David Grossman (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David Grossman.
David Grossman
David Grossman Bibliothèques idéales Strasbourg 4 septembre 2015.jpg
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
דויד גרוסמןVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
דויד גרוסמןVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Distinctions

David Grossman (en hébreu : דויד גרוסמן), né le à Jérusalem, est un écrivain israélien, auteur de romans, d'essais et de livres pour la jeunesse. C'est l'une des figures de la littérature israélienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
David Grossman au salon du livre Radio France, 26 novembre 2011.

Son père est originaire de Galicie[1]. David Grossman étudie la philosophie et le théâtre à l'université hébraïque de Jérusalem.

Il travaille comme correspondant à Kol Israel, la radio nationale d'Israël. Il est l'un des présentateurs de Cat in a Sack, un programme pour enfants diffusé de 1970 à 1984. Son livre Duel est la première pièce de théâtre radio-diffusée. Avec Dani Eldar, il présente la populaire série radio au ton absurde Stutz (terme yiddish pour : « cela peut arriver »).

Il se rend célèbre avec sa première œuvre, Le Vent jaune (הזמן הצהוב), où il décrit les souffrances imposées aux Palestiniens par l'occupation de l'armée israélienne. Cet ouvrage lui vaut l'accusation de trahison par le Premier ministre de l'époque, Yitzhak Shamir[1].

En 1984, il remporte le prix du Premier ministre pour une œuvre créative ; il fait partie des écrivains pressentis pour le prix Nobel de littérature. Ses livres sont traduits dans de nombreuses langues.

Proche du « Camp de la paix », il a, comme la plupart des Israéliens, soutenu l'action d'Israël dans le conflit israélo-libanais de l'été 2006, mais estimé inutile l'extension de l'offensive menée par Tsahal. Le 10 août 2006, quelques jours avant la mort de son fils, avec les écrivains Amos Oz et Avraham Yehoshua il lance, d'abord dans le quotidien Haaretz, puis lors d'une conférence de presse, un appel au gouvernement israélien pour qu'il accepte un cessez-le-feu comme base pour aboutir à une solution négociée, décrivant la poursuite des actions militaires comme « dangereuse et contreproductive » et s'inquiétant du sort du gouvernement libanais.

Le 2 juin 2010, au lendemain de l'arraisonnement par la marine israélienne de bateaux pro-palestiniens au large de Gaza, il déclare :

« Aucune explication ne peut justifier ni blanchir ce crime. Aucun prétexte ne peut servir à excuser ou à expliquer la stupidité des actes du gouvernement et de l'armée. Israël n'a pas envoyé ses soldats pour tuer des civils de sang-froid. De fait, c'était même la dernière chose qu'il voulait. Et pourtant. Une petite organisation turque, fanatique du point de vue religieux et radicalement hostile à Israël, a recruté pour sa cause plusieurs centaines de chercheurs de paix et de justice, et a fait en sorte de prendre Israël au piège, précisément parce qu'elle savait comment Israël réagirait, comment Israël était programmé pour réagir comme il l'a fait. […] Il est clair que ce jugement n'implique aucun accord avec les motivations, ouvertes ou cachées, et souvent malveillantes, de certains participants à la flottille de Gaza. Car tous ne sont pas des humanitaires épris de paix, et les déclarations de certains d'entre eux sur la destruction d'Israël sont criminelles. Mais cela ne compte pas, tout simplement, car autant que nous le sachions, ces opinions ne méritent pas la peine de mort. »

En juin 2017, il est lauréat du prix international Man-Booker pour son livre Un cheval entre dans un bar et, en 2018, il reçoit le prix Israël de littérature[2].

En janvier 2018, il est signataire avec 34 autres personnalités littéraires dont Zeruya Shalev, Etgar Keret, Orly Castel Bloom et Amos Oz d'une lettre adressée au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui demandant le non renvoi des personnes réfugiées originaires de l'Érythrée et du Soudan[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Grossman vit à Mevasseret Zion, près de Jérusalem. Il est marié et père de trois enfants, Jonathan, Ruth et Uri. Ce dernier né en 1985 est mort au combat le 12 août 2006 au Liban, peu de temps avant son 21e anniversaire[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

  • Le Sourire de l'agneau (חיוך הגדי/Hiyukh ha-gedi, roman, 1983), Paris, Le Seuil, 1998
  • Voir ci-dessous : amour (עיין ערך: אהבה/Ayen erekh—ahavah, roman 1986), Paris, Le Seuil 1991
  • Le Livre de la grammaire intérieure (ספר הדקדוק הפנימי/Sefer ha-dikduk ha-penimi, roman, 1991), Paris, Le Seuil, 1994
  • L'Enfant zigzag (יש ילדים זיג זג/Yesh yeladim zigzag, 1994), Paris, 2004
  • Quelqu'un avec qui courir, (roman), Paris, Le Seuil, 2003 (traduction Rosie Pinhas-Delpuech)
  • Une femme fuyant l'annonce (אשה בורחת מבשורה, roman), Paris, Le Seuil, 2011, Prix Médicis étranger 2011
  • Tombé hors du temps, Paris, Le Seuil, 2012
  • Un cheval entre dans un bar, Paris, Le Seuil, 2015

Essais et travaux[modifier | modifier le code]

  • Le Vent jaune (הזמן הצהוב/Ha-Zeman ha-tsahov, 1987), Paris, Le Seuil, 1988
  • Chroniques d'une paix différée (מוות כדרך חיים/Mavet ke-derekh hayyim, 2003), Paris, Le Seuil, 2003

Livres pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Duel à Jérusalem (דו קרב/Du-krav, 1982), Paris, Le Seuil, 2005
  • Les Aventures d'Itamar, Paris, Le Seuil, 2013, coll. « Seuil jeunesse », illustrations de Charlotte des Ligneris

Œuvres disponibles en anglais[modifier | modifier le code]

  • Sleeping on a Wire: Conversations with Palestinians in Israel (נוכחים נפקדים / Nokhehim Nifkadim, 1992). New York: Farrar, Straus, and Giroux, 1993 (ISBN 0-374-17788-0)
  • Lion’s honey : the myth of Samson (דבש אריות / Dvash arayiot, 2005). Edinburgh; New York: Canongate, 2006 (ISBN 1-84195-656-2)
  • Be My Knife [שתהיי לי הסכין / She-tihyi li ha-sakin, 1998]. New York: Farrar, Straus, and Giroux, 2001 (ISBN 0-374-29977-3)

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dans la peau de David Grossman », Les Échos, 11 mars 2008.
  2. « Israel prize in literature to be awarded to David Grossman », jpost.com, 11 février 2018.
  3. (en) Ilan Lior, « Amos Oz, David Grossman, Etgar Keret Implore Netanyahu: Do Not Deport Asylum Seekers », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  4. (en) David Grossman, « David Grossman: Uri, my dear son », sur the Guardian, (consulté le 23 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]