Comme des frères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Comme des frères
Réalisation Hugo Gélin
Scénario Hugo Gélin et Romain Protat (avec la collaboration de Hervé Mimran)
Acteurs principaux
Sociétés de production Zazi Films et Stone Angels
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 1h44
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Comme des frères est un film français et le premier long métrage d'Hugo Gélin, sorti le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Depuis que Charlie (Mélanie Thierry) est morte, Boris (François-Xavier Demaison), homme d'affaires, Elie (Nicolas Duvauchelle), scénariste intégré dans la haute sphère, et Maxime (Pierre Niney), naïf de 20 ans, ont perdu la femme de leur vie. Ces opposés se retrouvent embarqués dans un voyage de 900 km vers la maison qu'aimait cette sœur, cette amie, cet amour...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

À la fin des années 2000, Hugo Gélin devait réaliser son premier long métrage mais peu avant le début du tournage, un distributeur s'est retiré du projet[1]. Il crée alors une maison de production, Zazi films[1], et entame la préparation de trois films, dont Comme des frères[2]. L'histoire est en partie inspirée de l'amitié entre le réalisateur de 30 ans et de deux de ses amis, âgés de 20 et 40 ans. Pour Hugo Gélin, cette « amitié plutôt atypique » est rarement portée au cinéma[1],[3].

Comme des frères est dédié à Jocelyn Quivrin, l'un des meilleurs amis de Hugo Gélin[1], mort pendant l'écriture du film[2]. C'est cet événement qui l'a notamment décidé à faire du film une comédie[4],[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

La scène du parc d'attraction est tournée en septembre 2011 à Nigloland, dans l'Aube[5]. Le parc est renommé « Fifouland » dans le film. On aperçoit aussi entre autres des scènes tournées en Corse, à Aix-en-Provence (Place d'Albertas, Le Mistral), à Paris ou même en Allemagne.

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film est presque exclusivement composée de titres de Revolver, tous écrits ou réenregistrés pour le film. Sur 24 pistes, trois ne sont pas du groupe français : Shame Shame Shame de The Khaliq Group, The Days We Won't Spend de Thomas Darmon et Nothing From Nothing de Billy Preston[6]. L'album sort le 12 novembre 2012, porté par le titre Parallel Lives[7].

Réception[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Avant la sortie de Comme des frères, l'ensemble de l'équipe assure la promotion du film dans de nombreux festivals entre août et novembre 2012 : Lama (Corse), Angoulême, Paris (Festival Telerama), Colmar, Montpellier, La Réunion, Sarlat[3]. Des avants-premières avec Hugo Gélin et les trois acteurs principaux ont aussi lieu dans toute la France[8],[9].

Le film est sorti en France le 21 novembre 2012[10].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a généralement reçu des critiques positives de la presse écrite. Il s'agit pour Jean-Pierre Lacomme du Journal du dimanche d'« un joli road-movie »[1]. Selon Paris Match, « l’énergie juvénile et la sincérité [du film] devraient embarquer même les plus cyniques spectateurs »[2]. Dans Elle, Khadija Moussou parle de « surprise ciné de cette fin d’année »[11].

La presse loue notamment les acteurs. Selon Jean-Pierre Lacomme, les « trois comédiens fonctionnent bien ensemble »[1]. Paris Match parle d'un « quatuor de comédiens finement accordés »[2]. Pour Khadija Moussou, « grâce à des dialogues fins et réussis, ces trois-là font des étincelles »[11]. Pour Vincent Julé du Parisien, « l'alchimie entre les trois comédiens est indéniable ». Il accorde une mention spéciale pour Nicolas Duvauchelle, « confondant de naturel »[4]. D'autres s'avèrent davantage touchés par « l'écorchée Mélanie Thierry »[2], « rayonnante » aux yeux de Jean-Philippe Guerand du Nouvel Obs[12]. Pour celui-ci, François-Xavier Demaison a rarement été « aussi sobre et touchant »[12]. Pour Guillemette Odicino de Télérama, l'acteur est « toujours aussi efficace »[13]. La plupart des critiques salue la performance de Pierre Niney[2],[3],[13], allant même jusqu'à parler de « vraie découverte »[14] ou de « révélation »[11],[12].

 Prix, récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Jean-Pierre Lacomme, « Hugo Gélin, le cinéma en héritage », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g « Hugo Gélin : la gloire de ses pairs », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Marie-Aimée Bonnefoy, « Le cinéma, une histoire de famille pour Hugo Gélin », Charente libre,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Vincent Julé, « Hugo Gélin, l’humour en héritage », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  5. Rodolphe Laurent, « Comme des frères : dernier voyage avec Charlie », L'Est-Éclair,‎ (lire en ligne)
  6. « La Musique Originale de Comme Des Frères sort aujourd'hui », sur site officiel de Revolver, (consulté le 16 mars 2013).
  7. Jonathan Hamard, « Revolver sur la B.O. du film Comme des frères : écoutez Parallel Lives ! », sur Charts in France, (consulté le 16 mars 2013).
  8. « Comme des frères : la tournée des salles parisiennes », sur AlloCiné, (consulté le 16 mars 2013).
  9. « Comme des frères : des avant-premières en Alsace-Lorraine », sur AlloCiné, (consulté le 16 mars 2013).
  10. « Comme des frères », sur AlloCiné (consulté le 16 mars 2013).
  11. a b et c Khadija Moussou, « « Comme des frères » : un road-movie qui fait du bien », Elle,‎ (lire en ligne)
  12. a b et c Jean-Philippe Guerand, « Comme des frères de Hugo Gélin », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Guillemette Odicino, « Comme des frères : critique », Télérama,‎ (lire en ligne)
  14. « Les autres sorties de la semaine : Comme des frères », Ouest-France,‎ (lire en ligne)