Cimetière Sainte-Marguerite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cimetière Sainte-Marguerite
Rue Saint-Bernard Église Sainte-Marguerite - Plaque commémorative.jpg
Plaque commémorative
Pays
Région française
Commune
Adresse
Superficie
1,96
Tombes
34 fosses communes et 2 charniers (disparus)
Mise en service
1637
Abandon
1804
Statut patrimonial
Évêché et Ville de Paris
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 11e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 11e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Personnalités enterrées
Enfant du temple et victimes de la guillotine de la Place de la Bastille

Le cimetière Sainte-Marguerite, sous la Révolution se trouvait entre Paris et le village de Charonne, au niveau du no 36 rue Saint-Bernard, à côté de l’église Sainte-Marguerite dans le 11e arrondissement.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce cimetière fut affecté aux inhumations des guillotinés de la place de la Bastille entre le 9 juin et le puis des premières victimes de la place du Trône Renversé (place de la Nation aujourd'hui) avant que leurs corps ne soient envoyés au cimetière de Picpus. C'est dans ce cimetière qu'a été inhumé le corps de « l'enfant du Temple », le Louis XVII des royalistes, le 10 juin 1795, deux jours après sa mort[1].

Sépultures de guillotinés[modifier | modifier le code]

Il était l'un des quatre cimetières du Paris de la Révolution à avoir reçu des corps suppliciés par la guillotine.

« Du 9 au 12 juin 1794, les 73 personnes guillotinées place de la Bastille et celles qui furent décapitées à la barrière du Trône en attendant l’ouverture du cimetière de Picpus, furent mis dans les fosses communes de Sainte Marguerite[2]. »

Des fosses communes sont en cours de fouilles.

Controverse[modifier | modifier le code]

Il existe une controverse sur l'identité exacte de l'« enfant du Temple » dans laquelle les partisans de la survie et de l'évasion de Louis XVII[3] s'appuient sur les expertises des ossements exhumés en 1846. Selon eux, elles tendraient à prouver que ce n'est pas le corps de Louis XVII qui aurait été inhumé là. Cependant, rien ne prouve qu'on ait exhumé le corps de l'enfant mort au Temple en 1795.

Tombe portant l'inscription « L... XVII (1787-1795) ».

En novembre 1846, sous le règne de Louis-Philippe, l'abbé Haumet, curé de Sainte-Marguerite, prévoit des travaux dans son église et fait creuser des fondations à cet effet. Parmi les multiples ossements découverts, sont exhumés les restes d'un cercueil en plomb anthropomorphe, contenant des ossements, dont un crâne scié[4] attribué à Louis XVII. Exhumé à nouveau en 1894, il se révèle après analyse être celui d'un squelette d'adolescent âgé de 14 à 18 ans au moins[5]. Contre la chapelle des âmes du Purgatoire, un caveau édifié en 1894 pour abriter la boîte renfermant les restes de ce squelette est signalé par une modeste croix qui porte l'inscription « L... XVII (1787-1795) ». La dalle porte une épitaphe latine tirée du Livre des lamentations : « Attendite et videte si est dolor sicut dolor meus » (Vous qui passez, voyez s’il est une douleur comme la mienne)[6].

Des travaux d'exhumations des fosses communes semblent se poursuivre, entourés de précautions scientifiques pour la récolte des restes enfouis là. Nous citons :

« Près de 800 squelettes ont déjà été sortis de terre dans la tranchée creusée sur deux mètres de large et trente de longueur. « Nous devons faire passer un drainage tout le long de la chapelle pour protéger les peintures intérieures de l'humidité, explique François Loyer. Nous en profitons pour faire des fouilles minutieuses du sol sur un mètre de profondeur. Nous rassemblons et classons tous les ossements, quels qu'ils soient, avec beaucoup de soins. »

— Tribune Histoire[7]

« C'est la fin de la légende, la fin de l'énigme la plus célèbre de l'Histoire.[...] mais de grâce, laissez dormir ce petit garçon dont le cœur repose auprès de ses parents aimants et bien-aimés. »

— Dominique Nemeth-Pasquet, Énigmes de l'Histoire de France[8], 2007

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lambeau, Le cimetière Sainte-Marguerite, Daragon, 1909 (in-8)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris / Jacques Hillairet (ISBN 2707310549)
  2. [1]
  3. Site Louis-XVII.com
  4. Fouilles du cimetière Sainte-Marguerite en 2004-2005
  5. Xavier de Roche, Louis XVII. Le livre du bicentenaire, Editions de Paris, , p. 12
  6. Marie-Angélique de la Croix, Louis XVII, 1785-1795, Renaissance catholique, , p. 352
  7. [2]
  8. [3]

Liens externes[modifier | modifier le code]