Raphaël Hadas-Lebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raphaël Hadas-Lebel, né à Tlemcen le , est un conseiller d'État français, ancien dirigeant de sociétés (secrétaire général d'Elf Aquitaine, directeur général de France 2) et ancien président du Conseil d'orientation des retraites.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est licencié en lettres, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'ENA (promotion Marcel Proust). Il est également passé par l'École nationale des langues orientales vivantes et la Harvard Business School[1].

En 1967, il débute au Conseil d'État. En 1972, il devient conseiller technique au cabinet du Premier ministre Pierre Messmer, il restera en poste avec ses successeurs Jacques Chirac (1974-1976) et Raymond Barre (1976-1981)[1]. En 1984, il est nommé chargé de mission puis rapidement secrétaire général du groupe pétrolier Elf Aquitaine[1], poste qu'il occupera pendant 10 ans. Il devient parallèlement entre 1991 et 1994, président de la commission juridique du CNPF et est promu conseiller d'État en 1987. En 1994, il devient directeur général de la chaîne publique France 2 (sous la présidence de Xavier Gouyou-Beauchamps). En 1996, il réintègre le Conseil d'État et devient également conseiller du président du Conseil économique et social. En 2003, il est nommé président de la section sociale du Conseil d'État.

Raphaël Hadas-Lebel a été également dans le domaine culturel, président du conseil d'administration du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et en 2001, président de la Commission du soutien financier sélectif à la distribution d’œuvres cinématographiques[1].

Il a également été adjoint au maire de Bois-le-Roi (Seine-et-Marne) (1977-1989)[2].

Il a été chroniqueur au magazine L'Express (1986-1994)[1]. Il est vice-président de l'Institut Aspen France[3] .

Il est l'auteur de plusieurs rapports dont l'un sur le développement de la TNT et un autre en mai 2006 sur demande du Premier ministre Dominique de Villepin, sur la représentativité et le financement des organisations professionnelles et syndicales.

Il a été président du Conseil d'orientation des retraites entre 2006 et 2015[4].

Raphaël Hadas-Lebel est l'époux de l'historienne Mireille Hadas-Lebel. Ils ont cinq enfants et douze petits enfants.

Rapports[modifier | modifier le code]

  • La télévision numérique de terre : Propositions pour une stratégie de développement[5]
  • Pour un dialogue social efficace et légitime : représentativité et financement des organisations professionnelles et syndicales - Rapport au Premier ministre, mai 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'informatique dans l'administration française : rapport présenté au Congrès de l'Institut international des sciences administratives, Paris, Éditions Cujas, coll. « Cahiers de l'Institut français des sciences administratives », 1973, 164 p.
  • Bernard Tricot, Raphaël Hadas-Lebel, Les institutions politiques françaises, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Dalloz, coll. « Amphithéâtre », 1985, 532 p. (ISBN 2-7246-0523-3) (ISBN 2-247-00632-9)
  • (avec la collab. de Laurent Wauquiez-Motte), Les 101 mots de la démocratie française, Éditions Odile Jacob, 2002, 533 p. (ISBN 2-7381-1156-4)
  • Quel avenir pour la Ve République ? : 18 questions sur les institutions de la France, Éditions Odile Jacob, 2012, 284 p. (ISBN 978-2-7381-2817-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]