Cucharmoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cucharmoy
Cucharmoy
Blason de Cucharmoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes du Provinois
Maire délégué Dominique Verdenet
Code postal 77160
Code commune 77149
Démographie
Population 225 hab. (2016 en diminution de 5,06 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 00″ nord, 3° 11′ 40″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 164 m
Superficie 12,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 15.svg
Cucharmoy

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 15.svg
Cucharmoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cucharmoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cucharmoy

Cucharmoy est une ancienne commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 10 km au nord-ouest de Provins et à 16 km au nord-est de Nangis.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cucharmoy
Saint-Just-en-Brie Chenoise
Vieux-Champagne Cucharmoy
Maison-Rouge La Chapelle-Saint-Sulpice Vulaines-lès-Provins

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le système hydrographique de Cucharmoy se compose d'un seul cours d'eau référencé : le ruisseau l’ Yvron, long de 30,1 km[1], affluent de l'Yerres en rive gauche, qui limite la commune au nord-ouest.

Sa longueur linéaire globale sur la commune est de 1,19 km[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte deux hameaux[3] : Le Plessis aux Tournelles (siège de la mairie), le Chanoy.

Logement[modifier | modifier le code]

Depuis le 1 janvier 2019, Chenoise est rattachée à la nouvelle commune de Chenoise-Cucharmoy (77109). En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 741 dont 86 % de maisons et 12,4 % d’appartements.

Parmi ces logements, 84,7 % étaient des résidences principales, 4,6 % des résidences secondaires et 10,6 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 74,3 % contre 23,1 % de locataires[4], dont 9,4 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 1] et 2,6 % logés gratuitement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Cuchimillus villa et capella in pago Meledunensi vers 700 (acte fabriqué au XIe siècle) [5] ; Cuchermoi vers 1222[6] ; Cucharmeium en 1231[7] ; Cuchermetum en 1238[7] ; Cuichermoi en 1265[8] ; Cucharmoi en vers 1270[9] ; Cuchermeium au XIIIe siècle[10] ; Cuichermoi en 1301[11] ; Chuchermoy au XIVe siècle[10] ; Cocharmois vers 1350[12] ; J. de Cucharmoyo au XIVe[13] ; Cuchermoy en Brye en 1535[14] ; Cul Charmoy en 1690[15],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale dédiée à sainte Geneviève appartient au diocèse de Sens, doyenné de Provins.

En 1560, Charles IX, fils d'Henri II et de Catherine de Médicis, est roi à 10 ans. Sa mère assure la régence. Les guerres de religion éclatent. L’église de Vanvillé est brûlée par les protestants. En 1562, le prince de Condé brûle Cucharmoy et Saint-Just. En 1567, l’armée protestante pille Montereau, Bray et Nogent-sur-Seine, dévaste Chalautre-la-Petite et Chalmaison[réf. nécessaire].

En 1776, Cucharmoy comptait 70 feux et 200 communiants[réf. nécessaire].

En 1839, le village, situé dans une plaine compte 326 habitants. Son terroir est en terres labourables et bois[16].

La mairie-école était excentrée jusqu'en 1887 et se trouvait à Cucharmoy, à environ 3 km du centre d’habitation de la population. La municipalité décide alors la construction d’une école et d’une mairie au Plessis-aux-Tournelles. La nouvelle mairie-école est mise en service en 1888[3].

Le , la commune fusionne avec Chenoise pour former la commune nouvelle de Chenoise-Cucharmoy dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [17].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Provins du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la quatrième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle fait partie depuis 1815 du canton de Provins[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 15 à 82.communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de la Gerbe, créée fin 1993.

Dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales françaises, par la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010[19] (dite loi RCT) destinée à permettre notamment l'intégration de la totalité des communes dans un EPCI à fiscalité propre, la suppression des enclaves et discontinuités territoriales et les modalités de rationalisation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale et des syndicats mixtes existants, l'intercommunalité a fusionné avec sa voisine créant le une nouvelle communauté de communes du Provinois[20], dont est désormais membre la commune.

Création de la commune nouvelle[modifier | modifier le code]

Les communes de Chenoise et de Cucharmoy, confrontées à une baisse des dotations financières de l'État et qui avaient de nombreuses coopération, ont décidé de fusionner le sous le régime des communes nouvelles.

La nouvelle commune est dénommée Chenoise-Cucharmoy[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie (Le Plessis aux Tournelles).
Liste des maires successifs[22],[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800   M. Cocquet    
1801   M. Houllier    
1804   M. Houllier    
1822 1838 Pierre-Charles-Philippe Coquet   Cultivateur
1838 1848 Pierre-François Champenois   Propriétaire-cultivateur
1848 1875 Prosper Bernard   Propriétaire
1875 1879 Auguste Chevrolle   Propriétaire cultivateur
1879 1881 Charles Bureau   Cultivateur
1881 1884 Auguste Chevrolle   Cultivateur
1884 1900 Louis Prenant   Cultivateur
1900   Auguste-François Conénon   Cultivateur
1908   Achille Martin   Agriculteur retraité
1919   Michel Rondier   Cultivateur
1932   Victor Santerre    
1937   Jules Santerre    
1947 1971 Ernest Begis    
1971 1989 Pierre Paul    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Pierre Dherin    
2001 2008 Irène Lemire    
2008 2014 Jean-Claude Bilheux    
2014 En cours
(au 19 novembre 2018)
Dominique Verdenet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2016, la commune comptait 225 habitants[Note 2], en diminution de 5,06 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270282251246256326319324313
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
305315312322333287287298302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311308288246272274273287274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
249223185195196223235237238
2013 2016 - - - - - - -
226225-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

La densité de population était de 18,47 habitants par km² en 2007. Le nombre de logements a été estimé à 118 en 2007 ; ces logements se composaient de 98 résidences principales, 17 résidences secondaires ou occasionnels ainsi que 3 logements vacants[26].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés, en 2018, à Chenoise[21].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Sainte Geneviève.
Le lavoir de Cucharmoy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de l'ancien château du Plessis (Le Plessis aux Tournelles)[27] : probablement rasé à la mort de la duchesse de Fleury en 1802, racheté par un chaudronnier qui va exploiter les matériaux, M. A. de Genoude rachète le domaine, (dont la ferme) en décembre 1826, pour la somme de 300 000 Frs, son épouse Léontine de Fleury y exploitera une ferme modèle et créera des jardins[28].
La nef est flanquée d'un seul bas-côté au nord. Le porche d'entrée aux baies nervurées de briques, appelé caquetoir, constitue vraisemblablement un ajout ultérieur, puisqu'il bouche partiellement une baie de la nef[31],[32].
  • Les lavoirs de Cucharmoy et du Plessis aux Tournelles, de la fin du XIXe siècle, restaurés en 1996, possèdent un mécanisme en bois qui permettait aux lavandières de rester au niveau de l'eau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Hercule de Rosset de Rocozels de Fleury, duc et pair de Fleury (1715-1788), baron du Plessis aux tournelles[réf. nécessaire].
  • André Hercule Marie Louis de Rosset de Rocozels de Fleury (1767-1810). Duc et pair de Fleury, premier gentilhomme de la Chambre du Roi, chevalier des Hôpitaux de sa Majesté, lieutenant général des armées, gouverneur de Lorraine et du Barrois, gouverneur particulier de la ville et de la citadelle de Nancy, gouverneur d'Aigues-Mortes, sénéchal de Carcassonne, Béziers et Limoux, seigneur de Ceilhes et Rocozels, de Lespignan… Fils d'André Hercule de Rosset de Rocozels de Fleury, duc et pair de Fleury (1715-1788), et de madame Anne de Montceaux d'Auxy, dame du Palais.
  • Antoine Eugène Genoud, dit abbé de Genoude, journaliste puis ecclésiastique au décès de son épouse Léontine de Fleury (propriétaires du château du Plessis aux tournelles le 30.12.1826), né le 9 février 1792 à Montélimar et mort le 19 avril 1849 à Hyères[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cucharmoy Blason De gueules au charme d'or posé sur un tertre du même, au mouton d'argent brochant sur le tout ; à la bordure d'argent maçonnée de sable.
Détails
Création de Jean-Claude Molinier adoptée par la municipalité le 24 septembre 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « L’Yvron »
  2. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 22 décembre 2018
  3. a b c et d « Cucharmois », sur http://www.genea77-shage.info (consulté le 27 novembre 2018).
  4. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  5. Pertz, Diplomata, I, 119 ; cf. Longnon, Examen critiquef.
  6. Livre des vassaux.
  7. a et b Archives hosp. Provins, H.-D. 4.
  8. Longnon, I, p. 219.
  9. Cartulaire Renier Accorre, fol. 129 v°.
  10. a et b Obit. H.-D. Provins.
  11. Actes commune Provins, p. 187.
  12. Bourquelot, Scrutin.
  13. Obit. prov. Sens, IV, p. 362.
  14. Archives nationales, P 1651, n° 1708.
  15. Archives de la Seine-et-Marne, B 624.
  16. René Charles Plancke, Provins & ses environs 1988, MJC Provins
  17. Béatrice Abollivier, « Recueil des actes administratifs n°D77-088-10-2018 : Arrêté préfectoral 2018 DRCL BLI N°104 portant création de la commune nouvelle "Chenoise-Cucharmoy" » [PDF], , p. 30-33
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance, et notamment son article 35.
  20. « Deux intercommunalités fusionnent », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018).
  21. a et b Sébastien Blondé, « Chenoise et Cucharmoy fusionneront au 1er janvier : La réunion des deux communes permettra de faire des économies », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 25 novembre 2018).
  22. « Les maires de Cucharmoy », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 27 novembre 2018).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. « Village de Cucharmoy », sur Cartes France (consulté le 18 juin 2012)
  27. Photographie du château du Plessis-aux-Tournelles
  28. Histoire d'une âme... ", Genoude 1844, édit. Perrodil, page 275
  29. « L'église Sainte-Geneviève », notice no PA00086922, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  31. Source : Conseil Général de Seine & Marne
  32. Cloche de l'église en bronze(18e) Dimensions : 80 d. Marque d'auteur, précision d'inscription : Magdelaine est le nom que m'a donné très haut et très puissant seigneur Mons. André Hercul de Rosset, duc de Fleury, pair de France, premier gentilhomme de la chambre du Roy, chevalier de ses ordres, lieutenant général des armées, gouverneur et lieutenant général de la Loraine et du Barois, baron de Plessis aux Tournelles et autre lieu, et très haute et puissante dame Anne Marie de Monceaux d'Auxy, duchesse de Fleury, ci-devant dame de Palais de la feue Reine, épouse de Mre le Duc de Fleury. A la plus grande gloire de Dieu, sainte Vierge priez pour nous. Marque des fondeurs : J'ai été fondu par les soins de Fr. Jean F. Michel curé de ce lieu Faite (...) par Simonnot et Nicolas Antoine Fer. Auteur(s) : Simonnot (fondeur de cloches) ; Nicolas Antoine (fondeur de cloches). Copyright : (c) Monuments historiques, 1994. Référence : PM77000517sources : base de données Mérimée ministère de la Culture et de la Communication - direction de l'Architecture et du Patrimoine