Dampierre-sur-Moivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dampierre-sur-Moivre
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Châlons-en-Champagne-3
Intercommunalité Communauté de communes de la Moivre à la Coole
Maire
Mandat
Hubert Fauconnier
2014-2020
Code postal 51240
Code commune 51208
Démographie
Population
municipale
112 hab. (2012)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 41″ N 4° 33′ 34″ E / 48.8947, 4.559448° 53′ 41″ Nord 4° 33′ 34″ Est / 48.8947, 4.5594
Superficie 11,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Dampierre-sur-Moivre

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Dampierre-sur-Moivre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre-sur-Moivre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre-sur-Moivre

Dampierre-sur-Moivre est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dampierre-sur-Moivre
Marson Saint-Jean-sur-Moivre
Francheville Dampierre-sur-Moivre
La Chaussée-sur-Marne Saint-Amand-sur-Fion

Histoire[modifier | modifier le code]

La Paroisse faisait partie d'une prévosté importante basée à Sarry . Dès le XII°s elle appartint à l'évêché de Châlons, le siège dont relevevaient les seigneuries de: Saint-Germain, Coupéville, Saint-Jean-sur-Moivre, Dampierre-sur-Moivre, Francheville, Vésigneul . En 1231 l'évesque Pierre de LATILLY fait une liste des vassaux de la châtellenie: le Seigneur de Coupéville, le Seigneur de Francheville, le Seigneur de Dampierre-sur-Moivre, le Seigneur de Saint-Jean-sur-Moivre, le Seigneur de Vésigneul . Leurs habitants étant tenus d'entretenir les murailles et fossés du château de Sarry . Les Seigneurs de Dampierre-sur-Moivre: la famille DEU, remonte à Sanche DEU(1375 ! bourgeois à Châlon) elle forma deux branches principales dont celle des Seigneurs: du Vieux-Dampierre, de Dampierre-sur-Moivre, de Malmy-en-Dormois, de Montdenoix, de Montain, de Saint-Rémy dîmes d'Au.., de Villers-aux-Corneilles, de Francheville .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dampierre-sur-Moivre Blason Écartelé en sautoir: au 1er de sinople au grêlier d'or, le pavillon à dextre, aux 2e et 3e d'or à l'épi de blé tigé et feuillé de sinople, au 4e de sinople au poisson d'argent; sur le tout d'azur à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes du Mont de Noix, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la Communauté de communes de la Moivre à la Coole.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[1], cette Communauté de communes de la Moivre à la Coole est issue de la fusion, au 1er janvier 2014, de la Communauté de communes de la Vallée de la Coole, de la Communauté de communes de la Guenelle, de la Communauté de communes du Mont de Noix et de la Communauté de communes de la Vallée de la Craie[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Pierre Valentin UMP[3]  
2008[4] en cours
(au 4 juillet 2014)
Hubert Fauconnier   Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 112 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
169 192 198 185 207 206 201 189 191
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
196 198 206 171 168 169 163 133 148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
133 136 143 134 129 117 129 118 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
121 124 115 106 71 88 113 117 112
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent date des XIIe et XIIIe siècles. Elle est classée monument historique depuis 1982[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  2. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la Guenelle, de la Communauté de communes du Mont de Noix, de la Communauté de communes de la Vallée de la Coole et de la Communauté de communes de la Vallée de la Craie », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 21-24 (lire en ligne [PDF]).
  3. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France »,‎ 2006-2007 (ISBN 9782352581512)
  4. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 19 juillet 2015).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  8. « Église à Dampierre-sur-Moivre », base Mérimée, ministère français de la Culture