Liste des ascensions du Tour de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les massifs montagneux en France

La liste des ascensions du Tour de France répertorie les cols et les côtes empruntés lors de la course cycliste par étape du Tour de France[1],[2].

Alpes[modifier | modifier le code]

Le col du Galibier est le sommet le plus emprunté par le parcours de l'épreuve (61 fois). Le Souvenir Henri-Desgrange récompense le coureur franchissant ce col en premier.

Parmi les cols emblématiques, plusieurs ont été franchis à plus de 30 reprises : le col du Télégraphe (42 fois), le col des Aravis (41), le col d'Izoard (36), le col de Vars (35), le col d'Allos (34) et L'Alpe d'Huez (31).

Le col de la Bonette (2 802 m) constitue le col le plus élevé gravi par les coureurs dans les Alpes ; 26 ascensions des Alpes ont été classées hors-catégorie.

Les cols franchis dans les Alpes sont répartis sur trois pays, la France, l'Italie et la Suisse.

Corse[modifier | modifier le code]

Le Tour de France ne s'est déroulé qu'à une seule reprise en Corse, lors de la 100e édition de la course, en 2013. Lors de la 2e étape, les cols de Bellagranajo, la Serra et de Vizzavona ont été empruntés, puis ceux de San Bastiano, San Martino et Marsolino lors de la 3e étape.

Jura[modifier | modifier le code]

Le col du Grand Colombier et le col de la Biche, tous deux situés dans le département de l'Ain ainsi que le Signal du Mont du Chat en Savoie sont les trois ascensions du massif du Jura à avoir été classées hors-catégorie.

Le col de la Faucille (Ain) est le sommet le plus emprunté par le parcours de l'épreuve (41 fois). Les cols franchis par le Tour de France dans le Jura sont répartis sur deux pays, la France (quatre départements) et la Suisse (quatre cantons).

Massif central[modifier | modifier le code]

Le Puy de Dôme est la seule ascension du Massif central à avoir été classé hors-catégorie.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le Puy de Dôme et le col de la République (Loire) sont les deux sommets les plus empruntés par le parcours de l'épreuve (treize fois chacun).

Morvan[modifier | modifier le code]

Le signal d'Uchon, classé en 2e catégorie, a été gravi lors de la 7e étape du Tour de France 2021.

Plateau de Chambaran[modifier | modifier le code]

Le col de Parménie (Plateau de Chambaran) situé dans le département de l'Isère a été franchi à six reprise en 2e ou 3e catégorie lors des éditions 1981, 1986, 1997, 1999, 2008 et 2022[3].

Provence[modifier | modifier le code]

Deux cols ont été franchis dans la chaîne pyrénéo-provençale.

Le col de l'Espigoulier, situé dans le massif de la Sainte-Baume et le département des Bouches-du-Rhône, a été franchi à quatre reprises (1957, 1969, 1973, 1993). Le Mont Faron, situé dans les monts toulonnais et le département du Var, a été franchi lors de la 12e étape de l'édition 1957.

Pyrénées[modifier | modifier le code]

Parmi les cols emblématique du massif des Pyrénées dans le Tour de France, plusieurs ont été franchis à plus de 50 reprises depuis 1910 : le Tourmalet, Aspin, l'Aubisque, Peyresourde et le Soulor.

Le col du Tourmalet (Hautes-Pyrénées), franchi dès 1910, est le sommet le plus emprunté par le parcours de l'épreuve (84 fois).

Quinze ascensions des Pyrénées ont été classées hors-catégorie.

Les cols franchis par le Tour de France dans les Pyrénées sont répartis sur trois pays, la France (six départements), la Principauté d'Andorre et l'Espagne.

Vosges[modifier | modifier le code]

Le col du Ballon d'Alsace situé dans le département des Vosges est le sommet le plus emprunté par le parcours de l'épreuve (26 fois). Aucun des cols du massif n'a été classé hors-catégorie.

Les cols franchis par le Tour de France dans les Vosges sont répartis sur deux pays, la France (cinq départements) et l'Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]