Olivier Rey (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier Rey.
Olivier Rey
Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier Rey, septembre 2011

Naissance
Nantes, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Une folle solitude : Le fantasme de l'homme auto-construit (2006)
  • Après la chute (2014)
  • Une question de taille (2014)

Olivier Donatien Rey est un mathématicien, philosophe et écrivain français né à Nantes en 1964[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À la sortie de l'École polytechnique, en 1986, il est brièvement officier de marine, avant d'entrer au CNRS, dans la section mathématiques[2]. Parallèlement à ses travaux sur les équations aux dérivées partielles non linéaires[3], il développe une réflexion critique sur la place de la science dans la société contemporaine. Depuis 2009, il appartient à la section philosophie du CNRS et est actuellement membre de l'Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST)[4]. Après avoir enseigné les mathématiques à l'École polytechnique, il enseigne aujourd'hui la philosophie dans le master de philosophie de l'Université Paris 1 et au sein de l'École de droit de la Sorbonne.

En septembre 2017, il intègre le comité éditorial du magazine L'Incorrect[5].

Essais[modifier | modifier le code]

Dans Itinéraire de l'égarement : du rôle de la science dans l'absurdité contemporaine, Olivier Rey explore par quels chemins, et moyennant quels malentendus, la science et la technique modernes en sont venues à capter l'essentiel des forces spirituelles et matérielles de la culture occidentale[6]. L'ouvrage suivant, Une folle solitude : le fantasme de l'homme auto-construit (ou L'Homme sans antécédents) part d'un fait concret : le changement d'orientation des enfants dans les poussettes, qui s'est opéré au cours des années 1970. Olivier Rey analyse à partir de ce symptôme la propension des sociétés modernes à tourner le dos aux héritages qui les fondent[7]. Ce faisant, elle nuisent à la liberté individuelle qu'elles prétendent promouvoir, car l'accès à l'autonomie n'est jamais direct, il suppose « un détour, chacun devant "en passer par une phase où il reçoit de ceux qui précèdent le capital accumulé". Il ne s'agit pas là d'attenter à la liberté, mais de la permettre[8] ».

Dans Une question de taille, les pathologies contemporaines sont examinées sous un autre angle : celui de l'échelle. « Au moment même où le nombre ne cessait de gagner en importance dans l'évolution des sociétés et la conduite des affaires humaines, les questions de taille, d'échelle, sont devenues une tache aveugle de la réflexion philosophique moderne et contemporaine » (chap. VI, p. 170). Or selon lui, les questions de taille sont parmi les plus déterminantes si l'on entend vivre dans un monde « convivial », au sens qu'Ivan Illich donnait à ce terme, et non laisser se constituer une société qui écrase l'homme de ne pas lui être proportionnée[9],[10]. L'ouvrage reprend un certain nombre des thèses développées par Leopold Kohr dans The Breakdown of Nation (1957), et se distingue du Small is beautiful d'Ernst Friedrich Schumacher en insistant sur le fait que ce n'est pas le petit qui est bon, mais le bien proportionné. Quand le monde s'est fait nombre examine, quant à lui, les voies par lesquelles la statistique a pris, à partir du XIXe siècle, un telle importance dans nos sociétés. Une thèse centrale du livre est que cet empire du nombre trouve son origine non dans la science, mais dans une certaine façon qu'ont les êtres humains de vivre les uns avec les autres : «  La clé de notre rapport aux nombres n’est pas à chercher chez eux, mais entre nous. Cette clé n’est pas mathématique, mais historique et sociale. En d’autres termes, le rapport des hommes aux chiffres reflète la relation des hommes entre eux[11]. »

Atypique dans sa production, Le Testament de Melville est un ouvrage où la puissance de la littérature est mise à profit pour explorer les questions éthiques et esthétiques, à travers une étude du chef-d’œuvre posthume de Herman Melville, Billy Budd, marin. Melville reconnaît à la fois une disposition naturelle au bien, et la présence d’un mal qui, tout en étant minoritaire, dispose de redoutables stratégies pour se répandre, voire dominer. La beauté, en la personne de Billy Budd, agit comme une pierre de touche : c’est dans la manière de recevoir cette beauté — se réjouir de sa présence, ou s'en offusquer et s'en scandaliser — que se séparent les âmes[12],[13].

Romans[modifier | modifier le code]

Olivier Rey a également publié deux romans. Le premier, Le Bleu du sang, reprend une légende du XIIe siècle dont le héros, Grégoire, issu d'un inceste entre un frère et une sœur, et se rendant lui-même coupable, à son insu, d'un inceste avec sa mère, n'en finit pas moins, après bien des péripéties et des expiations, sur le trône de saint Pierre[14]. Après la chute est d'une facture radicalement différente : il transcrit, à la première personne, les interrogations, les désarrois, les aventures d'une jeune femme, étudiante en histoire, en qui grandit peu à peu l'impression d'être embarquée dans une existence qui n'est pas la bonne – « comme un contrat signé dans un état second, au bas d'une feuille, un soir de nouba » – et qui part en quête de celui auprès de qui, enfin, sa vie aurait un sens[15]. Après la chute figure dans « le choix de Michel », où Michel Houellebecq a rassemblé pour Les Inrockuptibles une vingtaine de livres qui lui sont « apparus d'une manière ou d'une autre beaux, intéressants, remarquables, mais dont la presse n'[a] pas suffisamment parlé au moment de leur sortie[16]».

Thèmes[modifier | modifier le code]

Olivier Rey aborde le thème du transhumanisme, dont il développe une critique originale appuyée, entre autres, sur les romans visionnaires de J. G. Ballard et la pensée de Günther Anders[17],[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans
Essais

Controverses[modifier | modifier le code]

Charles Dantzig a reproché au Testament de Melville : Penser le bien et le mal avec Billy Budd, d'avoir occulté ce qui fait selon lui le centre de Billy Budd, à savoir « la première tentative d'héroïsation d'un personnage gay », et de ne pas s'être suffisamment intéressé à l'opéra que Britten et son librettiste Forster ont tiré « d'un roman sur la haine quasi homophobe écrit par un homosexuel plus ou moins refoulé[19]». Cette critique a été reprise par Dominique Fernandez dans Amants d'Apollon : L'homosexualité dans la culture (Grasset, 2015). Gildas Le Dem, dans le magazine Têtu, avait parlé d'un « superbe essai » renouant « avec la question essentielle posée par Melville : la beauté comme scandale[20]».

Dans une interview de 2016, Olivier Rey a critiqué un usage inconsidéré des droits de l'homme qui, de garantie contre les abus de pouvoir, sont devenus motifs à revendications infinies[21].

Il soutient l'idée que le peuple souffre de l'absence d'une authentique élite [22].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle de Gaulmyn, « Olivier Rey, des maths à la philo », sur http://www.la-croix.com, .
  2. La Jaune et la Rouge, no 505, mai 1995, p. 44-46.
  3. Thèse de doctorat, « Équations elliptiques non-linéaires avec l'exposant critique de Sobolev » (dirigée par Jean-Michel Coron, École polytechnique, 1989) ; habilitation à diriger des recherches, « Équations elliptiques et paraboliques avec non-linéarités critiques » (Université Paris-Sud 11, 1991).
  4. « IHPST ».
  5. « Faites-le taire », L'Incorrect, no 1,‎ , p. 10.
  6. Christian Godin, « Sens et non-sens de la science », sur www.humanite.fr, .
  7. Claude Duneton, « Le langage bébé », sur www.lefigaro.fr/livres, .
  8. Alexandra Laignel-Lavastine, « Apprendre la liberté », sur http://www.lemonde.fr/livres/, .
  9. Robert Maggiori, « Mètres du monde », sur www.liberation.fr, .
  10. Eugénie Bastié, « Dette, urbanisme, finance : l'Occident a-t-il la folie des grandeurs ? », sur www.lefigaro.fr/vox/culture/, .
  11. Roger-Pol Droit, « Tout se dit en chiffres, mais pourquoi ? », sur www.lemonde.fr/livres, .
  12. Jacques Henric, « Le bien ? Non, le beau », Artpress, no 385, janvier 2012, p. 76-77.
  13. Thibaud Coste, « Vivre avec la beauté », sur www.nonfiction.fr, .
  14. Angelo Rinaldi, « US go home », sur http://www.lexpress.fr/informations/, .
  15. « Olivier Rey sur l'oubli du mal », sur http://cerclearistote.com/, .
  16. Les Inrockuptibles, n°1073 du 22 au 28 juin 2016, p. 14.
  17. « Le transhumanisme comme régression », .
  18. http://www.genethique.org/fr/le-transhumanisme-ce-nouvel-eugenisme-entretien-croise-entre-deux-philosophes-danielle-moyse-et#.WCx3hNLR9QI.
  19. « Débâillonnez les sirènes », Le Magazine littéraire, n°514, décembre 2011, p. 24.
  20. Têtu, n°171, novembre 2011, p. 109.
  21. http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/05/31001-20160805ARTFIG00239-olivier-rey-le-discours-sur-les-droits-de-l-homme-est-devenu-fou-12.php?xtor=EPR-211.
  22. « Olivier Rey – Le Système, les élites et le peuple », Le Figaro, 20 janvier 2017.
  23. Le Bristol - Paris 2015.
  24. http://www.decroissance.org/index.php?chemin=textes/christophe-barbier.htm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]