graduée, etc.).

Conseiller culturel du président de la République (2007-2010)[modifier | modifier le code]

Comme conseiller du président de la République Nicolas Sarkozy entre et , Éric Garandeau impulse et suit les dossiers culturels et audiovisuels, en liaison avec le ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel puis Frédéric Mitterrand. Il est chargé de l'écriture des discours culturels du président, participe à la définition de la politique culturelle en liaison avec le ministre de la Culture, gère les relations avec les élus, les artistes et les entreprises du secteur culturel, des médias et des industries numériques. L'autre conseiller culturel du président est Georges-Marc Benamou, dont il récupère les prérogatives sur la culture, l'audiovisuel et le Grand Paris au moment de son départ le [6] (il n'était initialement chargé que de la culture et de la communication).

Il veille à la préservation des ressources du ministère et à la consolidation du modèle de financement du CNC (extension de la taxe aux abonnements internet). Il suit particulier la réforme de l'audiovisuel extérieur (réunion de RFI, France 24 et TV5 au sein de l’Audiovisuel extérieur de la France, AEF, devenu France Médias Monde), la transformation de France Télévisions en média global (loi no 2009-258 du relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision[7]), la protection des droits d'auteur dans le nouvel environnement numérique (loi no 2009-669 du favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet).

Il supervise des grands chantiers culturels : construction du Centre Pompidou-Metz, du Louvre Abou Dabi, du Louvre-Lens, rénovation du palais de Tokyo, construction du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM), etc.

Il joue un rôle décisif dans la poursuite du chantier de la Philharmonie de Paris, et dans la décision de créer un musée national fédérant plusieurs grands musées d'histoire, la Maison de l'Histoire de France[8]. Proposé à l'origine par le conservateur Hervé Lemoine, sa création est annoncée à l'occasion de la célébration des 70 ans de la découverte de la grotte de Lascaux. Sur sa proposition, le président de la République entérine simultanément la création d'un Centre d'art pariétal à vocation universelle. La Maison de l'Histoire de France sera supprimée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, mais le Centre d'art pariétal sera finalement poursuivi.

Éric Garandeau prépare aussi le discours d'inauguration de la nouvelle Cité de l'architecture et du patrimoine, dans lequel le président de la République décide le lancement d'une consultation internationale confiée à dix équipes d'architectes urbanistes, incluant Jean Nouvel, Richard Rogers, Winy Maas, Roland Castro, etc. Malgré des dissensions avec le ministre chargé du Grand Paris, cette consultation se prolonge par la création de l'Atelier international du Grand Paris[9].

Président du CNC (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Comme président du CNC, Éric Garandeau lance une fête internationale du court métrage sur le modèle participatif de la Fête de la musique, « le Jour le Plus Court »[10], située au jour du solstice d’hiver, un événement désormais présent dans 50 pays[11] dont l’Allemagne[12] et le Canada[13].

Pendant son mandat, le CNC aide l’équipement numérique des salles de cinéma[14], lance un programme de numérisation des films du patrimoine, incluant une plateforme de vidéo à la demande dédiée à la cinéphilie (Cinecult’)[15] et étendu les aides aux programmes natifs du Web (web-séries, web-documentaires, etc.)[16].

En 2011, il propose au ministre de la Culture Frédéric Mitterrand de créer l'Aide au cinéma du monde[17] en partenariat avec l'Institut français. En deux ans cette aide permet de soutenir 101 projets de films dans plus de 40 pays, et à 11 d’entre eux d’être sélectionnés au festival de Cannes 2014[18].

En 2013, il organise avec le CNC les assises pour la diversité du cinéma[19] ainsi qu’une conférence sur l’exception culturelle au festival de Cannes[20],[21].

Il a également accompagné une hausse des resources du CNC et une réforme du Code du Cinéma. Les Inrocks jugent que son bilan est ainsi « plutôt flatteur »[22].

Éric Garandeau est également administrateur de France Télévisions (2011-2013), administrateur d'ARTE (2011-2013), et vice-président du conseil d’administration du festival de Cannes (2011-2013).

Depuis 2014[modifier | modifier le code]

En 2014-2015, Éric Garandeau intervient comme conseil du groupe Kering, pour favoriser un partenariat avec le festival de Cannes, qui est annoncé le [23].

Il participe auprès de Louise Beveridge, directrice de la communication du groupe, à la conception d’un programme permettant aux femmes du cinéma de s’exprimer sur leurs carrières, leurs projets, leurs visions du monde, et de disposer d'espaces de rencontres pendant le festival. Intitulé « Women in Motion »[24],[25],[26], ce programme inclut la création d’un Prix international et un cycle de discussions (talks) avec de grands médias internationaux. Il est annoncé le par Kering[27],[24].

Il s'engage au sein de la campagne de la candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet lors de l'élection municipale de 2014 à Paris[28]. Il figure en troisième position sur la liste UMP-UDI-MoDem du 11e arrondissement, menée par Christian Saint-Étienne. La liste arrive derrière celle du PS, mais il est élu conseiller d'arrondissement.

En , Éric Garandeau se porte candidat à la présidence du groupe France Télévisions[29]. Il se met alors en congé du conseil du 11e arrondissement de Paris. Sa candidature n'est cependant pas retenue par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour faire partie des candidats éligibles et c'est Delphine Ernotte qui devient PDG de France Télévisions.

Nommé Capitaine de frégate en 2015 au titre de la réserve citoyenne, Eric Garandeau propose au Ministre de la Défense la création d'une Mission Cinéma en son sein, dont il devient conseiller le [30],[31],[32]. Il propose aussi la création de l'Intelligence Campus, qui ambitionne de devenir le premier écosystème européen civil et militaire en traitement des données. Nommé chef du projet en , il anime une équipe de 80 personnes constituée pour moitié de réservistes citoyens venus de tous les horizons. L'Intelligence Campus est officiellement lancé le par le Ministre de la Défense sur la base aérienne BA110 de Creil [33],[34],[35],[36],[37],[38],[39]

Actuellement[modifier | modifier le code]

Il est Président de Garandeau Consulting, société de conseil en innovation et ingénierie de projets dans le domaine culturel, audiovisuel et de la transformation numérique[40].

Garandeau Consulting intervient notamment sur le pass Culture pour les jeunes [41],[42],[43]et la modernisation des studios de cinéma de Bry-Sur-Marne, en lien avec l'INA et la villa Louis Daguerre[44],[45],[46].

Eric Garandeau intervient aussi à la demande du Maire de Nice pour proposer la renaissance des studios de cinéma La Victorine[47],[48],[49],[50],[51], qui fêtent leur centenaire en 2019. Un comité Victorine a été créé en ce sens, réunissant des personnalités prestigieuses[52].

Selon Mediapart en 2019, il travaille à tiers-temps pour la SAS Pass Culture et perçoit une rémunération mensuelle de 6.000 euros. En outre, sa société Garandeau Consulting a reçu de l’État 651.600 euros entre et , des sommes jugées très élevées[53]. Après les révélations, Capital annonce le qu'Éric Garandeau a démissionné de Pass Culture[54].

En septembre 2020, Eric Garandeau est nommé Directeur des Affaires Publiques de TikTok France. Il y développe des partenariats avec la sphère éducative, culturelle et associative, comme le festival des musées et théâtres #CultureTikTok [55] ou encore la #MissionEmploi.[56],[57]

En 2021, il organise le partenariat entre TikTok et le festival de Cannes, incluant une compétition de films courts verticaux: 70 000 films sont envoyés par 44 pays, totalisant plus de 5 milliards de vues.[58],[59],[60]

Publications[modifier | modifier le code]

Éric Garandeau est romancier. Il est l’auteur d’un premier livre remarqué par la critique: Tapis Rouge, publié aux éditions Albin Michel[61],[62],[63]. Son deuxième roman, Galerie des Glaces, également publié chez Albin Michel, est présenté à la rentrée littéraire de septembre 2021[64].

Autres engagements[modifier | modifier le code]

Parmi ses activités associatives, Éric Garandeau a créé en 2004 avec le violoniste David Grimal l'ensemble musical Les Dissonances[65],[66],[67],[68], orchestre symphonique sans chef d’orchestre, qui développe deux saisons musicales, dont une « Autre Saison » interdisciplinaire, destinée à aider les gens de la rue.

Il participe régulièrement à des jurys de festivals de cinéma[69] et de fondations[70].

Il est président du Festival de cinéma Côté Court, conseiller du 11e arrondissement de Paris, membre de la commission du fonds de soutien cinéma et audiovisuel de la région Île-de-France.

Décorations[modifier | modifier le code]

Étant membre du conseil de l'ordre des Arts et des Lettres[71], il est ex officio commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres[72].

Il est également grand officier dans l'ordre de Rio Branco[73].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué du ministère de la culture et de la communication, 15 décembre 2010 [1]
  2. Paule Gonzalès, « Éric Garandeau au CNC », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  3. (en) « Garandeau Consulting », sur mysite (consulté le )
  4. « ÉRIC GARANDEAU, DIRECTEUR DES AFFAIRES PUBLIQUES ET DES RELATIONS AVEC LE GOUVERNEMENT POUR TIKTOK FRANCE », sur strategies.fr, 11-00-2020
  5. « http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000791289 »
  6. Arrêté du 19 mars 2008 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  7. « http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020735432&categorieLien=id »
  8. « http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025016445&dateTexte=&categorieLien=id »
  9. « http://www.ateliergrandparis.fr »
  10. « http://www.lejourlepluscourt.com »
  11. « http://ecrannoir.fr/blog/blog/2011/09/18/eric-garandeau-president-du-cnc-va-lancer-le-jour-le-plus-court-entretien/ »
  12. « http://kurzfilmtag.com »
  13. « http://telefilm.ca/fr/actualites/communiques/2014/11/20/deuxieme-edition-de-evenement-le-jour-le-plus-court-un-veritable-c »
  14. « http://www.focusinnovation.fr/premier-bilan-du-cnc-sur-la-numerisation-des-salles-de-cinema/ »
  15. « http://www.cnc.fr/web/fr/actualites/-/liste/18/3617773 »
  16. « http://merlin.obs.coe.int/iris/2011/5/article22.fr.html »
  17. « http://www.cnc.fr/web/fr/cinemas-du-monde »
  18. « http://www.institutfrancais.com/fr/actualités/laide-aux-cinemas-du-monde-au-festival-de-cannes »
  19. « http://www.cnc.fr/web/fr/actualites/-/liste/18/3112012 »
  20. « http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/cinema-l-americain-weinstein-defend-l-exception-culturelle-europeenne-a-cannes_1250223.html »
  21. « https://www.huffingtonpost.fr/eric-garandeau/exception-culturelle-libre-echange_b_3473665.html »
  22. Julie Delem, « Frédérique Bredin nommée à la tête du CNC », lesinrocks.com, 26 juin 2013.
  23. « http://www.kering.com/fr/communiques-de-presse/kering_devient_partenaire_officiel_du_festival_international_du_film_de_cannes »
  24. a et b « https://variety.com/2015/film/festivals/cannes-film-fest-kering-launch-women-in-motion-1201462413/ »
  25. « http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/culture/festival-de-cannes-le-groupe-kering-lance-le-prix-des-femmes-31-03-2015-4652739.php »
  26. « http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/03/31/03002-20150331ARTFIG00355-festival-de-cannes-les-femmes-a-l-honneur-avec-women-in-motion.php »
  27. « http://www.kering.com/fr/press-releases/kering_and_the_festival_de_cannes_launch_the_women_in_motion_programme »
  28. « Face aux dissidences, NKM tape du poing sur la table », in lejdd.fr, 21 décembre 2013.
  29. « https://variety.com/2015/film/news/pfimlin-saragosse-garandeau-vie-for-france-televisions-presidency-1201462183/ »
  30. « https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/la-defense-aide-le-cinema », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  31. « Le ministère de la Défense crée une mission Cinéma », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « Le ministère de la Défense se dote d’une mission « Cinéma » », sur Zone Militaire (consulté le )
  33. « Intelligence-campus - Toute l'info sur Intelligence-campus - Le Parisien », sur leparisien.fr (consulté le )
  34. « Accueil », sur www.intelligencecampus.com (consulté le )
  35. « Chercheurs et industriels vont plancher sur le renseignement militaire », LEntreprise.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. AFIC TV, « #CapInno2016 - Renseignement français et start-ups », (consulté le )
  37. L'Usine Nouvelle, « Inauguration de l'Intelligence Campus à Creil - L'Usine Campus », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « https://www.defense.gouv.fr/ema/transformation/actualites/l-innovation-au-service-du-renseignement-le-projet-intelligence-campus », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  39. Guillaume Grallet, « Bientôt un "Intelligence Campus" aux portes de Paris », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (en) « Garandeau Consulting | Notre Equipe », sur mysite (consulté le )
  41. Clémentine Mercier, « Pass culture : un «GPS» des arts sans boussole », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Quand la pub s'invite au théâtre », sur La Scène (consulté le )
  43. « Télématin Actions solidaires - Pass Culture » (consulté le )
  44. « La France redevient une terre de tournage de films et séries », sur InaGlobal, (consulté le )
  45. « Les Studios de Bry seront reconstruits et agrandis | 94 Citoyens », 94 Citoyens,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « L'extension de l'INA consacre la vocation audiovisuelle du plateau de Bry-sur-Marne | 94 Citoyens », 94 Citoyens,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Laurence Bottero avec Pascale Paoli-Lebailly, « Qui est Eric Garandeau, le "soldat" qui doit sauver La Victorine ? », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Éric Garandeau missionné sur l'avenir des studios de Bry-sur-Marne et de la Victorine », Le Film Français,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. Bastien Hauguel, « Il faut sauver les studios de la Victorine », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. (en-US) Elsa Keslassy, « La Victorine, Provence Studios Ally to Form France’s Biggest Studio Hub », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Pierre-Olivier Burdin, « Nice veut faire de la Victorine le premier studio de cinéma en France », Tribu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. « Nice  : un joli casting pour relancer les studios de cinéma », leparisien.fr,‎ 2018-04-12cest10:32:20+02:00 (lire en ligne, consulté le )
  53. Frédéric Sergeur, « Les folles rémunérations des dirigeants du pass Culture », sur Capital.fr,
  54. 6medias, « Pass Culture : un responsable démissionne après le scandale des rémunérations », sur Capital, .
  55. « TikTok, nouvelle arme de séduction pour les musées », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  56. « #MissionEmploi : TikTok et Pôle emploi créent un espace dédié à l'emploi et à la formation », sur Newsroom | TikTok, (consulté le )
  57. « Le réseau TikTok s’allie à Pôle emploi pour aider les jeunes à s’insérer », sur LEFIGARO (consulté le )
  58. Elsa Keslassy, « TikTok Sets Cannes Short Film Contest Jury (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le )
  59. « Le jury du #TikTokShortfilm a remis ses prix vendredi au Festival de Cannes », sur Franceinfo, (consulté le )
  60. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Un premier concours de films TikTok au Festival de Cannes », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  61. Albin Michel, Tapis rouge - Eric Garandeau (lire en ligne)
  62. « « Tapis rouge » : l'ai-je bien monté ? », sur Les Echos, (consulté le )
  63. « INTERVIEW. Venez rencontrer Eric Garandeau au Festival du livre de Nice ce week-end », sur Nice-Matin, (consulté le )
  64. « Rentrée littéraire 2021 – Albin Michel », sur One chapter a day, (consulté le )
  65. « http://www.musicologie.org/publirem/aimez_vous-brahms_avec_les_dissonnces_passionnement.html »
  66. « https://www.lemonde.fr/societe/article/2010/12/24/les-quatre-saisons-et-les-sdf-en-l-eglise-saint-leu_1457378_3224.html »
  67. « https://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/0204258125396-ces-orchestres-prives-qui-font-plus-avec-moins-1106042.php »
  68. « http://rondomagazin.de/kritiken.php?kritiken_id=9122 »
  69. « http://www.courtsdevant.com/-Editos-et-Jurys- »
  70. « http://www.gan.fr/actualites-conseils/communication/laureat-2014-fondation-gan-cinema.html »
  71. Déclaration de M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, sur le rôle du Conseil national de l'ordre des Arts et des Lettres, Paris le 2 avril 2012.
  72. Décret n° 57-549 du 2 mai 1957 portant institution de l'ordre des Arts et des lettres, article 8, publié au JO de la RF le 3 mai 1957, p. 4568-4569, [lire en ligne].
  73. « http://pesquisa.in.gov.br/imprensa/servlet/INPDFViewer?jornal=1&pagina=75&data=15/09/2009&captchafield=firistAccess »