Col de Marie-Blanque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Col de Marie-Blanque
Image illustrative de l’article Col de Marie-Blanque
Col de Marie-Blanque 2007
Altitude 1 035 m[1]
Massif Pyrénées
Coordonnées 43° 04′ 14″ nord, 0° 30′ 28″ ouest[1]
PaysDrapeau de la France France
ValléeVallée d'Aspe
(ouest)
Vallée d'Ossau
(est)
Ascension depuisEscot Bielle
Déclivité moy.7,7 % 5,1 %
Déclivité max.11 % 8,5 %
Kilométrage9,3 km 11,5 km
AccèsD294 D294
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Col de Marie-Blanque
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées
(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Col de Marie-Blanque

Le col de Marie-Blanque (altitude : 1 035 m) est un col des Pyrénées françaises situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Il se trouve sur la route de liaison entre les deux vallées voisines, la vallée d'Aspe et la vallée d'Ossau. Il est emprunté par la route des cols.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le col tiendrait son nom du béarnais Marie Blanque, vautour percnoptère ou percnoptère d'Égypte[réf. nécessaire].

Selon Franck Ferrand, il tirerait son nom d'une femme, Marie Asserquet, surnommée Marie Blanque[2],[3] (Maria Blanga en béarnais), considérée comme la dernière auroustère. Cette profession de pleureuse était chargée de déclamer des poésies lors des enterrements. Pour Michel Grosclaude cependant, Maria Blanga, le surnom de l'auroustère Marie Asserquet (1765-1849), n'a rien à voir avec le col qui porte déjà le nom de Marie-Blanque sur la carte de Cassini[4], ainsi que sur des cartes préexistantes[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans le périmètre du parc national des Pyrénées, il est situé sur le territoire de la commune de Bilhères, sur la départementale 294.

Il fait communiquer les vallées d'Aspe et d'Ossau, offrant l'accès au plateau du Bénou[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

On peut y faire des randonnées toute l'année.

Le col de Marie-Blanque est redouté et recherché par les cyclo-touristes. Il présente deux versants dont les profils sont bien distincts :

  • par l'ouest, au départ du village d'Escot, la montée de 9,5 km présente une dénivellation de 715 mètres. Ce sont cependant les quatre derniers kilomètres (à partir du camping du Mont-Bleu) qui offrent les pentes les plus redoutables, celle-ci ne repassant jamais sous les 9 % avant le sommet, et opposant des rampes à plus de 15 %. La route, rectiligne, n'offre plus aucun répit ;
  • par l'est, au départ de Bielle, la pente est plus régulière et le paysage plus aéré rend la montée moins austère. Un premier secteur de 5 km permet de se hisser jusqu'au plateau du Bénou où la route redevient plate. Cette première rampe ne dépasse jamais les 10 %. Après le plateau, 2 km présentent à nouveau des pentes difficiles (près de 10 %), tandis que la fin du col s'apparente à un faux-plat.

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Le Tour de France l'emprunte régulièrement, dont la première lors du Tour 1978[6], plutôt par le versant ouest au départ d'Escot. À la suite du décès accidentel de Fabio Casartelli la veille, la 16e étape de 1995 est neutralisée. Le tour 1987 l'emprunte lors de deux étapes successives.

Année Étape Catégorie Premier au sommet Sens
2020 9 1 Marc Hirschi depuis Escot
2010 17 1 Juan Antonio Flecha depuis Escot
2007 16 1 Mauricio Soler depuis Escot
2006 10 1 Cyril Dessel depuis Escot
2005 16 1 Jörg Ludewig depuis Escot
2000 10 1 Javier Ochoa depuis Escot
1996 17 2 Neil Stephens depuis Bilhères
1995 16 2 neutralisée depuis Bilhères
1992 2 1 Richard Virenque depuis Escot
1990 17 1 Dominique Arnaud depuis Bilhères
1989 9 1 Robert Forest depuis Escot
1987 14 1 Gilbert Duclos-Lassalle depuis Escot
1987 13 1 Luis Herrera depuis Escot
1986 12 1 Pedro Delgado depuis Escot
1978 10 2 Michel Pollentier depuis Escot

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. Thèse proposée par Franck Ferrand lors du passage du tour de France au col de Marie-Blanque, FranceTv.fr, 6 septembre 2020, 15h30
  3. « alternatives-paloises.com », sur www.alternatives-paloises.com (consulté le 6 septembre 2020)
  4. « Carte de France. Échelle 1/80 000 : no 108 - Pau / Bourgoin » lire en ligne sur Gallica
  5. a et b Michel Grosclaude, « Maria Blanga, la « darrèra » aurostaira (Marie Blanque, la « dernière » auroustère) », Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français (1903-2015), vol. 142,‎ , p. 817–830 (ISSN 0037-9050, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2020)
  6. Voir « Le col de Marie-Blanque dans le Tour de France », sur http://ledicodutour.com/index.htm Le dico du Tour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]